AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Jeu 19 Sep - 20:07

► yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool,
DRIIIIIIIIIIIING ! La sonnerie insupportable du réveil se faisait entendre. Je n’avais aucune envie de me lever, comme tous les matins. Je jetai un œil sur le lit d’à côté où Nathanaël était affalé comme une larve géante. Je levais les yeux au ciel. Encore une fois, celui-ci allait se lever à la dernière minute et courir à travers toute la chambre pour tenter en vain d’arriver à l’heure en cours. Et moi, je rigolerai. Ben oui, j’aimais ça, le voir galérer comme un perdu. Aaah, l’amour vache. Bref, alors que la bave qui coulait de la bouche de mon coloc de chambre me faisait comprendre qu’il était plongé dans un sommeil trop profond pour se réveiller maintenant, je m’éclipsai dans la salle de bain afin de m’y préparer. D’où j’étais, j’entendais le bouclé marmonner je ne sais quoi dans son sommeil. Sans pouvoir me retenir, je pouffai de rire. Au moins, même si j’étais la seule réveillée ici, il me tenait quand même compagnie à sa manière. Quoi qu’il en soit, comme toute fille qui se respecte, j’étais relativement longue à me préparer, et j’imaginais retrouver Nathanaël debout à mon retour dans la chambre. Mais ça, c’était sans compter sur cette marmotte à boucles qui hibernerait h24 s’il le pouvait. En retournant dans la pièce, je lâchai un soupir. J’ignorais si c’était du désespoir ou de la lassitude, mais ce qui était sûr, c’était que Nat’ était tout bonnement irrécupérable. Durant quelques secondes, je contemplais l’état pitoyable dans lequel il se trouvait. Non mais c’est vrai quoi, il avait un pied au bout du lit, l’autre était on ne savait où, et des doigts sortaient de tous les côtés du drap. J’avais beau me concentrer, je crois que la position dans laquelle il se trouvait était irréalisable par un être humain vertébré et normalement constitué. A coup sûr, il était contorsionniste. Je jetai un œil sur le réveil qui indiquait 7h45. Après avoir hésité une fraction de seconde, je me décidai à ne pas le laisser dans le pétrin. Il n’avait déjà plus qu’un quart d’heure en tout et pour tout pour se préparer, c’était suffisant pour que je puisse rire de la situation. D’un pas décidé, je m’avançai vers le lit de Nathanaël, arrachai violemment le traversin sur lequel il était lourdement affalé, et abattis ce dernier de toutes mes forces sur Nat’. Allez, bouge ta graisse sale flemmard ! m’exclamai-je comme je le pouvais afin de le réveiller. T’as plus qu’un quart d’heure, allez, lèves-toi avant que je ne te lisse les cheveux, le menaçai-je après l’avoir de nouveau assommé à l’aide de son traversin.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Claudia Sulewski
Pseudo : Jewel
Souriez, dites cheese :
Âge : dix neuf ans
Jukebox : stay high - Tove Lo
Points chance : 71

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Lun 23 Sep - 13:23

⊹ yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.
Plongé dans mon sommeil, j'entendais un bruit sourd qui essayait de me sortir de mon rêve mais, tellement bien dans mon lit je me rendormais à la seconde où j'avais entendu cette foutue sonnerie. Accroché à mon coussin je me retournais dans tous les sens en marmonnant et en suppliant ma mère imaginaire de me laisser dormir encore un petit peu. J'étais un peu entre les deux mondes là, genre inconsciemment je savais que je devais me lever mais j'étais tellement endormi que jcomprenais à la vie en fait. J'aurais encore pus rester plusieurs heures endormi mais c'était sans compter sur ma meeerveilleuse coloc' qui me réveillait à coup de traversin sur la gueule. Pauvre de moi ! Je comprenais rien à ce qui m'arrivait et j'étais en train de crier comme une femme violée (wiwi) Naaaannn god help me et vire moi de la chambre cette traitresse qui est en train de profiter de mon sommeil ! Puis, elle me lançait un ultimatum avant de me frapper une dernière fois. « QUOI ? UN QUART D'HEURE ? » Je me levais en sursaut et je faisais les gros yeux à Kellin, au passage je lui prenais le traversin des mains. « T'aurais pus me bouger plus tôt ! » Ajoutais-je avant de lui donner à mon tour un coup de traversin, ben ouai elle allait pas s'en sortir comme ça quand même puis je sais qu'elle était sadique et qu'elle aimait me voir courir partout celle là ! Je sautais de mon lit et courrais à la salle de bain en criant « Laisse mes pauvres cheveux tranquille ou jte coupe les tiens pendant la nuit » Arrivé dans la salle de bain je regardais ma gueule dans le miroir, owe même au réveil j'étais canon, si c'était pas beau ça. J'avais pas le temps pour me laver donc un bon coup de déo et de parfum allé faire l'affaire hein ? Oh ça va j'étais pas crade je m'étais lavé la veille non mais ! Enfermé dans la salle de bain j'en profitais pour crier « FEMME ! Fais-moi à manger ! » On sait jamais peut être qu'elle aurait un peu de peine pour moi et qu'elle me sortira des céréales hein ! Je me lavais vite les dents et j'enfilais les premières affaires qui venaient en main et je sortais encore en courant mais, me stoppais net en voyant la gueule de Kellin qui était sur le point de se foutre de ma gueule. Je baissais mon regard pour me voir de la tête au pied, eeettt merde dans la panique j'avais enfilé un t-shirt à Kellin. « Toi, tu dis un mot et t'es morte ! » lançais-je avant de retourner dans mes affaires pour prendre un de mes vrais t-shirt. J'enlevais le t-shirt de Kellin avant de me retournais vers elle avec un sourcil levé. « Aller vas-y tu peux mater, je sais que t'apprécie la vue »

Code by Wild Heart


Pretending to not feel alone
Mon avis c’est qu’on a toujours le choix sur la façon de raconter les histoires tristes. Si on veut on peut tout repeindre en rose, et se consoler des pires galère avec une de ses chansons préférées.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Mer 25 Sep - 12:51

► yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool,
C’était toujours dur de se lever le matin, je devais bien l’avouer. D’autant plus que rares étaient les fois où je parvenais à me raisonner afin de me coucher tôt. Mais comme on dit : quand il faut, il faut. Pour Nathanaël, c’était une toute autre histoire. J’aurais dû compter les fois où il était arrivé en retard en cours, ou encore celles où il avait tout simplement séché, pour la simple et bonne raison que s’il pouvait épouser son lit, il le ferait. Une grande histoire d’amour comme on n’en fait plus, même dans les films. Ceci dit, par bonté d’âme, il m’arrivait de le réveiller juste à temps. D’ailleurs, dans ces conditions, les batailles de polochons, c’était un peu (beaucoup) mon domaine. Ce matin donc, alors que je me sentais d’humeur altruiste, j’entrepris de réveiller mon coloc’ de chambre à coups d’oreiller. Un peu à la masse - voire beaucoup à la masse, comme d’hab - Nat’ mit un certain temps à capter l’information. Je le frappai alors une nouvelle fois avec mon traversin, histoire que ça lui monte plus vite au cerveau. Ses premiers mots furent les même que tous les autres jours : QUOI ? UN QUART D'HEURE ? T'aurais pus me bouger plus tôt ! Et en plus, il trouvait le moyen de se plaindre. Pour être honnête, je ne savais même pas ce qui me retenait de l’étouffer sous sa couette, de le découper à la scie et de le servir en plat principal au restaurant universitaire. Nan mais oh, je te réveille, c’était déjà pas mal, je n’allais pas en plus calculer ton temps de préparation. De toute façon, j’ai toujours été nulle en maths alors… Et le pire, c’est que c’était la piètre vérité. Par la suite il m’interdit bien évidemment de toucher ne serait-ce qu’à une boucle de ses précieux cheveux, auquel cas il me couperait les miens pendant la nuit. Nan mais on croit rêver ! ça m’apprendre a être trop gentille, tiens ! J’touche à tes cheveux si j’veux Susan Boyle, répliquai-je pour toute réponse. Et puis, c’est pour ton bien, me justifiai-je tandis que j’arborais un sourire genre Colgate afin d’être davantage crédible. Puis, amusée, je regardais Nathanaël se précipiter dans la salle de bain tel un caribou dans la montagne, me retenant de rire. Alors que je le contemplais en train de courir dans tous les sens et s’enfermer dans la pièce, je n’eus pas le temps de faire quoi que ce soit puisque cinq minutes plus tard, j’entendis sa douce voix me parvenir. FEMME ! Fais-moi à manger ! Bouffe ton réveil, ça ne pourra t’être que bénéfique, me moquai-je sans bouger d’un pouce. D’ailleurs, je ne fus pas déçue du spectacle lorsque Nathanael ouvrit la porte. Habillé, oui… mais avec l’un de mes t-shirts. Autant dire que j’avais été incapable de me retenir d’éclater de rire. Toi, tu dis un mot et t'es morte ! Permets-moi quand même de suligner que j’ignorais que cette partie féminine chez toi ressortais à ce point. Ceci dit, t’es pas si mal. Si j’avais été un mec, je crois que j’aurais littéralement craqué. D’ailleurs, je me demande si je ne suis pas en train de devenir lesbienne tant tu me fais de l’effet. Une nouvelle fois, je ponctuais mes propos d’un éclat de rire. Par contre je te préviens, l’amour ne résout pas tout, alors sit u agrandis mon t-shirt, je te tue ! Au moins, les choses étaient claires. Aussi, mon coloc’ ne tarda pas à ôter le t-shirt en question – bien que je doute que mes menaces à deux francs six sous y soient pour quelque chose, m’enfin. Et, encore une fois, je ne bougeais pas. Aller vas-y tu peux mater, je sais que t'apprécie la vue Alors là, pas du tout ! me défendis-je sans détourner le regard pour autant. Bon ok, c’est vrai que Nathanael n’était vraiment pas mal dans son genre et que franchement j’aurais été bizarre si je n’avais pas jeté juste un petit mini coup d’œil. Ceci étant, c’était mon pote et il n’y avait jamais rien eu d’ambigu entre nous – enfin je crois – alors à la bonne heure ! Et puis d’abord, toi aussi tu m’aimes d’un amour inconditionnel commençai-je par lui affirmer comme si j’en savais plus que lui à ce sujet. T’as rêvé de quoi cette nuit au juste ? Parce que je t’ai très distinctement entendu crier « au secours Kellin mon amour, au secours, aide-moi Keke, je meurs… », inventai-je pour voir s’il allait pourquoi pas trouver un lien entre mon mensonge et son rêve de cette nuit. Bah quoi ? Je m’amuse comme je peux. Et puis après tout, ça aurait très bien pu être vrai ; rêve ou pas, je serais prête à jouer les Wonder Woman rien que mon mon p’tit bouclé. Quand je vous dit que j’ai une bonté d’âme hors du commun.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Claudia Sulewski
Pseudo : Jewel
Souriez, dites cheese :
Âge : dix neuf ans
Jukebox : stay high - Tove Lo
Points chance : 71

