AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I need you, you're my reason to breath... • Jemma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: I need you, you're my reason to breath... • Jemma   Mar 24 Sep - 19:36



De l’air, il me fallait de l’air. J’étais resté enfermé dans l’appartement depuis bien trop longtemps maintenant et il fallait que je prenne l’air, que je marche, que je cours, ou que je fasse quelque chose. J’avais rapidement pris une douche avant d’enfiler un jean un peu large, un simple t-shirt par lequel j’enfilais rapidement un sweat à capuche. Bonnet posé sur la tête et lunette de soleil pour cacher mes cernes horrible. Main dans les poches je me mis à marcher sans vraiment savoir ou j’allais. Comme tous les jours mes pensées se tournèrent vers Emma, elle me manquait. Elle me manquait tellement. Depuis qu’elle était partie j’avais l’impression de me sentir vide, complétement vide. Je sais que ça peut surement paraitre pathétique mais plus rien n’avait vraiment de sens sans elle. Sans qu’elle le sache elle avait été ma bouet de sauvetage pendant un an et demi. Quand je l’avais rencontré à Paris, j’étais en train d’essayer de me sortir de mes problèmes de drogue, de recommencer une nouvelle. Elle était arrivée au bon moment et tout m’avait soudain paru plus simple à surmonter. Quand je faisais des crises de manque il avait souvent fallut que sa peau entre en contact avec la mienne pour que je me calme instantanément. J’avais cru pouvoir enfin être heureux, pouvoir oublier qui était mon père, ce qu’avait fait ma mère. J’avais cru pouvoir oublier le fait que j’avais gâché des années de ma vie en me foutant en l’air, mais bien trop vite les choses m’avaient rattrapé. Peu après notre emménagement à Londres, des mecs avaient débarqués et agressés Emma. J’avais bien rapidement compris qui était ces mecs, ceux à qui je devais pas mal de frique. Mais le pire c’est que ce jour-là elle m’avait quitté, elle était partit en disant que c’était de ma faute. Elle avait raison, c’était de ma faute si ils avaient saccagé notre appartement, si ils avaient agressé Emma. Tout ça parce que mon foutu passé, mes foutues erreurs revenaient dans ma vie. J’avais essayé de lui expliquer mais elle était partit, me laissant dans un état que je n’aurais jamais cru possible. Pire qu’après la mort de ma mère surement. Quelques minutes après qu’elle soit partit j’avais eu un excès de colère et m’était cassé le poignet en frappant dans le mur. Je venais de perdre la seule et unique personne qui n’avait jamais autant compté pour moi. Depuis un an et demi je ne m’étais plus imaginé sans Emma à mes côtés, elle avait toujours été là pour moi et j’avais toujours fait de mon mieux pour la rendre heureuse, mais visiblement rien n’avait suffi. Depuis ce soir-là j’avais toujours cette colère en moi, pas contre elle, mais contre moi, pour avoir tout gâché, pour l’avoir fait souffrir. Soupirant, essayant de chasser toutes ses pensées de ma tête, je me passais la main sur le visage avant de remarquer où mes pas m’avaient amené. Le café ou Emma travaillait. Comment étais-je arrivé là ? Je l’ignorais. Je m’étais alors figé sur le trottoir. Et si ce n’était pas la bonne solution ? Et si il valait mieux que je la laisse trouver un mec qui en valent plus la peine et qui ne risquerait pas de la mettre en danger à cause de son passé ? Regardant par les grandes vitres du café je tombais sur Emma. Ses longs cheveux brun retombé sur l’une de ses épaules en une tresse parfaitement faite, elle était vêtu de son t-shirt au nom du café mais elle était magnifique… Peut-être même encore plus dans les souvenirs que j’avais d’elle. Je ne pouvais pas la laissé partir, j’avais simplement trop besoin d’elle. Retirant alors simplement mes lunettes de soleil je pénétrais dans le café. La voyant s’activé derrière le comptoir je pris place sur un grand tabouret face à elle (même si elle me tournait le dos). Passant alors ma main dans mes cheveux, mal à l’aise, je finis par prendre la parole. « Salut… » Un léger sourire timidement s’afficha sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: I need you, you're my reason to breath... • Jemma   Mer 25 Sep - 0:34

