AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hey How ya doin'? Baby Bee.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
feat : Jaymi Hensley
Pseudo : Britney Bitch
Souriez, dites cheese :
Âge : Je suis la belle au bois dormant, j'ai dormi des siècles durant, alors je vais rester charmant!
Famille : Mon père c'est un poney rose et ma mère une licorne doré.
Statut : célibataire.
Bff : Kamryn; Kenaël; Esteban; Noah
Etudes : étudiant en musique. Je travaille également à titre gratuit pour la lutte contre les non-fumeurs.Notre slogan se résume à: moins de pestes, pas de violence et plus de fumettes!
Profession : aucune
Points chance : 5
These little things :


MessageSujet: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Dim 17 Nov - 22:00



Un fou rire gigantesque avait éclaté dans la baraque ! Une fois de plus, je n’étais pas seul dans ma tetê de folle. En fait, ce n’était pas près de s’arranger de si tôt pour être franc. La blague de la matinée été signé Pacey : « Quelle est la maladie la plus cool ? - C'est Alzheimer. Parce que tu te fais de nouveaux amis tous les jours ! ». Cela étant, ce n’était en rien la cause du fou rire que j’avais. En fait, Kenaël, Esteban et Noah étaient de sortie je ne sais pas où. Kellin devrait arriver à l’apart’ attendre quelque chose que j’ignore et que j’ai pas envie de savoir. Mon fou rire était d’honneur parce que je m’amusais sans scrupule à balancer du pain sur Kenaël. Je sais, c’est gamin, j’adore !  Le gars il me regarde furieux comme si j’étais une licorne au rire de Shrek tu sais… Du coup mon rire débile a fait rire Esteban qui commence à partir en live avec son rire de phoque échoué en pleine ville et tout le monde rigole à mort ! Les pauvres chatons, ils ne sont pas aidés ! Tu rigoles parce que l’un a un rire à la con, t’as un rire encore plus con du coup tu rigoles deux fois plus et celui qui rigolais avant rigole davantage pour ton rire et voici l’engrenage dans lequel on s’était lancé depuis trois minutes. Les trois minutes les plus longues de toute ma vie ! Ou peut-être que non. Oh my God !  « Oh putain… » s’élance Noah avant de partir de l’autre côté de la route suivi de près par Kenaël tout rouge visiblement entre la tehon et le fou rire qui te fait pisser dessus puis s’en vient Esteban un peu plus loin toujours à rire comme une otarie…. Finalement j’ai retrouvé la parole tu vois. « A plus tard les babyyyys ». Aussitôt partis, aussitôt party ! Le CD à Beyonce dans la machine et tant pis pour les voisins, pour les watts, pour les cats, pour les rats : I’m a princess…
J’attends mon Baby Bee –Kellin- pour commencer quoi que ce soit d’autre. Qu’on se le dise, ça allait fumer du chat à la mère Michelle par ici. Kellin et moi c’est toute une histoire. Tant que je ne connais pas les gens à qui j’ouvre la porte, ça va. C’est calme, je suis polie et même cool. Quand en revanche il s’agit de mes amis et pour le coup mes amies avec un « E », c’est autre chose. Ce que je voulais dire c’est que tant que vous restez de l’autre côté de la porte, tant que celle-ci est fermé ou qu’elle est toujours à sa place, tout va bien. Une fois la porte passé, vous rencontrerez sans doutes quelques difficultés de compréhension. En plus, avec un peu de chance vous tomberiez sur moi et moi seul et vous seriez dans de bonnes conditions pour appeler S.O.S médecin ! Je ne sais pas cuisiner, je n’aime pas les bestioles, je crains le chat à Kenaël et j’ai même prévu de fumer ses poils pour tout vous dire ! En fait, pour tout vous dire, je suis folle en fait. Je ne suis pas non plus très doué pour parler science ou quoi je sais faire le ménage, chanter, danser, gueuler, rigoler, fumer… D’ailleurs fumer est important. Très important ! Je vais le faire illico’ presto comme ça, je soulagerai mes colocs d’une odeur qu’ils ne semblent pas aimer. Ca sent bon pourtant ! Pas autant que le bambou mais Esteban m’a dit que ça n’existe pas. Un jour, je reviendrai avec du bambou et je vous le ferais fumer ! Bref. J’étais à la fenêtre à fumer une cigarette à la pomme –oui ça existe- en attendant que mon baby Bee se pointe ! La voilà justement. J’ai le temps de m’enfiler deux clopes qu’elle sera toujours pas arrivé tu vas voir… Je cours vers la table du salon, je prend une autre clope que j’allume l’air de rien et je l’attend de pieds fermes près de la porte d’entrée. Elle va arriver. Non. Elle arrive. Elle ouvre et j’en profite pour lui cracher un nuage de fumée –ça va c’est à la pomme- à la gueule ! Merci Pacey. « Coucoouu Babyyyy !! ». Si j’étais content de la voir ? Absolument. Est-ce que j’étais conscient d’être en tenue légère c'est-à-dire : un simple short pour traîner à la baraque avec mes vieilles tongs toutes roses ? Oui. Sauf que Kellin est déjà prise alors je ne risque pas d’être prétendant. « Tu veux boire un truc darling ? ».


True friends stab you in the front O. W.
 