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Lun 30 Sep - 0:41

⊹ yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.
Me sortir de mon sommeil c'était genre un truc impossible à faire, il fallait une bonne heure pour que j'émerge ou alors fallait me secouer comme un Orangina ou alors fallait me frapper à coup de coussin comme savait si bien le faire Kellin. Elle profitait trop de ma faiblesse celle-là ! Enfin bref, toujours est-il que madame avait bien évidemment attendue la dernière seconde pour me réveiller alors qu'elle me connaissait très bien et qu'elle savait que si je me réveille pas directement c'est cause perdue. Mais elle trouve toujours la même excuse de dire que c'est déjà une bonne chance de m'avoir réveillé et blah blah blah. D'ailleurs c'est quoi qu'elle était en train de me dire hein ? « pfff la prochaine fois me réveille pas si c'est pour dire des conneries pareilles » et puis à vrai dire j'étais assez "cool " sur les cours. Petit fifou que j'étais je préférais souvent mon sommeil aux cours, bah ouai quand je dis que c'est important pour moi de dormir hein ! Mais pour le coup, grâce à l'obligeance de ma chère colocataire je me retrouvais à courir de partout dans notre petite chambre. Je m'arrêtais assez vite dans ma précipitation quand elle parlait de mes cheveux. Je me retournais vers elle net « Un problème peut-être ? » Je la regardais de haut en bas genre film mafieux sisi vous voyez le genre ? Genre jme suis cru pour un gros nigga quoi. « Puis mes bouclettes elles t'emmerdent » sur-ce je reprenais ma course parce que bon l'heure elle tournait, elle s'arrêtait pas avec moi pour faire la rebelle puis apparemment Kellin voulait même pas m'aider à me dépêcher car, elle voulait pas m'aider en me sortant mon manger, je suis un pauvre hooommmmeee maltraité ! Alors je continuais de crier pour me plaindre, bah ouai fallait pas me réveiller comme ça sinon j'étais encore plus chiant qu'à la normal « Ben alors je mangerais pas parce que j'aurais pas le temps et je vais mourir de faim et tu pourras t'en vouloir toute ta vie de m'avoir tué à petit feu voilà ! » fallait bien que je me fasse plaindre un peu nan ? Bah ouai j'aime bien faire mon peuchère des fois et alors ? Du coup à trop me précipiter, j'avais enfilé un t-shirt de kellin et celle-ci exploser de rire devant moi. Je la regardais d'abord dépité genre "c'est bien t'es contente ? " « Tu veux vraiment mourir en fait c'est ça ? » je commençais à la regarder un peu plus malicieusement et je me jetais sur elle pour la porter à la volée dans mes bras (jsuis musclor sisi) et je la jetais plus ou moins violemment sur mon lit. « Tu mérites le bûché ! » Je me retournais pour partir comme un warrior mais, me retournais une nouvelle fois assez rapidement avec la main sur les hanches et le doigt de l'autre main lever en parlant comme un gay « et puis je te ferais savoir que tous les styles me vont bien ma soeur » et puis je me retournais la tête haute en enlevant et en lui jetant le t-shirt à la gueule au passage. Je ne tardais pas à lui faire une remarque sur mon physique. En vrai, c'était moi qui appréciais que les filles me matent et j'aimais bien faire chier kellin aussi avec ça alors c'était une trop belle occasion pour pas sauter dessus. « pffff ose dire le contraire » lançais-je en me rapprochant lentement vers elle. En fait, je savais jouer de mes charmes et j'en profitais à la moindre occasion, aucune raison que Kellin passe à la trappe sur ce coup-là. Mais j'arrêtais vite mon regard de bg quand ma colocataire me parlait de phrase qu'elle aurait soit disant entendu pendant la nuit. Je levais un sourcil, prêt à rigoler mais, je préférais rentrer dans son jeu. « Mais je rêve de toi chaque nuit chouchou ! T'étais en costume de catwoman, une vrai tigresse jte jure, et tu fouettais mes ravisseurs avec ta queue de chat parce que tu savais remuer ton popotin comme une vraie déesse et puis au final on partait tous les deux au soleil levant » Je m'arrêtais de haut en bas pour la regarder de haut en bas et ajoutais « mais visiblement je commence à comprendre pourquoi on appelle les rêves des rêves » Insinuant qu'elle était beaucoup plus canon dans mes rêves que dans la réalité. « Sinon oui dans mes rêves jtaime inconditionnellement mon amour » Finissais-je avec un grand sourire sur la gueule pour faire pardonner tout ce que je venais de dire. Bah quoi ? Elle m'avait bien cherché !

Code by Wild Heart


Pretending to not feel alone
Mon avis c’est qu’on a toujours le choix sur la façon de raconter les histoires tristes. Si on veut on peut tout repeindre en rose, et se consoler des pires galère avec une de ses chansons préférées.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Jeu 3 Oct - 10:56

► yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool,
C’est pas comme si j’avais que ça à faire que de perdre mon temps à essayer de réveiller la brebis qui me servait de coloc’. Aussi, je préférais employer des moyens plus radicaux – genre des grands coups d’oreillers m’voyez – histoire que tout ça aille plus vite. L’avantage, c’était qu’au moins, il était réveillé d’un coup. Mais bien sûr, monsieur n’allait jamais me remercier pour ça, fallait pas rêver. Mais en attendant, si j’avais pas été là, il ne se serait jamais réveillé le coco ! J’en ai marre de ce coloc’ indigne, je vous le dit ! pfff la prochaine fois me réveille pas si c'est pour dire des conneries pareilles ! Ouais bah t’inquiètes pas, la prochaine fois, j’y manquerais pas ! J‘te laisserai mourir dans ton sommeil. Après tout, j’m’en fiche ! m’exclamai-je pour toute défense. Le pire dans tout ça – parce que oui, y’avait encore pire que pire – c’était qu’il était d’une humeur pourrie le matin – mais quand je dis pourrie, c’est pourrie hein, genre la banane qui reste dans la corbeille de fruits pendant six mois quoi – bref, c’était un gros bébé grognon. Ya qu’à voir. Un problème peut-être ? Puis mes bouclettes elles t'emmerdent ! Machinalement, je levai les yeux au ciel, lâchant un soupire de désespoir. Mais… De toute façon ça veut rien dire c’que tu dis ! Des cheveux ça emmerde rien ni personne ! Alors je sais que tes cheveux sont spéciaux voire même uniques et que si ça se trouve ils ont une volonté propre, MAIS QUAND MÊME ! Franchement, dans le genre « meilleur argument du monde », qui peut faire mieux, hein ? Et puis Nathanael avait la tête tellement dans le pâté que j’étais persuadée à 99,9% qu’il ne comprendrait rien à ce que je venais de dire. Bon, peut-être que je le sous-estimais mais tant pis. Il fallait bien que je réplique. Quoi qu’il en soit, il avait apparemment le ventre aussi vide que son cerveau le matin – ben oui hein, faut quand même pas pousser, il est pas débile tout le long de la journée – et ce fut d’ailleurs l’objet d’une nouvelle et énième plainte de sa part. Ben alors je mangerais pas parce que j'aurais pas le temps et je vais mourir de faim et tu pourras t'en vouloir toute ta vie de m'avoir tué à petit feu voilà ! Oh ça vaaaa, c’est bon, arrêtes ton char ! commençai-je en me dirigeant vers le placard qui nous servait de garde-manger. Avec le moins d’enthousiasme possible, je sortis un paquet de céréales au hasard avant de le déposer sur la table. Et pour le reste, tu te débrouilles. Je suis déjà trop gentille. Mais tu vois, tu me fais pitié aussi, poursuivis-je avant de piocher une ou deux céréales dans le paquet. Franchement, comment tu ferais pour vivre sans moi ? J’veux dire, quand on sera plus à la fac, qu’on aura plus ce dortoir, que tu seras marié, tout ça… comment tu feras ? Tu m’appellera tous les jours pour que je vienne de réveiller le matin et te préparer ton petit dej’ ? Non mais vraiment, HEUREUSEMENT QUE TU M’AS ! J’en profitais pour me lancer quelques fleurs après m’être gentiment moquée de lui. Ah, l’amour vache. Il fallait dire aussi que souvent, il tendait le bâton pour se faire battre. Et en effet, le voir vêtu de l’un de mes t-shirts ne fit que confirmer ma théorie. Et pourtant, contre toute attente, ce fut plutôt moi qui me fit battre à la méthode Nathanael – alors là, j’vous explique pas la misère. J’eus à peine le temps de le voir venir que déjà je me sentis me faire plaquer sur le lit comme un gros boudin. D’ailleurs, j’étais surprise de ne pas avoir cassé ne serait-ce qu’une latte. Tu veux vraiment mourir en fait c'est ça ? Tu mérites le bûché ! Ben la question déjà, c’est : est-ce que je suis toujours en vie ? Machinalement, je passai mes mains à tâtons sur mon corps histoire de vérifier si je vivais toujours après que mon coloc’ m’ait secouée comme je sais pas trop quoi. Dieu merci, je suis vivante, je… Et puis je te ferais savoir que tous les styles me vont bien ma sœur. Lentement, je relevai les yeux pour les poser de nouveau sur Nathanael dont la posture m’arracha un éclat de rire non voulu. A vrai dire, je ne sus même pas quoi répondre à cette connerie. Du moins, il me fallut quelques secondes de réflexion au préalable. Disons que tu manques un peu de forme mais sinon, ça te va bien d’un point de vue global. Au moins, c’était un compliment pour une fois. Bon ok, un compliment un peu camouflé dans une toute petite moquerie de rien du tout mais bon, l’intention y est, c’est l’essentiel. Surtout qu’il ne fallait pas trop flatter son égo à celui-là parce qu’il prenait vite a pastèque. D’ailleurs, il n’avait même pas besoin de ça pour se croire irrésistible. pffff ose dire le contraire ! Je fixai mon coloc’ avec des yeux ronds comme des billes. Ben… c’est pas ce que je viens de faire ? POURQUOI est-ce que j’ai osé dire ça ? Là c’est clair que je vais me faire arracher les cheveux ou un truc du genre. Et comme j’avais trop peur de ce monstre, je préférais jouer la sécurité. Ok, ok, ça va, je rigole, je RI-GOLE ! Tu es parfait, je t’aime ma brebis, même si t’es une brebis galeuse. Maintenant, je n’avais plus qu’à prier pour que seul le compliment soit pris en compte. Après tout, il me devait bien ça, hein. De toute façon, il m’aime tellement qu’il rêve de moi alors… Mais je rêve de toi chaque nuit chouchou ! T'étais en costume de catwoman, une vrai tigresse jte jure, et tu fouettais mes ravisseurs avec ta queue de chat parce que tu savais remuer ton popotin comme une vraie déesse et puis au final on partait tous les deux au soleil levant. J’LE SAVAIS ! C’était o-bli-gé ! Tu m’aimes trop j’te dis ! J’aurais pu poursuivre mes propos pendant de longues heures, mais la chute de l’histoire me coupa dans mon élan. Mais visiblement je commence à comprendre pourquoi on appelle les rêves des rêves. Je secouai légèrement la tête puis fermais et rouvrais frénétiquement mes yeux pour m’assurer qu’il avait bien dit ce que j’avais entendu. Ok Keke, gaaaaarde ton calme. Ok alors… j’ai besoin de ton avis sur une chose… JE T’ETRANGLE TOUT DE SUITE OU J’ATTENDS UN PEU ? Et heureusement pour lui que je savais garder mon sang-froid parce que sinon, je ne lui aurais probablement pas posé la question et je me serais déjà jetée sur lui. Sinon oui dans mes rêves jtaime inconditionnellement mon amour. Inutile d’essayer de te rattraper, c’est peine perdue, lâchai-je en tournant la tête de l’autre côté. Je ne te parle plus pour le restant de mes jours. A partir de ce moment, je serais muette comme une carpe, c’est décidé. Au fond, il était clair que je n’allais pas tenir cinq minutes. Et puis, pour être honnête, j’étais incapable de lui faire la gueule à celui-là. Je sais pas, il doit y avoir un pouvoir hypnotisant dans ses boucles ou un truc dans le genre…