crédit des images •• tumblr

I need you, you're my reason to breath
Jemma

Je suis tranquillement en train de regarder Amour gloire et beauté, lorsque… « T’as pété ! ». Je le regarde. Il me regarde. On se regarde. Et… « Non. ». Je grimace, il boit une gorgée de jus d’orange. « Fais pas style, je sais que t’as pété ! ». Il pose son verre, me regarde une nouvelle fois et hausse un petit peu la voix. « Mais non j’te dis ! Maintenant, si tu veux bien te taire, j’aimerais bien voir la suite de l’épisode ! ». Je hausse les épaules et on regarde l’épisode. Je savais pas que c’était un fan assidu de Amour gloire et beauté celui là… Puis, après une, deux, trois secondes… « Y a pas de honte à avoir, tu sais…. ». Je le sens se crisper et je me retiens de rire. Il se retourne une nouvelle fois face à moi et commence vraiment à s’énerver. « Mais j’te dis que j’ai pas pété putain ! ». Trop de « p » dans cette phrase. Mais j’maintiens mes propos : « Pas la peine d’être vulgaire làààààà ! ». Ils sont bizarres ces anglais à se foutre en colère pour keudal ! Pas étonnant qu’on leur ait fait la guerre pendant cent ans aux roastbeefs ! « Mais c’est toi t’es chiante à dire des conneries aussi !!! ». Ça y est, il gueule ! Il a ses règles ou quoi ? « MAIS ASSUME AUSSI !!! ». Voilà, c’est moi qui me mets à gueuler. Parce que l’entendre gueuler, ben ça m’énerve, du coup je gueule aussi et on gueule tous les deux. Ça va que la voisine est à moitié sourde. « MAIS Y A RIEN A ASSUMER PUISQUE J’AI PAS PÉTÉ ! ». Il est têtu quand même, non ? Ben moi j’trouve qu’il est têtu. C’est surement toute cette masse de cheveux qui lui enlève tout bon sens. « Salut ! Pourquoi vous gueulez ? ». Et v’là l’autre qui se la ramène ! Non mais sérieusement, il a cru c’était une maison close ici ? Qu’on pouvait entrer et sortir comme on veut ? Ben non ! « Salut Eliam !! », dit l’autre frisé, comme si ça allait changer quelque chose. « C’est Nathanael, il a pété, mais il veut pas avouer ! ». Et là, je sais pas si ses cheveux ont pris la foudre, l’électricité ou quoi, mais le mec s’est levé et a commencé a pété un câble. « MAIS J’AI PAS PÉTÉ J’TE DIS !!!! CASSE PAS LES COUILLES !!! ». « euuuuuh, t'en as toi ? », que je rétorque, morte de rire. « J’VAIS TE BUTER !!! ». Bon, il est temps de prendre la fuite, je crois !!!!! Ouais, comme dans Pokemon, quand un animal sauvage vous attaque, ben vous pouvez prendre la fuite… avec Nath, c’est pareil… sauf que lui, c’est pas un Pokemon… Ou alors c’est un Pokemon moche et nul, genre Togepi… OU NON PIRE : Miaous !!! Du genre insupportable, il est pas mal ! Bref.