 L'amitié en son état pur est inconditionnelle, c'est-à-dire que de vrais amis ne se jugent pas, et ne tiennent pas compte du temps qui passe.  ❥ Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Mer 27 Nov - 15:46

hey, how ya doin' ? (baby bee et baby pee)
En ce mois de novembre, il faisait déjà un froid de canard. Chaque fois que je devais sortir – même si c’était l’affaire de quelques minutes – je prenais soin de m’emmitoufler dans mon gros manteau d‘hiver et mon écharpe pour avoir bien chaud. De ce temps-là, aucune couche n’était de trop. Tu vas où ? Mon père venait de sortir de je-ne-savais-où, je ne l’avais même pas entendu arriver dans le couloir. Euh, je… Je pris quelques secondes pour inventer une excuse qu’il puisse avaler sans difficulté. Je vais… réviser… avec Esteban. Le fait était que je n’allais pas réviser, et que je n’allais pas voir Esteban non plus, mais ce dernier était devenu mon excuse principale depuis que j’avais réussi à faire croire à mon père que c’était mon petit-ami. En réalité, il ne l’était pas. Pas du tout même, je le connaissais à peine. Mais l’essentiel était sûrement que pendant ce temps, mon père me laissait tranquille. Enfin, c’était un bien grand mot, mais bon. D’ailleurs, depuis que je côtoyais plus ou moins Esteban, j’avais fait la connaissance de Pacey, l’un de ses amis. Et, contre toute attente, nous nous étions de suite très bien entendus. Peut-être même trop bien. Et aujourd’hui, il m’avait proposé de passer chez lui pour l’après-midi. Nous n’avions rien planifié mais je ne me faisais aucun souci sur ce point : lorsque nous étions tous les deux, nous trouvions toujours le moyen de nous occuper d’une manière ou d’une autre – et pas toujours le plus intelligemment, mais bref. Mon père n’ayant émis aucune réticence à ce que j’aille « réviser avec Esteban », j’avais donc quitté la maison pour rejoindre l’appartement de Pacey qui devait s’ennuyer comme un rat mort depuis que ses trois colocataire l’avaient lâchement abandonnés pour aller je-ne-savais-où. Mais c’était aussi pour ça que j’étais là, moi. En mon for intérieur, j’étais persuadée que même lorsqu’il était seul, Pacey devait se trouver des occupations, et j’étais d’autant plus certaine qu’il ne s’ennuyait jamais. Mais moi, j’avais bien besoin de lui pour combler ma solitude. D’ailleurs, j’étais presque sûre qu’il s’était déjà créé mille et un scénarii dans sa tête et que nous n’aurions probablement pas assez de l’après-midi pour tester toutes ses idées farfelues.
Une fois arrivée dans le hall de l’immeuble, je m’arrêtais quelques instants le temps de retirer mes gants, de me réchauffer un peu et de me préparer psychologiquement à monter tous ces escaliers – parce que c’est d’autant plus dur quand il fait si froid et que j’ai les muscles et les articulations congelées. Bref, après une minute ou deux de répit, je me décidai enfin à escalader jusque chez la bande. J’avais à peine monté la moitié de ces fichus escaliers que j’entendais déjà la musique à fond, et mon petit doigt me disait que cela ne pouvait venir que de Pacey. C’était les voisins qui devaient être contents. Mais comme je n’étais pas franchement concernée, je ne m’en préoccupais pas tant que ça. J’imaginais déjà le jeune homme en boxer en train de se dandiner comme un ver au rythme de la musique debout sur le canapé. Pour être honnête, j’aurais tout donné pour voir ce scénario en live. J’avais même été tentée de débarquer à l’appartement sans même frapper pour être sûre de le surprendre, mais je me ravisai au dernier moment. De derrière la porte, le son de la musique était d’avantage prononcé et venait me confirmer que c’était bien d’ici qu’elle venait. Aussi, je frappai deux trois coups de manière assez forte pour que Pacey puisse tout de même m’entendre. La fumée que je reçus dans la tronche dès que la porte s’ouvrit me confirma que non seulement il m’avait entendue, mais qu’en plus, il avait déjà commencé à me faire chier avant même que je ne sois entrée. Coucoouu Babyyyy !! Machinalement, je balançais mes mains dans les airs afin de dissiper la fumée de sa cigarette, puis pris quelques secondes pour le scruter de haut en bas. Non, il n’était pas en train de danser debout sur le canapé, mais il était bel et bien en boxer. Rien que pour ça, je m’accordai dix points supplémentaires – parce que oui, dans ma tête, j’ai un tableau des scores. Après l’avoir salué grâce à mon immense sourire jusqu’aux oreilles, je passai le pas de la porte, porte que je refermai derrière moi. Tu veux boire un truc darling ? Je veux bien s’il te plaît, on va avoir soif après avoir mangé tout ça ! Dans le même temps, je levai les bras en l’air, laissant apparaître un paquet de bonbons dans une main et un paquet de gâteaux dans l’autre. Je n’allais tout de même pas arriver les mains vides. Et puis je savais qu’il était du genre à avaler tout et n’importe quoi alors je prenais des paquets au hasard dans mes placards, il était toujours satisfait. T’as l’intention d’aller à la piscine dans cette tenue ou quoi ? T’es au courant qu’il fait 3°C dehors ? me moquai-je gentiment en faisant référence à sa tenue très légère. Il savait toutefois qu’il n’avait pas à s’inquiéter de ça avec moi.



cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Jaymi Hensley
Pseudo : Britney Bitch
Souriez, dites cheese :
Âge : Je suis la belle au bois dormant, j'ai dormi des siècles durant, alors je vais rester charmant!
Famille : Mon père c'est un poney rose et ma mère une licorne doré.
Statut : célibataire.
Bff : Kamryn; Kenaël; Esteban; Noah
Etudes : étudiant en musique. Je travaille également à titre gratuit pour la lutte contre les non-fumeurs.Notre slogan se résume à: moins de pestes, pas de violence et plus de fumettes!
Profession : aucune
Points chance : 5
These little things :


MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Sam 30 Nov - 18:11



La belle baby bee balayait le vent à l’aide de ses paluches alors que je rigolais à son nez. Je suis pas un gamin, je suis une princesse, une princesse steuplais ! « Je veux bien s’il te plaît, on va avoir soif après avoir mangé tout ça ! ». Non mais attends, la fille, elle me sort ça comme ça, avec un paquet de bonbon et des gateaux ! Elle pourrait tout aussi bien m’offrir une licorne je serais toute aussi émoustillé quoi ! « aaahhh putain, mais t’es folle ! ma chérie, tu dé-chires ! ».. Ca pour déchirer, elle déchire le string à grand-mère Jade celle-là. Mon bébé est un petit génie, je vous l’ai pas dit ? On l’a eu avec Esteban un soir, j’ai eu du mal à la faire venir au monde mais vois comme elle belle ! Par contre, elle, mon bébé brun ou un des boys, le premier qui les touche, je lui fais fumer de la tête ! Si si, la tête ça fume ! Chez moi, ça empeste la bouse de licorne c'est-à-dire que ça sent bon comme la rose quand je pète. « T’as l’intention d’aller à la piscine dans cette tenue ou quoi ? T’es au courant qu’il fait 3°C dehors ? » Bah quoi j’a envie de dire ? C’est quoi le problème ? Je suis pudique si je veux d’abord. Puis je dis et fais ce que je veux, je suis une grande licorne moi ! Oui je suis une princesse animagus venue de chez Harry Potter, cela veut dire que je suis une princesse qui se transforme en licorne dès que ça lui chante et je vous prout des abeilles en miel, MERCI AU REVOIR ! Toujours est-il que c’est toujours cigarette à la main que je sors deux immense verres pour moi et mon baby Bee. On allait pas boire dans des verres pourris, je suis sur que Noah il a été mettre des trucs pas très bons dedans comme du coca et autres et puis, rien est trop beau pour nous deux. « Et toi t’es au courant que je suis chez moi ? Puis attends, faut que je te raconte un truc ma chérie ! C’est traumatisant ! Je te jure ! » disais-je donc tout en mêlant gestes de diva et pose de star. Au fond de mon cœur de guimauve, ce n’était rien de traumatisant. Au fond de mon appareil à amour, si.
Servant deux immenses verres de lait, je comptais bien lui faire boire un chocolat chaud bicoze c’est le pôle nord depuis que je l’ai rencontré, non je déconne, c’est le pole nord tout court. J’aime pas Novembre, il fait froid, ça glisse et Kenael attend que la neige débarque pour m’en mettre à ras le cul ! Moi aussi j’attend la neige. Juste pour admirer les grands sapins verts et déballer mon calendrier en chocolat. En attendant, c’est pas l’absence de neige qui réchauffe le climat et ma pauvre Kellin. Je met le tout au micro-onde –et je suis sure que dans 3 minutes ça va  péter dedans bicose je suis trop intelligente..- et je rejoins ma belle. « J’ai préparé du chocolat chaud ma chatte. » Une main sur la chaine hifi, je poussais le volume vers le sens contraire des aiguilles d’une montre : je voulais pas crier en guise de dialogue avec l’autre folle. Déjà qu’on crit tout le temps steuplait !! « Faut TROP que je te raconte baby ! Genre j’étais dehors t’as vu, et j’ai vu un mec… Mais un mec… Oh my god quoi ! J’ai bavé steuplait ! La honte ! Non mais la honte ! » Une main sur Kellin je commençais à virer rouge comme le père noël tu sais… Puis là, un « BOOM » sonore avertissais d’un accident culinaire.. Je vous ai déjà dit je suis strictement nul pour tout ce qui est cuisson, un vrai danger. D’habitude il y a toujours Kamryn dans le coin ou Esteban pour corriger mes erreurs mais moi non, je tourne le truc à fond sans chercher et j’oublie les tasses en prime comme ça après ça donne ça… « Oh putain ! Y a du lait partout … aie ! Puis c’est chaud cette merde ! ». En même temps, j’ai pas l’habitude de faire du chocolat chaud, je supplie toujours un des babys boys pour me le faire et ça marche ! Toujours en rigolant je refermais le micro-onde qui venait d’être la nouvelle scène de crime de moi-même. Je revenais à mon histoire finalement. « Mais tu sais que en plus, le gars, il avait tellement un beau cul que mes poneys se sont réveillés dans mon caleçon ! Je te jure baby, sois jamais gay, c’est trop difficile. Un jour je me convertivirerais ..ca se dit ça ?.. Pour les licornes ! ».



True friends stab you in the front O. W.
 