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Claudia Sulewski
Pseudo : Jewel
Souriez, dites cheese :
Âge : dix neuf ans
Jukebox : stay high - Tove Lo
Points chance : 71

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Ven 18 Oct - 14:12

⊹ yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.

J'étais pas du matin ça, c'était pas nouveau. Alors, fallait pas se plaindre que je sois grognon après qu'on me réveille et en plus à coup de coussin. Parceque Kellin faisait tout pour se faire gueuler dessus en fait faut dire, comme si elle savait pas que j'allais râler en me réveillant en me bougeant comme ça. Bah ouai, par sa faute je devais courir alors que si elle m'aurait réveillé gentiment avec des bisous et des câlins et que j'aurais eu le temps pour immerger tout ça j'aurais été l'ange le mignon au monde, jvous assure. « Bah laisse-moi crever au moins je verrais plus ta gueule » lançais-je à la hâte et puis quand même vous pourrez remarquer que je m'étais abstenu de dire des méchancetés sur sa face si c'était pas beau ça ! En plus, que j'étais en retard et que je m'étais levé du mauvais pied, enfin pas du pied gauche parce que sinon j'aurais vraiment gueuler dans toute la chambre et puis pas de la jambe droit parce que baaahhh j'étais pas de bonne humeur donc on va dire que je m'étais levé de l'entre jambe (a). Et donc en plus de ça, madame avait envie de me faire chier avec mes pauvres cheveux, non mais merde à la fin va falloir s'en remettre j'ai les cheveux bouclé et alors ? j'essayais d'abord de suivre ce qu'elle me disait avant de m'arrêtais net pour la regarder en fronçant les sourcils « tu t'entends des fois quand tu parles ? Non parce que pour sortir des choses pareilles y doit bien y avoir un petit soucis là-haut » disais-je en pointant son cerveau du doigt. Puis en plus avec ces conneries à celle-là elle me ralentissait. Non parce que ça devait quand même bien faire 10min que j'essayais d'aller dans la salle de bain mais, que madame tenait à me faire chier avec mes cheveux. D'ailleurs quelqu'un pourrait me dire ce qu'ils ont mes cheveux ? Non parce que je sais qu'ils sont trop beaux, brillants, forts, magnifique tout ça mais bon je comprend pas pourquoi tout le monde avaient décidé de s'allier contre eux, bandes de jaloux. Jsuis sûr que pendant que je dormais le maire avait dû lancer un décret contre mes cheveux parce que lui il a pas de beaux cheveux alors il est pas content quand il me voit.. ENFIN BREF après plusieurs plaintes j'avais réussi à faire bouger Kellin pour qu'elle m'aide, le minimum certes mais c'était déjà ça quand même. « T'es un amour chouchhhooouuuuu je t'aime trop sans toi je serais rien tu le sais. T'es la femme de ma vie, je devrais t'épouser en fait parce que t'as raison je pourrais pas vivre sans toi, je serais perdu, personne peut te remplacer, t'es mon rayon de soleil ! leeetttsss the sunsshiiiinnneeee leeetts the sunshine iiin the suunnshine iinn » Bon bah voilà je chantais c'était déjà bon signe que j'étais de meilleure humeur non ? Bien évidemment c'était grâce à la sublime madame Holloway qui m'avait enfin sortie mes précieux céréales. J'étais donc sortie rapidement de la salle de bain pour faire un besos à ma gentille colocataire et pour courir me remplir le ventre sauf que bien évidemment boulet comme je suis il fallait que je me trompe de t-shirt puis comme keke en avait profité pour se foutre de ma gueule, encore oui oui, fallait bien que je la fasse taire en lui sautant dessus nan mais oh. « La prochaine fois, non, tu sauras plus en vie ! » Faut pas croire hein mais jpouvais vite m'énerver quand on s'en prenait à mon corps d'apollon. Heureusement, je dis bien HEUREUSEMENT, pour elle que j'étais trop un ange et que je prenais la chose à la rigolade parce que vous imaginez vous booba sortir avec un t-shirt rose avec une licorne dessus et des arcs en ciel ? Bah jpense pas qu'il rigolerait lui parce que c'est ctrop un fou ouai ! Du coup j'en profitais pour faire le gay ouai, parce que j'étais trop belle comme ça je sais. Et pour plaire à la madame devant moi je me cambrais pour faire sortir de belles fesses même si je pouvais pas trop me faire des formes pour l'avant. « je sais que tu penses pas ce que tu dis » lançais-je comme une évidence quand elle certifiait qu'elle n'appréciait pas mon corps. « aaahhh voilà ! Parfait ! Merci ! même si j'avais pas besoin de toi pour le savoir » Répondais-je fièrement sans écouter le reste. Elle avait dit ce que j'attendais c'était le plus parfait hein, enfin en l'occurrence c'était moi qui était parfait mais booonn voiillaaa quoooi j'allais pas en faire un plat non plus jsuis pas comme ça-moi vous savez. « Tu peux pas m'étrangler jsuis parfait c'est toi qui l'a dit ça serait une trop grande perte » Bon une toute petite dernière couche de vantardise ça faisait pas de mal quand même. « Reste muette ça me fera des vacances au moins parce que là t'es même plus supportable » lançais-je avec un grand sourire. Comme ça j'étais pratiquement sûre qu'elle allait ouvrir sa grande gueule pour affirmer le contraire. Du coin de l'oeil je regardais le réveil dans le coin de la pièce « hhuuummmmmmmmmmmm et si je te dis que, à cause de tes conneries, on est en retard tu fais quoi ? »

Spoiler:
 

Code by Wild Heart


Pretending to not feel alone
Mon avis c’est qu’on a toujours le choix sur la façon de raconter les histoires tristes. Si on veut on peut tout repeindre en rose, et se consoler des pires galère avec une de ses chansons préférées.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Ven 25 Oct - 21:06

yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool. (nathanael et kellin)