De toute façon, il est l’heure pour moi de partir. J’ai un boulot, moi monsieur ! Et voui !!!! Bon, c’est pas super glamour, mais j’suis serveuse dans un café. Y a pire quand même ! Genre, récurer les toilettes c’est un peu plus nul… Enfin bref, mon salaire de serveuse me permet de payer mes études et… c’est tout en fait. Parce que j’ai plus de loyer à payer - puisque je squatte chez Nathanael - et même si des fois j’fais les courses, c’est juste pour acheter du p.q., alors c’est pas ça qui me ruine… Ben oui, c’est important de bien choisir son papier toilette, sinon ça irrite les fesses et ça, Nath, il le savait pas. Du coup, il avait la peau du cul rugueuse, mais heureusement, super mama est là et a changé sa vie ! Bref, ça doit bien faire une ou deux heures que j’bosse à servir des cafés qui puent - en plus j’aime pas le café - à des gens qui disent même pas merci, lorsque mon patron se pointe et m’engueule. Quel con ! Non mais sérieusement, c’lui là faudrait qu’il investisse dans un punching-ball ou je sais pas, mais va falloir qu’il se détende su slip là ! Enfin bon, c’est une journée bien pourrie comme les autres et alors que je me retourne, me retrouvant face au bar, je tombe sur… « Salut… ». Jeremy. Mon copain… EUUUUH ex copain. Le EX est très important… mais à le voir, là, assis à seulement quelques mètres de moi… ça me… je sais pas, j’me sens comme une groupie qui assiste à son premier concert de Justin Bieber. J’suis contente de le voir. Bien plus que je ne veux l’admettre. Mais Jeremy… c’est Jeremy, le seul garçon que j’ai jamais aimé, celui pour qui j’ai quitté mon pays et ma famille… et également celui qui m’a brisé le cœur. Oui, bon je sais, c’est moi qui ai mis fin à notre relation, mais faut me comprendre aussi : il m’a caché son passé, au final, qu’est-ce que je connais de lui ? J’me suis faite agressée, dans NOTRE appartement. Un lieu de vie qui est sensé inspirer la confiance et la sécurité. Un sale type a posé ses mains sur moi et qui sait si un jour il va débarquer et finir le travail ? J’ai pris peur, je l’admets. Et quand on a peur, on fuit. J’pense que ma réaction est humaine, mais… ça n’en dissipe pas moins les sentiments que j’ai à l’égard de Jez. Je l’aime, oui. Je l’aime comme une dingue, mais est-ce que c’est suffisant ? Je ne crois pas. Du moins, pas pour l’instant.

« Dis donc Emmy, tu veux pas prendre une photo t’en que t’y es ? ». C’est la voix menaçante de mon patron qui me sort de ma contemplation. Je sursaute, me renversant du café sur la main au passage, et reprends durement pied avec la réalité. Je serre les dents, tant à cause de la douleur de la brûlure que la colère qui m’envahit et je m’exprime le plus clairement du monde, évitant tout de même de me donner en spectacle. « C’est EMMA ! ». Mais mon patron n’en a rien à foutre et hausse les épaules. « Je m’en fou, va servir le jeune homme si tu veux pas être virée ! ». Je soupire, résignée et m’approche de Jeremy, de l’autre côté du bar. Je pose la carafe pleine de café que j’ai à la main et m’essuie cette dernière sur mon tablier, sans oser le regarder… Ses yeux, qui m’ont fait fondre dès le premier regard, comment est-ce que je peux restée digne face à ça ? Je prends alors mon courage à deux mains, relevant le visage et esquisse un léger sourire au beau blond… « Salut… », que je réponds, sur le même ton que lui. La situation est étrange, je ne sais pas vraiment quoi faire ou quoi dire… Enfin si, en principe je devrais lui déposer la carte et lui demander ce qu’il souhaite consommer… Mais ce n’est pas un simple client face à moi… non, c’est Jeremy, le garçon que j’aime, mais qui me fait du mal… « Tu euh… ça va ? ». Okay, va t’acheter un Bescherelle ma grosse, ça t’aidera à communiquer !!!! Non mais sérieusement. Tu. Euh. Ca. Va ????? MAIS PUTAIN QUELLE CONNE ! Et puis c’est quoi cette question ? Tu viens de le quitter ! Le gars a des cernes aussi grosse que ton genoux ! Il a pas l’air d’être au plus haut de sa forme non plus !!! « Tu veux boire quelque chose ? », j’enchaîne alors, gênée et intérieurement heureuse de le voir…


fiche par BLVD OF BROKEN DREAMS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: I need you, you're my reason to breath... • Jemma   Mer 25 Sep - 19:25