 L'amitié en son état pur est inconditionnelle, c'est-à-dire que de vrais amis ne se jugent pas, et ne tiennent pas compte du temps qui passe.  ❥ Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Dim 5 Jan - 22:56

hey, how ya doin' ? (baby bee et baby pee)
Une princesse devait toujours être satisfaite. Ça, je l’avais appris à mes dépends, car malheureusement, la princesse en question ce n’était pas moi. Non. La princesse, c’était Pacey. Ç’aurait pu être surprenant, mais en réalité, ça ne l’était pas du tout. Je m’étais faite à cette idée dès lors que j’avais rencontré le jeune homme pour la toute première fois. Pour compenser, nous nous étions tous deux parfaitement bien entendu depuis le début. Aussi, c’était tout naturellement que je prenais la peine de satisfaire princesse Pacey. Cette fois-ci, j’avais tout simplement dévalisé mes placards – et tant pis si Nathanael devait mourir de faim parce qu’ils étaient vides. Une princesse est une princesse. Avec un large sourire qui devait probablement s’étendre jusqu’à mes oreilles, j’avais donc pénétré l’appartement en brandissant les divers paquets de tout et n’importe quoi que j’avais apportés avec moi. aaahhh putain, mais t’es folle ! ma chérie, tu dé-chires ! Ouais c’est vrai, il paraît que ça m’arrive parfois, répondis-je le plus naturellement du monde en prenant une pose de star hollywoodienne que je n’étais définitivement pas – et d’ailleurs ça se voyait. Pacey en revanche pourrait facilement devenir mannequin de Victoria Secret à en juger par son corps d’Apollon ou pas qu’il trimballait fièrement à travers tout l’appartement. En ce mois d’hiver, ce n’était pourtant pas la chaleur qui nous étouffait, mais s’il y avait bien une chose à savoir à propos du jeune homme, c’était qu’il était toujours en chaleur. Bon, pas à proprement parler – quoi que – m’enfin vous m’avez compris. Et sinon ben tant pis. Il fallait toujours qu’il fasse sa star celui-là de toute façon alors même s’il avait froid au point d’être congelé de l’intérieur, il n’aurait jamais mis un pull à col roulé tout pourri juste pour avoir chaud. Un peu de classe quoi ! On parle de Pacey quand même. PA-CEY. Et toi t’es au courant que je suis chez moi ? Puis attends, faut que je te raconte un truc ma chérie ! C’est traumatisant ! Je te jure ! Comment changer de sujet de conversation en moins de deux ? Comme ça, suivez le maître ! Alors que j’ôtai ma veste, mon écharpe et tout le reste, je portai toutefois un grand intérêt à ce que me disait Pacey. D’ailleurs, quand ce dernier avait quelque chose à raconter, c’était toujours mieux qu’au théâtre. Avec précipitation, je me jetai sur le canapé et adressai un large sourire au jeune homme qui semblait tout aussi excité de me raconter je ne savais trop quoi, bien qu’il ait qualifié ceci de traumatisant. Vas-y, je t’écoute, raconte à Tata Kellin ! Par chance, je m’intéressais toujours aux autres, j’avais une oreille attentive et était bon public alors que demander de plus ? Toutefois, Pacey avait le don de jouer sur le suspense, et, comme toute diva qui se respecte, il savait se faire désirer. Du canapé, je le regardais faire des vas-et-viens du salon à la cuisine, puis de la cuisine au salon… et ainsi de suite. Bon Pacey t’acc - J’ai préparé du chocolat chaud ma chatte, me coupa-t-il avant même que je n’aie le temps de m’impatienter oralement – ouais oralement parce que à l’intérieur, je m’impatientais déjà. Tu sais, je t’adore, mais si tu pouvais éviter de m’appeler ma ch... Faut TROP que je te raconte baby ! Oui… essayer de parler avec Pacey dans la même pièce c’était comme… comme essayer de se faire des tresse alors qu’on est chauve. C’était peine perdue. Aussi, je me contentai d’ouvrir grande les oreilles et d’attendre sagement le début de son récit. Genre j’étais dehors t’as vu, et j’ai vu un mec… Mais un mec… Oh my god quoi ! J’ai bavé steuplait ! La honte ! Non mais la honte ! Un léger sourire vint étirer mes lèvres. Il était trop mignon lorsqu’il était gêné et que ses joues devenaient rouges écarlates. On aurait dit un petit enfant. Mais si cette histoire était aussi exceptionnelle qu’il le prétendait, c’était probablement qu’elle ne s’arrêtait pas là mais… BOUM ! PUTAIN C’ETAIT QUOI CA ?! Voyant que Pacey se dirigeait à toute pompe vers la cuisine, j’en déduis que les chocolats chauds y étaient pour quelque chose, et les propos qui suivirent ne firent que confirmer mes pensées. Oh putain ! Y a du lait partout … aie ! Puis c’est chaud cette merde ! C’est… pas… possible… Je me relevai d’un bon avant de courir jusqu’à la cuisine afin d’aider Pacey. C’est chaud ? Oui ce sont des choses qui arrivent quand on met quelque chose au micro-ondes ! me moquai-je tandis que je contemplais les dégâts. Pour sûr, les tasses étaient fichues. Une marre de lait s’était étalée sur une bonne partie du sol, et je dus faire très attention pour ne pas glisser dessus. Heureusement que je n’avais pas deux pieds gauches. Pacey, lui, n’était pas inquiet pour un sou. Comme si de rien n’était, il poursuivit son récit avec un plaisir indéniable. Mais tu sais que en plus, le gars, il avait tellement un beau cul que mes poneys se sont réveillés dans mon caleçon ! Je te jure baby, sois jamais gay, c’est trop difficile. Un jour je me convertivirerais ..ca se dit ça ?.. Pour les licornes ! Stoïque, je restais fixée sur lui quelques secondes, me demandant en mon fort intérieur comment il faisait pour être comme ça… naturellement je veux dire. C’était quand même fascinant qu’il n’ait même pas à se forcer. Alors déjà, même si j’étais gay, je nai pas de… trucs… qui pourraient se réveiller là, en bas… commençai-je en regardant bêtement vers le bas. Enfin… tu m’as comprise. Et ensuite… tu pourrais pas aller me chercher une serpillère plutôt ? Evidemment, c’était une question pas forcément évidente puisque je n’étais même pas certaine que Pacey sache où trouver une serpillère. D’ailleurs, est-ce qu’il savait même ce que c’était, hein ? Attendant qu’il réagisse – et il y en avait probablement pour un petit moment – je m’adossai contre l’un des murs de la petite cuisine et croisai les bras. Et sinon, ce fameux mec qui fait frétiller ce que t’as dans ton slip… tu l’as abordé au moins ? Si tu me dis non je… Je fis une légère pause, réfléchissant pour moi-même. Je sais pas ce que je fais mais je le fais ! m’exclamai-je en faisant un grand geste du bras. BOUM ! Quoi ? Encore boum ? Je tournai légèrement la tête et réalisai que je venais tout juste de donner un coup dans le vase qui était sur la table, vase qui ne tarda pas à rouler jusque par terre… Oups… désolée… grimaçai-je sans oser regarder Pacey.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Jaymi Hensley
Pseudo : Britney Bitch
Souriez, dites cheese :
Âge : Je suis la belle au bois dormant, j'ai dormi des siècles durant, alors je vais rester charmant!
Famille : Mon père c'est un poney rose et ma mère une licorne doré.
Statut : célibataire.
Bff : Kamryn; Kenaël; Esteban; Noah
Etudes : étudiant en musique. Je travaille également à titre gratuit pour la lutte contre les non-fumeurs.Notre slogan se résume à: moins de pestes, pas de violence et plus de fumettes!
Profession : aucune
Points chance : 5
These little things :


MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Dim 12 Jan - 18:02



On, avec Kellin, était parti pour une longue conversation. Une conversation normale, censée, ouais tout ce qu’il y a de plus NORMAL. Sérieusement, on parle de Kellin là, Kellin et moi, MOI, Pacey Scofield steuplais ! Ca t’dis peut-être rien mais moi les conversations normales je les en… PAPAOUTAI OUTAI PAPAOUTAIOUTAI… Vui, nouvelle règle : quand je m’apprête à dire un truc  moche ou vilain, je chante un truc. Le premier truc qui me vient parce que je compte pas réfléchir 3 plombs à une chanson ok ?! « PUTAIN C’ETAIT QUOI CA ?! ». On peut revenir sur ce que je viens de vous raconter ? L’histoire de la nouvelle règle toussa, on oublie. Toutes façons, une semi-blonde, une conasse, on va pas bien loin hein ? C’était obligé que l’une de nous fasse une connerie, obligé ! « Bah tu vois pas ? C’est papa qui fait du nougat… » La blague de merde obligatoire aussi. Alors nous voilà comme deux grosses connes face à ce que j’nommerai ma dernière trouvaille en matière de connerie. « C’est chaud ? Oui ce sont des choses qui arrivent quand on met quelque chose au micro-ondes ! ». Et là elle se fouttait pas du tout de ma gueule hein ? Ma gueule de connasse, j’assume oui. « Nooonn ?!! … Mais c’est quoi un micro-onde ? ». Autant j’avais l’air sérieusement conne, mais genre vraiment conne, autant pour une fois, je savais quand même ce qu’était un micro-onde. C’était simplement pour répondre à la provocation de miss Kellin. I swear ! « Alors déjà, même si j’étais gay, je nai pas de… trucs… qui pourraient se réveiller là, en bas… »… Dites, c’est la saint Pacey ou on est le 1er avril ? Non parce que là, en matière de vannes, ça vole de la licorne écaillées sans déconner ! « Enfin… tu m’as comprise. Et ensuite… tu pourrais pas aller me chercher une serpillère plutôt ? »… SANS… DECONNER J’AI DIT !!!  Elle est grave cette meuf. Je te jure… Là par contre, je retrouvais un air idiot, le même que j’ai quand quelqu’un te pose une question à laquelle la réponse est évidente : j’en sais rien. Quoique là, on parle d’une serpillère, ce truc dégueulasse, flasque, immonde, puant parce qu’il faut toujours que quelqu’un tombe malade et que quelqu’un ramasse à la serpillère ! Ce même truc dégueulasse qu’on balance dans un pot de flotte toute noire parce que t’as lavé le sol Ô combien dégueulasse ! « Une serpillère ? une SER-PI-LLE-REUH ?! … Oh je suis Pacey tu m’en demandes trop chérie ! Je touche pas à ça moi ! » En plus c’était la vérité ! Je touche pas la serpillère depuis que j’ai appris à négocier avec Kenaël et Esteban pour passer mes corvées de ménage ! Je suis quelqu’un de très persuasif quand je veux tu sais… « Et sinon, ce fameux mec qui fait frétiller ce que t’as dans ton slip… tu l’as abordé au moins ? Si tu me dis non je… Je sais pas ce que je fais mais je le fais !» AWI le mec ! Putain mais c’est trop un Dieu attends ! D’un coup je me perd dans le néan, là où je revoyais son joli boule de Dieu des stades ! J’aurais dû prendre une photo ! SI j’aurais dû ! Han putain, comment ça aurait fait trop beau sur mon instagram en plus… Awi je vous avais oublié. « Lol ! » Marquant une courte pause je la regardait droit dans les yeux en lui montrant Ô combien elle me faisait peur tout à coup. « T’es folle, j’allais pas faire ma chasse alors que j’étais avec les boys ma chatte ! ». Même pas le temps de finir ma phrase qu’un autre « Vladadam » fit irruption ! Je regardais alors le vase qui menaçait de tomber au sol, je le regardais même bien.  Je le regarde alors quitter le support sur lequel il était mis, et je continuais de le regardais jusqu’à sa mort fatale ! Sauf qu’il était toujours pas casser… Quelle poisse vie de merde ! « Oups… désolée… ». Elle pouvait être désolée ouais ! Putain y en a marre, je vais le buter ce machin de merde ! Je cherche même pas, je tente de l’écraser à coups de pied puis je fais un mini jet dedans et le machin est toujours pas dead ! Je le prend, le claque au mur… Toujours pas dead… « PU-TAAAAINNN ! » Finalement, je l’attrape dans les mains, j’ouvre les fenêtres et le balance à l’autre bout de la rue, oubliant l’idée formelle que quelqu’un pourrait être en-dessous. Ce sera la faute du vase ! « Tu disais ? » Balançais-je joyeusement vers ma copine d’amour !