Pour être honnête, l’espace d’une seconde, je m’étais demandée si même un yeti sauvage n’aurait pas été plus aimable que Nathanael au réveil (et plus beau aussi accessoirement parce qu’avec ses cheveux en batailles, on aurait dit un champ de blé dévasté par la tempête). Bon, c’est vrai, je devais admettre que j’y étais un peu pour quelque chose s’il était aussi grognon. Ceci étant, sans moi, il n’aurait jamais été prêt à temps pour aller en cours alors franchement, je suis une sainte, c’est sûr. De toute façon, j’aurais pu être aussi adorable que je pouvais l’être avec lui (ce que j’étais d’ailleurs), le bouclé aurait quand même trouvé quelque chose à redire, tout simplement parce que c’est dans ses gênes de me faire chier. Même le matin, il n’oubliait pas à quel point cela semblait vital pour lui. C’est donc pourquoi je ne me gênais pas pour faire de même, et force était de constater que je réussissais le tout plutôt bien. Bah laisse-moi crever au moins je verrais plus ta gueule ! Je dus bien mettre une ou deux longues minutes à digérer ce que Nathanael venait de me balancer en pleine poire. Ah ben merci, c’est charmant ! commençai-je en ouvrant de grands yeux. Faut pas s’étonner que je sois si désagréable avec toi ensuite, on ne récolte que ce que l’on sème monsieur ! rétorquai-je finalement. Ah les bons vieux dictons de ma grand-mère… c’est qu’ils pouvaient être bien utiles pour me sortir de situations comme celles-ci. Enfin, en admettant que cela suffise au jeune homme pour s’avouer vaincu, ce dont je n’étais pas vraiment sûre en fait. Mais après tout, qui ne tente rien n’a rien. Pour avoir le dernier mot, j’étais capable de dire tout et n’importe quoi, j’en étais consciente. tu t'entends des fois quand tu parles ? Non parce que pour sortir des choses pareilles y doit bien y avoir un petit soucis là-haut ! Je vais très bien, mais merci de t’en soucier ! criai-je pour toute réponse. Ce qu’il m’éneeeerve ! Il ne pouvait pas s’occuper de se préparer plutôt que de perdre son temps à m’agresser, non ! A ce rythme, je comprenais pourquoi il aurait voulu que je le réveille plus tôt. Mais bon, n’empêche que dans cette histoire, ce qu’il fallait voir, c’était surtout que sans moi, il ne se serait jamais levé, et rien que pour ça, je crois que le bouclé me devait reconnaissance et respect jusqu’à la fin de sa vie (au moins, parce que personnellement, j’estimais qu’il devrait le faire même après mais bon, ce n’est que Nathanael, faut pas trop lui en demander). Et heureusement, il semblait ENFIN se rendre en compte de l’importance que j’avais dans sa vie (bah oui hein). T'es un amour chouchhhooouuuuu je t'aime trop sans toi je serais rien tu le sais. T'es la femme de ma vie, je devrais t'épouser en fait parce que t'as raison je pourrais pas vivre sans toi, je serais perdu, personne peut te remplacer, t'es mon rayon de soleil ! leeetttsss the sunsshiiiinnneeee leeetts the sunshine iiin the suunnshine iinn ! Ouais… bon. Le petit final musical n’était pas franchement nécessaire mais je n’étais pas du genre à me plaindre. Mieux valait voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Alors pour mon plaisir personnel, je profitai de chacun de ses mots avec un immense sourire qui en disait long sur ma satisfaction. C’est que cela ne m’arrivait pas souvent de recevoir des compliments de sa part, alors je prenais tout et n’importe quoi, du moment que ça s’apparentait à une parole gentille. Et là, pour le coup, s’en était. Mon Dieu, mais est-ce que tout ceci est un rêve ? demandai-je rhétoriquement en clignant frénétiquement des yeux pour me persuader que non, c’était bel et bien la réalité. J’aurais pu demander à mon très cher coloc’ de me piner pour vérifier mais je crois qu’il y aurait pris trop de plaisir. Par la suite, je ne manquais pas de renvoyer l’ascenseur à mon ami en lui faisant une magnifique déclaration digne de ce nom (c’est que c’est super romantique par chez nous, faut pas croire). aaahhh voilà ! Parfait ! Merci ! même si j'avais pas besoin de toi pour le savoir, se venta-t-il comme il avait l’habitude de le faire sans que ne l’aide. Bon, en même temps, ce n’était pas comme si nous avions l’habitude de nous lancer mutuellement des fleurs alors une fois de temps en temps ne faisait pas de mal, d’autant que je venais tout juste de me moquer de lui. En effet, dans la précipitation, ce dernier avait enfilé un t-shirt avec moi, et il ne faisait pas parti des plus neutres que j’avais à vrai dire. Et le résultat me laissa… comment dirai-je ? Sans voix. Reste muette ça me fera des vacances au moins parce que là t'es même plus supportable. Je vous présente Nathanael dans toute sa gentillesse. Je me demande bien ce qui me retenait de lui mettre un coup de boule, parce qu’il l’aurait mérité. M’enfin je n’avais pas non plus envie de m’assommer alors… disons que je ne savais pas ce qui me retenait de lui faire bouffer les quatre pieds de la chaise en même temps. Ah parce que tu crois vraiment que tu es supportable, toi ? Je te signale que je lutte tous les jours, c’est pas un saint cadeau de Dieu de vivre avec toi, qu’on s’le dise ! l’attaquai-je pour toute défense. Et puis… TU M’ERNERVES ! conclus-je en criant d’une voix si aigue que j’étais presque certaine qu’on m’avait entendu jusqu’à l’autre bout de la fac. Mais cela ne semblait pas l’inquiéter plus que ça à en juger par son attention qui était portée ailleurs. Par curiosité, je regardai en direction de ce qu’il fixait et me rendis rapidement compte qu’à cette heure-ci, les cours avaient déjà commencé. hhuuummmmmmmmmmmm et si je te dis que, à cause de tes conneries, on est en retard tu fais quoi ? Je préférais ne pas user de ma salive pour répondre à la première partie de la phrase étant donné que c’était de la mauvaise foi comme on n’en fait plus. Ben… on a qu’à… Je fis mine de réfléchir le temps d’une fraction de seconde. Pas aller en cours, terminai-je comme si je venais de lui proposer un yaourt. Bof, ce n’était pas comme si c’était super grave de louper une journée de cours. Et puis Nathanael, lui, il avait l’habitude. Quoi qu’il en soit, j’étais persuadée qu’il ne refuserait pas de sécher. Et tu m’emmènes voir tes copains les babouins au zoo ? Je me mis ensuite debout sur mon lit et sautai dessus comme une petite fille. Allez s’il te plaiiiiit !