A croire que ma vie n’était pas assez pourri, il avait fallu que la seule personne à qui je m’étais vraiment attachée ne finisse par me laissé tomber. Et j’avoue que je ne savais vraiment pas comment j’avais fait pour tenir sans elle depuis ce jour-là. Bon il faut avouer que je n’avais quasiment pas sortir le nez de chez moi, ce que me reprocher mes amis d’ailleurs. Mais si il y avait bien un truc que je ne pouvais pas faire, c’était reprocher à Emma d’avoir flippé et de m’avoir laissé tomber. Je comprenais qu’elle m’ai laissé, je n’avais jamais eu une grande estime de moi-même, même si elle était un peu remonter grâce à Emma, et elle pouvait surement trouver un mec milieu fois mieux que moi. Elle méritait plus que tout d’être heureuse et visiblement ce n’était pas avec moi qu’elle était. Depuis qu’elle c’était fait agresser je n’avais pas arrêté d’y penser. Les choses auraient pu être pire, ils auraient pu être armé, ou bien… Rien que d’y penser j’en avais des frissons. Je savais que ces mecs étaient loin d’être des mecs calmes et posé. Et dire qu’elle aurait pu finir à l’hôpital, ou pire… Cette pensée me donnait juste envie de me haïr un peu plus que je ne me haïssais déjà. Que l’on s’en prenne à moi je m’en fichais, à près tout c’était mes erreurs, mais que l’on s’en prenne à la personne qui comptait le plus au monde pour moi… Non c’était impossible. Je soufflais une nouvelle fois alors que mes pas m’avaient mené à ce café ou j’étais venu tellement de fois dans les semaines passé. Quand Emma travaillait j’avais souvent eu pour habitude de passer la voir pendant mes pauses car mon boulot n’était pas très loin du sien. Nous avions eu l’habitude de manger ensemble tous les midis dans le parc d’en face, seulement tout ça c’était du passé aujourd’hui. Déterminé j’avais fini par entrer dans le café en me dirigeant vers elle, il fallait que je lui parle, je lui devais la vérité sur beaucoup de choses, ma famille, mon plongeons dans la drogue… Je l’avais alors salué et les quelques minutes qui suivirent me parurent interminable. Son patron lui avait encore parlé d’une manière qui me donnait envie de lui foutre mon poing dans la gueule. Elle en renversa même du café sur sa main. J’avais esquissé un geste pour venir l’aider avant de finalement me rassoir, me disant que c’était surement une mauvaise idée. Puis elle c’était tournée vers moi. Mon dieu qu’elle était belle… Elle semblait plutôt allez bien, surement mieux que moi visiblement, j’en ressentis un pincement au cœur en me disant qu’au final elle était peut être mieux sans moi. « Salut… »Il y eu un silence pendant lequel je passais ma main dans mes cheveux. Il y a seulement quelques jours elle était dans mes bras, en train de sa marrer parce que je faisais le con et maintenant j’avais presque l’impression que plus rien ne pourrait redevenir comme avant… J’avais peur, peur de la perdre pour de vrai, même si je savais que c’était surement déjà fait. « Tu euh… ça va ? » J’haussais les épaules. « Je… On fait aller… Et toi ? Tu as l’air plutôt… Bien… » Je me sentais idiot, complétement idiot de me ramener ici alors qu’elle n’avait surement aucune envie de me voir. J’étais presque persuadé que si elle l’avait pu elle aurait pris ses jambes à son cou. « Tu veux boire quelque chose ? » Surpris par la question je me tournais vers le menu des différents cafés, au point où j’en étais de toute façon, un de plus ou un de moins. « Euh… Juste un café s’il te plait… » Je passais une nouvelle fois ma main dans mes cheveux, ayant retiré mon bonnet. Je me mis à mordiller ma lèvre inférieur nerveusement, la regardant s’activé à faire du café. C’était surement le moment, l’endroit était assez calme elle devrait avoir un  peu de temps. « Est-ce que tu as le temps de… De parler ? » Un nouveau silence avant que mon regard ne se baisse sur le bonnet avec lequel je jouer entre mes mains. « Je sais que je te dois beaucoup d’explication… »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I need you, you're my reason to breath... • Jemma   

Revenir en haut Aller en bas
 

I need you, you're my reason to breath... • Jemma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» The reason [PV CHASE]
» USA humiliates Toyota internationally for no reason
» Elisez vos meilleurs Rps
» Has Sean Penn been recruited by Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCK ME ::  :: Archives :: Saison 04 :: Rps-