True friends stab you in the front O. W.
 
 L'amitié en son état pur est inconditionnelle, c'est-à-dire que de vrais amis ne se jugent pas, et ne tiennent pas compte du temps qui passe.  ❥ Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Dim 16 Fév - 16:26

hey, how ya doin' ? (baby bee et baby pee)
Je ne m’attendais jamais à passer une journée dite normale lorsque j’étais avec Pacey. C’était une simple question de bon sens. Pacey lui-même n’était même pas normal. Anormal au point de ne pas savoir se servir d’un micro-ondes – chose qui pourtant ne me semblait pas être la plus compliquée au monde puisque tout était bien souvent indiqué par un dessin facilitant considérablement la tâche des personnes qui, comme Pacey, ne prenaient jamais la peine de lire les instruction et/ou ne les comprenaient pas. Et pourtant, croire que cela pouvait éviter n’importe quel accident était un tort. C’était sans compter sur princesse Pacey qui avait l’habitude qu’on lui fasse son chocolat chaud, et pas l’inverse. De mon côté, autant j’avais l’habitude que mon ami fasse toutes les conneries du monde, autant j’avais tout de même été grandement surprise par le bruit d’explosion qui nous avait sortis du monologue passionnant de Pacey. Bah tu vois pas ? C’est papa qui fait du nougat… L’air abattu, je ne pris même pas la peine de répondre à son idiote de réponse. Ce qui était bien – ou pas – avec lui, c’était qu’il ne s’affolait jamais de rien. Mais vraiment DE RIEN. La preuve en était que ce bruit avait été vraiment impressionnant. Mais l’immeuble entier aurait pu exploser que ça n’aurait pas été plus grave que ça. A ses côtés, j’avais appris à relativiser sur pas mal de choses c’est vrai, mais j’avais encore mes limites. Un brin paniquée donc, j’avais accourue dans la pièce servant de cuisine, suivit de près par Pacey – enfin, pas de si près que ça parce que lui n’avait pas pris la peine de courir… on sait jamais, mieux valait ne pas risquer un claquage vous savez. Il prit tout de même la peine d’essayer de sauver ce qui pouvait encore l’être tandis que je démarrai un discours sur les risques qu’il y avait pour que les morceaux soient encore chauds étant donné qu’ils venaient du micro-ondes – logique implacable. Nooonn ?!! … Mais c’est quoi un micro-onde ? Je ne pus m’empêcher de rire après avoir lâcher un « t’es bête », mais cessai presque aussitôt lorsque je vis la tête que tirais Pacey, on ne pouvait plus sérieux et confus. Quoi… t’es sérieux là ? le questionnai-je tout de même afin de m’assurer qu’il ne me prenait pas pour une bille comme il avait l’habitude de le faire. Non mais… sérieux comme… vraiment sérieux ? insistai-je. L’expression de visage qu’arborait Pacey depuis tout à l’heure n’avait pas bougée d’un poil, et c’est ainsi que je compris la triste vérité : non, il ne plaisantait pas cette fois. Enfin… que je crus comprendre puisqu’il se foutait bel et bien de ma gueule en fait. Pour ma défense, il avait un don indéniable pour la comédie, tant et si bien que c’était toujours difficile de déceler le vrai du faux alors pouet pouet parce que j’aimerais bien vous y voir à ma place hein ! Bah… c’est ça… me contentai-je de lui expliquer en désignant le micro-ondes en question d’un geste de la main. De toute façon, ce n’était pas comme s’il faisait attention à ce que je faisais ou disais alors… après avoir répondu plus ou moins intelligemment à son histoire relatant sa rencontre magique avec un autre mec, je lui demandai d’aller chercher une serpillère… mauvaise idée. Je le savais pourtant qu’il était incapable de me dire où étaient rangés les produits ménagers et tout le toutim mais quand même. Naïvement, j’avais eu une pointe d’espoir qui s’envola aussi vite qu’elle était venue. Une serpillère ? une SER-PI-LLE-REUH ?! … Oh je suis Pacey tu m’en demandes trop chérie ! Je touche pas à ça moi ! Je lâchai un lourd soupir, fermant les yeux pour mieux réfléchir. Bon Pacey, fais un effort ma cocotte, commançai-je histoire de le conditionner doucement. La dernière fois que vous avez réussi à corrompre Kamryn pour faire le ménage, où est-ce qu’elle a rangé les affaires pour le ménage à la fin ? Concentre-toi et réfléchis… remémore-toi la scène avec