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Claudia Sulewski
Pseudo : Jewel
Souriez, dites cheese :
Âge : dix neuf ans
Jukebox : stay high - Tove Lo
Points chance : 71

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Ven 29 Nov - 22:17

⊹ yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.

« Ah ben merci, c’est charmant ! Faut pas s’étonner que je sois si désagréable avec toi ensuite, on ne récolte que ce que l’on sème monsieur ! » Je la regardais avec un grand sourire collé aux lèvres, au final elle avait quand même réussit à me faire rire parce qu’elle est trop mignonne quand elle essai de jouer sur les vielles phrases pourrit  « roh mais ça va tu sais que je l’aime ta gueule quand même » lançais-je en attrapant son visage avec mes deux mains pour plaquer un bisou sur sa joue de force. Des fois je crois c’est moi qui suis trop mignon en fait ! Enfin non ce n’est pas des fois mais toujours et puis c’est une évidence en fait « elle est plus facile à supporter que ton caractère » rajoutais-je plus bas avec un grand sourire. J’ai trop pris l’habitude qu’on me pardonne tout en faisant une gueule d’ange, genre le sourire Colgate faut pas croire mais ça sort de beaucoup de situation. Et donc après de multiples idioties de la part de ma colocataire je m’enfermais enfin dans la salle de bain. Je veux pas dire mais bon si on est en retard ça sera un peu sa faute, un peu beaucoup. Genre tout est de sa faute en fait ouai, si elle aurait pas de tels soucis mentaux jpourrais m’en sortir très bien, me préparer tranquille sans avoir besoin de courir de partout mais non parce que de un madame aimait trop me mater en train de dormir du coup elle me réveiller en retard tellement subjuguer par ma beauté, ce que franchement je peux comprendre mais faut pas trop en abuser non plus hein et puis ensuite elle avait besoin de me retenir en me disant de la merde alors que j’avais déjà perdu trop de temps. La vie est terrible avec moi ! Pourquoi avoir Kellin comme colocataire hein ? POURQUOI ? Jcrois que le jour de la répartition j’avais du loupé ma B.A du jour du coup le karma il en avait après moi, jvois que ça comme possibilité sinon je mérite pas de vivre ça ! Après multiple aller-retour entre la salle de bain et la cuisine, Kellin m’intercepta parce qu’elle était en manque d'amour, si si je vous assure. Et qui mieux que Nathanel Conor pour retrouver du réconfort ? Parce que jsuis un peu le mec parfait quoi alors elle peut se sentir trop spécial d’avoir de belles paroles de ma part. « Non j’avoue en fait t’es pourris » lançais-je finalement à la hâte. J’allais quand même pas toujours être gentil, non, fallait quand même pas trop rêver..  Même si en vrai je l’appréciais peut être ne serais ce qu’un petit peu fallait me baiser les pieds pour que je l'admette. Tfaçon il fallait que je la fasse redescendre sur terre un peu celle-là parce que je la voyais déjà courir dans tout le bahut pour crier que je l’aime bien.  « Ah parce que tu crois vraiment que tu es supportable, toi ? Je te signale que je lutte tous les jours, c’est pas un saint cadeau de Dieu de vivre avec toi, qu’on s’le dise ! Et puis… TU M’ERNERVES ! » Je rigolais en entendant sa voix partir dans les aigues, elle était vraiment trop mignonne quand elle essayait de s’énerver celle-là « moi j’aimerais bien vivre avec moi-même… t’imagines même pas combien de personne aimerais être à ta place » concluais-je tout simplement calmement avec un grand sourire. Bah ouai ça serait le rêve de vivre avec moi ! Genre un mec trop beau trop parfait, AUCUN DEFAUT, pour toi tout seul ! c’est encore mieux qu’un rêve c’est le paradis ! En fait je suis le paradis mais bon voiiillaaa jvais pas trop m’en vanter non plus c’est pas dans mes habitudes quoi … Enfin bref, à force de dire de la merde l’inévitable arriva, on était en retard. Faut dire que moi ça m’arrangé bien parce que tfaçon j’avais pas envi d’y aller et j’y serais peut-être même pas allé en fait donc au moins j’avais de la compagnie ! En plus ça avait pas l’air de la déranger plus que ça alors j’allais pas m’en plaindre « Et tu m’emmènes voir tes copains les babouins au zoo ? » « ok » lançais avant de la prendre par les épaules et de l’amener face à un miroir « Alors voilà un mammifère dans sa forme primitive, tu pourras remarquer qu’il n’a pas terminé son évolution et son haleine de chacal » Commençais-je en prenant une allure solennelle « ah et puis n’oublions pas son milieu de vie hostile » sur ces mots je me mettais à avancer, le buste lever et les mains jointe dans le dos. « On pourra remarquer que le keke aime la crasse » lançais-je avant de m’arrêter devant son lit et de le présenter avec ma main. « Jugez par vous-même »

Code by Wild Heart


Pretending to not feel alone
Mon avis c’est qu’on a toujours le choix sur la façon de raconter les histoires tristes. Si on veut on peut tout repeindre en rose, et se consoler des pires galère avec une de ses chansons préférées.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Jeu 12 Déc - 15:54

yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool. (nathanael et kellin)
Avec Nathanaël, c’était TOUJOURS le même cinema. On s’aime et puis a minute d’après on se déteste. Pire qu’une pièce de théâtre. Bon, peut-être bien qu’on se détestait plus souvent qu’on s’aimait, mais c’est ça l’amour vache. De toute façon, je ne pouvais pas nier que sans lui, je m’ennuierais probablement à mourir. Et même s’il ne voulait pas l’admettre, j’étais persuadée que la réciproque était vraie aussi. Ou peut-être que non… mais bon peu m’importait de toute façon, le résultat était le même. Roh mais ça va tu sais que je l’aime ta gueule quand même. Avant même que je n’aie le temps de rétorquer que moi je n’aimais pas la sienne – parce que oui, c’était exactement ce que j’avais l’intention de répondre – le bouclé m’agrippa les joues de force pour venir y coller un gros bisou pour preuve de sa bonne foi. Telle une enfant de cinq ans, je passai le revers de ma main à l’endroit précis où Nathanaël avait posé ses lèvres afin d’essuyer toute trace de ce bisou – et de bave, accessoirement. Elle est plus facile à supporter que ton caractère ! Evidemment, tu pouvais pas dire SEULEMENT un truc gentil, non, c’est trop pour toi ! grognai-je. S’il croyait que je ne l’avais pas entendu, maintenant il était au courant que si. En plus, j’ai carrément un brevet de lecture sur les lèvres alors c’est perdu d’avance pour lui. Je vois tout, j’entends tout, je sais tout. Bref, je suis un don de Dieu. Si seulement Nath’ était capable de le remarquer des fois. Si je n’étais pas là, ça ferait déjà un bail qu’il se serait fait viré de la fac pour manque d’assiduité ou je ne sais quoi d’autre. Je suis la bonne samaritaine, il faut le dire. Alors pourquoi diable devais-je supporter les incessantes remarques du bouclé qui n’avait aucune once de gentillesse en lui – à part pour lui-même ? Alors que j’étais en pleine réflexion philosophique sur la question justement, voilà que Nathanaël débarquait de nulle part pour en rajouter une couche, je ne savais même pas pour qui ni pour quoi… Non j’avoue en fait t’es pourris. Epuisée, je me laissai tomber nonchalamment sur le lit et levai les yeux au ciel. Est-ce que cela valait réellement le coup que j’use ma salive pour lui répondre ? Après avoir lâché un franc et lourd soupir, j’en conclus que je n’allais tout de même pas lui laisser le dernier mot. Il serait bien trop content et ce n’était pas mon but. Bah fallait bien trouver quelqu’un d’aussi pourri que toi pour t’accompagner au quotidien… Ce qui fait donc que, EN FAIT, je ne suis PAS pourrie puisque j’ai le mérite de te supporter tous les jours de ma pauvre vie, ça mériterait même un award ça. Oui, il fallait toujours que je fasse de loooongues phrases avec tout plein d’arguments pour espérer lui clouer le bec à l’autre qui me servait de coloc’. Cependant, j’étais lucide, et je savais pertinemment que j’avais beau avoir raison – bon ok, pas tout le temps mais presque – le jeune homme était d’une telle mauvaise fois qu’il ne l’admettrait jamais même si on l’attachait à un poteau et qu’une biquette le chatouillait en lui léchant les pieds – terrible sentence d’ailleurs. Ceci étant, je n’étais pas de nature cruelle, il avait de la chance. Mais non… à l’entendre, c’était encore moi la plus chanceuse de nous deux. Moi j’aimerais bien vivre avec moi-même… t’imagines même pas combien de personne aimerais être à ta place ! Si, j’imagine à peu près, le contredis-je en faisant mine de compter. Environ… zéro. Le compte est bon ? le questionnai-je de manière tout à fait rhétorique tandis qu’un large sourire vint étirer mes lèvres. Ben oui, je n’allais tout de même pas pleurer. Et puis il fallait dire qu’il l’avait bien cherché aussi. Soyons honnêtes : à part moi, personne n’avait assez de calme et de patience pour vivre tous les jours à ses côtés. Un véritable petit enfant ! Si j’avais su qu’en prenant un dortoir à l’université je gagnais le droit de devenir baby-sitter en prime, j’y aurais peut-être réfléchi à deux fois. Ou même dix. Et comme tout bon enfant qui se respecte : entre caprices et blablas inutiles, il avait réussi à nous mettre en retard. Moi qui n’avais rien demandé, je finissais toujours par être embarqué dans ses conneries. Connerie pour connerie, je lui proposai donc d’aller faire un tour au zoo. Cela faisait un petit moment que j’avais envie d’y aller, c’était donc l’occasion de ne pas y aller seule. Et puis Nathanaël avait une bonne connaissance de certains animaux primitifs qui y étaient, c’était un avantage. Lorsque le jeune homme lança un petit « ok », je ne pus m’empêcher de sourire, sourire qui s’évanouit bien rapidement lorsqu’il me traina jusqu’au miroir pour démarrer son discours. Alors voilà un mammifère dans sa forme primitive, tu pourras remarquer qu’il n’a pas terminé son évolution et son haleine de chacal. Ah et puis n’oublions pas son milieu de vie hostile. Jugez par vous-même. J’EN.AI.MARRE.DE.LUI. C’est définitif. J’ignorais ce qui me retenait de lui foutre une tarte en pleine poire à l’autre brebis galeuse. Je restais immobile quelques longues secondes tant j’étais dépitée de son cas. Lorsqu’enfin je me décidai à bouger de nouveau, ce fut pour me pencher et ramasser une chaussette sale dont l’odeur ne faisait que confirmer mes pensées : elle devait trainer là depuis de longues semaines maintenant. Excuse-moi mais ça, c’est à qui ? lui demandai-je en brandissant la chaussette en question. Aussi loin que je m’en souvienne, je ne fais pas du 44 moi monsieur ! Je fis quelques pas de plus pour ramasser un caleçon qui trainait part terre lui aussi. Et je ne mets pas de caleçons non plus. D’un regard, je balayai le sol sur lequel étaient répandues pas mal de choses à vrai dire. Et d’ailleurs… je ne porte rien de tout ça non plus. Entre chaussettes, boxers, jeans, t-shirts et autres affaires à gogo, quionque entrerait dans la chambre à cet instant précis pourrait croire que le sol est un dressing. Et peut-être bien qu’en effet, c’était le dressing personnalisé de Nathanael. Sur ce, je te laisse donc aller foutre tout ça dans le bac à linge, commençai-je en posant la chaussette ainsi que le caleçon sur l’une de ses épaules. Et ensuite, on va au zoo pour aller voir… Bon, autant de pas déclencher une énième guerre mondiale : nous n’allions voir ni sa famille ni la mienne. Au moins, il n’y aurait pas de problème. Pour aller voir… les girafes, tiens ! J’avais à peine eu le temps de terminer ma phrase que déjà j’avais saisi mon manteau au vol. Allez grouilles ton cul face de limace !


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Claudia Sulewski
Pseudo : Jewel
Souriez, dites cheese :
Âge : dix neuf ans
Jukebox : stay high - Tove Lo
Points chance : 71

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   Jeu 26 Déc - 19:01

⊹ yeah we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.

En vrai Kellin je l’aimais quand même, un peu, jcrois, peut-être ? Non mais voilà c’est juste qu’elle serait trop contente d’entendre ces mots sortir de ma bouche alors jpréférais m’acharner sur elle. C’était plus marrant de la voir s’énerver, en plus c’est qu’elle était facile à énervé la mémère, alors j’allais surement pas me déranger. Y en a qui évacue en frappant sur un punching ball, moi j’ai kellin, chacun son truc j’ai envie de dire. Evidemment, tu pouvais pas dire SEULEMENT un truc gentil, non, c’est trop pour toi ! en guise de réponse je me contentais de lui rire au nez, en affichant mon plus beau sourire. Des fois j’ai l’impression que c’est tout ce que je sais faire ,sourire comme un teubé, mais ça marche alors voilà jvais pas m’en priver, puis en plus jsuis trop cute quand je souris. Ce que j’aime bien avec kellin aussi c’est quand elle veut se justifier elle te fait des phrases de quatre mètre de long, qui n’ont généralement aucun sens soit dit en passant. Mais voilà, ça me donner encore plus envie de lui faire chier pour découvrir ce qu’elle allait bien pouvoir m’inventer comme connerie. En fait c’était une connerie ambulante cette fille, sisi je vous assure, me regardez pas comme ça c’est la vérité ! Tu t’enfonces petit caca C’est qu’elle savait tellement bien le faire que j’aimerais pas la stopper dans son délire à la madame. Si ça se trouve elle croyait à ses propres conneries et là ça serait encore plus grave mais faut bien savoir qui a qu’un seul dieu dans cette chambre et c’est belle et bien moi. Puis la modestie, moi, je connais pas alors je vais pas me gêner à me lancer des fleurs, surtout quand je dis des choses sensé. Pour appuyer mes propos, d’ailleurs, je lançais que n’importe qu’elle fille serait bien heureuse d’être à la place de Kellin, strict vérité puisqu’elle était déjà toutes à la porte à toquet comme des pauvres petites malheureuse en manque d’affection. Mais, j’étais un homme occupé quand même je pouvais pas prendre soin de toute mes prétendante hein, sinon ça prendrait des mois voire des années ! Si, j’imagine à peu près. Environ… zéro. Le compte est bon ? je soufflais ne prenant même pas la peine de lui répondre. A quoi bon hein ? Elle aura sa victoire pour avoir eu le dernier mot et elle sera contente au moins ça sera déjà ça ! Tfaçon moi je savais très bien la vérité alors si elle voulait pas la comprendre et se croire pour une super héros pour avoir le courage de me supporter ben j’allais pas lui gâcher un si beau rêve.  Jsuis pas cruel moi ! Enfin, jusqu’à ce que je compare Keke à un animal primitif. En même temps elle l’avait bien cherché j’avais fait que répondre à son appel quoi, rien de plus. Excuse-moi mais ça, c’est à qui ? Aussi loin que je m’en souvienne, je ne fais pas du 44 moi monsieur ! Et je ne mets pas de caleçons non plus. Et d’ailleurs… je ne porte rien de tout ça non plus. Sur ce, je te laisse donc aller foutre tout ça dans le bac à linge La tentation de tout lui balancer dans la gueule était trop forte, mais, j’étais un homme rationnel, je chopais deux/trois affaire sur le sol parmi la soixantaine, en fit une boule que je balançai dans le bac comme un ballon de basket. Il tire et il maaaaarrrrrrquuuuuuue ! après avoir joyeusement imité la foule en délire j’embarquais kellin sous mon bras direction le zoo.

Code by Wild Heart

SUJET CLÔT


Pretending to not feel alone
Mon avis c’est qu’on a toujours le choix sur la façon de raconter les histoires tristes. Si on veut on peut tout repeindre en rose, et se consoler des pires galère avec une de ses chansons préférées.  @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.   

Revenir en haut Aller en bas
 

we’ll be doing what we do and just pretending that we’re cool.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» coolmini
» Règle du RP: Les symboles perdus
» Le jeux-qui-n-a-pas-de-nom-mais-qui-est-cool-quand-même !
» Demande de création d'un club
» Nostale !! :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCK ME ::  :: Archives :: Saison 04 :: Rps-