précision… Pour un peu, j’étais en train de l’hypnotiser… mais bref, je n’allais pas laisser ça comme ça alors soit il faisait un effort soit… bah soit je laissais ça comme ça en fait. Est-ce que j’avais vraiment le choix de toute façon ? Non mais je préférais la première solution, à choisir. Pour ça, il fallait l’amadouer. L’air de rien, j’esquissai un léger sourire et détournai le sujet pour revenir à nouveau à ce fameux garçon dont il m’avait parlé. L’avait-il au moins accosté ? Lol ! Les sourcils arqués, j’attendais une suite qui ne viendrait visiblement pas, ce pourquoi je le relançai à nouveau. Quoi « lol » ? T’es folle, j’allais pas faire ma chasse alors que j’étais avec les boys ma chatte ! En vu du regard qu’il me lançait, j’hésitais presque à lui adresser un bon vieux doigt d’honneur, mais je me retins en bonne jeune fille polie que j’étais. Il fallait bien qu’il y ait quelqu’un de sage dans cette baraque. Je pouvais pas savoir que les ecs étaient avec toi, si tu racontes que la moitié de l’histoire, je peux PAS deviner les détails toute seule, me plaignis-je dans un premier temps en faisant de grands gestes afin d’accompagner mes propos et de souligner le ridicule de la situation – Pacey sors de ce corps ! Et pour l’amour de Dieu arrêêêêtes de m’appeler ta chatte, c’est HYPER perturbant… ET VLAAAAAM ! C’était tout aussi dramatique de voir le vase dans lequel je venais de cogner s’écraser au sol. Décidemment, la journée promettait d’être longue… nous devions tous les deux être poursuivis par un mauvais sort, ce n’était pas possible autrement de toute façon. Vivement, je me penchai sous la table afin d’observer l’ampleur des dégâts. Dégâts qui n’en étaient finalement pas puisque le vase était sain et sauf. Pas une seule petite fissure n’était venue abimer cette… merveille/horreur, je n’étais pas vraiment sûre de ce que c’était. Un large sourire aux lèvres, je m’apprêtais à ramasser l’objet et à le tendre à Pacey, mais ce dernier s’en chargea avant moi, et d’une toute autre manière… Devant mon regard plein d’incompréhension, mon ami se donna corps et âme pour le détruire, et fini par le balancer à travers la fenêtre. Mais t’es con ou quoi ? demandai-je rhétoriquement en me dirigeant vers la fenêtre, affolée. Ok, qu’est-ce qu’il t’a fait ce vase ? Curieuse, je portai de nouveau mon attention sur Pacey, guettant une quelconque réaction de sa part. Rassure-moi, il était pas à l’un des trois autres ? PUTAIN C’EST QUOI CA ?! Sans même attendre la réponse de Pacey, je me penchai de nouveau à la fenêtre d’où venait cette voix. En bas, quelques mètres plus loin – autrement dit, exactement là où le vase avait dû atterrir – un genre de monsieur muscle tatoué de partout semblait nous regarder, et malheureusement pour nous, je ne décelai aucune sympathie dans son regard. ça vous fait marrer ce petit jeu ? J’vais venir vous défoncer la gueule moi, vous entendez ? Machinalement, et prise d’une peur panique, je refermai la fenêtre d’un seul coup et m’adossai à celle-ci comme pour être davantage en sécurité. Bon, ce n’était pas comme si il allait escalader les murs de l’immeuble pour arriver jusqu’ici, mais quand même. Tirant une tête de trois pieds de long, je regardai Pacey. Tu es d’une stupidité inégalable, tu le sais ça ? Eh, j’ai pas envie de mourir moi, tu m’excuse ! Je suis venue ici pour passer du bon temps avec toi et je vais terminer mon après-midi misérablement en me faisant tabasser par une grosse brute tout ça par ta faute ! Bon ok, j’en rajoutait peut-être un peu, mais il fallait bien ça pour que le jeune homme mesure l’ampleur de la situation.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Jaymi Hensley
Pseudo : Britney Bitch
Souriez, dites cheese :
Âge : Je suis la belle au bois dormant, j'ai dormi des siècles durant, alors je vais rester charmant!
Famille : Mon père c'est un poney rose et ma mère une licorne doré.
Statut : célibataire.
Bff : Kamryn; Kenaël; Esteban; Noah
Etudes : étudiant en musique. Je travaille également à titre gratuit pour la lutte contre les non-fumeurs.Notre slogan se résume à: moins de pestes, pas de violence et plus de fumettes!
Profession : aucune
Points chance : 5
These little things :


MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Mar 18 Fév - 23:31



« Quoi… t’es sérieux là ? » Ce qu’elle est grave celle-là je vous jure ! Je sais encore ce que c’est un micro-onde, je la prend pour une idiote et je pensais vraiment pas que ça marcherait à ce point ! Je m’amusais tout seul et continuer donc à jouer de la sorte. « Non mais… sérieux comme… vraiment sérieux ? » Ma tête ne bougeait pas, il n’y avait que mes yeux qui bougeait d’un point à un autre tout en restant comme… figé d’incompréhension. La vérité, c’est que je suis plutôt doué pour faire croire au monde entier tout un tas de conneries ! Je pourrais même dire que je suis enceinte, je recevrais des félicitations de toutes parts…. « Bah… c’est ça… » … Mon Dieu, j’en pouvais plus je pouffais de rire là ! « Je sais bien bébé, tu crois quoi ? Que je suis idiot à ce point ?! » … Bon dans un sens, elle aurait pas tout à fait faux hein ? Ah lala, sacré numéro que c’est cet enfant, croyez-moi. En revanche, je me demande bien à quoi ça sert le bouton rouge du micro-onde tiens ? … Faudrait peut-être que je l’essaye ce soir… Ouais c’est bien comme programme ça ! Enfin bref…. « Bon Pacey, fais un effort ma cocotte » Ma tête se dresse alors sur mon cou comme une autruche qui sort la tête du sable, « La dernière fois que vous avez réussi à corrompre Kamryn pour faire le ménage, où est-ce qu’elle a rangé les affaires pour le ménage à la fin ? Concentre-toi et réfléchis… remémore-toi la scène avec précision… » Kamryn, ser-pi-llè-reuh, ménage… Non ça me dit rien ! Soudoyer Kamryn encore, oui, des centaines de fois par jour même mais le ménage ! Non…. Peut-être que c’est parce que je suis trop concentré à contempler ma cellulite naissante, je dis bien : peut-être…. « Alors là, je vois vraiment pas de quoi tu parles ! En principe, c’est moi qui fait le ménage… Avec ma tenue de souvrette en plus mais Kenaël se fouttait de ma gueule alors j’ai arrêté de la porter et puis enfin… Oui bon bah non, NON je sais pas ! Me regardes pas comme ça, j’ai pas de ser-pi-llè-reuh POINT ! …. » La pauvre quand même, ça doit pas être évident d’espérer me voir lui dire quelque chose avec précision… Non mais faut le savoir, je suis l’être le plus dissipé du monde ! OH TIENS, le chat de Kenaël est de sortie ! Je me demande si….. Je prend alors le chat et le tend à Kellin avec un léger sourire : « tiens. C’est un CHAT-pi-llè-reuh ! » Si j’étais fière de ma connerie ? Tu parles ! C’est une foule en délire que j’avais à la place du ciboulot là ! Je me keaffe, je pourrais me faire des bébés à moi toute seule et repeupler la Terre z’imaginez pas ! « Je pouvais pas savoir que les mecs étaient avec toi, si tu racontes que la moitié de l’histoire, je peux PAS deviner les détails toute seule » C’est que j’avais presque oublié Baby Bee avec ma chatpillère ! C’est sur qu’elle peut pas deviner grand-chose m’enfin, elle devrait le savoir que je met 3 ans avant de finir mes histoires ! et 4 ans à les oublier aussi… « Blah blah blah » disais-je en secouant la tête dans tous les sens de mon air hautain. Ce qu’elle pouvait être rabat-joie quand même… « Et pour l’amour de Dieu arrêêêêtes de m’appeler ta chatte, c’est HYPER perturbant… » Qu’est-ce que je disais ! « Je peux pas t’appeler mon chat, ça fait travelo sortie des poubelles STEUPLAIS ! » Et là, par je ne sais quelle idée folle elle me sort la phrase qui tue : « Mais t’es con ou quoi »…… MORT DE RIRE ! Owi pour être mort de rire là, je me tapais le cul par terre et dans tous les sens du terme !!! Ce qui énerve les uns, moi ça me fait mourir de rire ! Je suis pas violent à la base, mais disons que j’ai pas assez fumer encore…. MOUHAHAHAHAHA….. « Ok, qu’est-ce qu’il t’a fait ce vase ? » Ahem …. Ca, c’est comme les présidents j’ai envie de vous dire ! Ca sert à rien, ça ne fait rien et pourtant, on s’en débarasse toujours ! Voilà pour mon explication presque logique…. « détends-toi, fumes je sais pas moi… » Oui à la fumette, non aux p’tites bran…ttes ! « Rassure-moi, il était pas à l’un des trois autres ? » Vase… Kenaël ? Non… Esteban ?... PFOUAH, non non puis Noah encore moins… Je sais même pas ce qu’il foutait là ce truc de merde !!! « C’est un vase ma chatte, un VASE…. On s’en fout quoi… » C’est là qu’un vieux ou truc du genre se met à gueuler depuis le bas de l’immeuble. Moi pour le coup, toujours les fesses et les côtes bien au sol, je me retenais de rire maintenant. « PUTAIN C’EST QUOI CA ?!...... ça vous fait marrer ce petit jeu ? J’vais venir vous défoncer la gueule moi, vous entendez ? » Et voilà que je repars dans un gros bon fou rire ne comptant même plus les larmes de joie couler sur mon visage ! Puis, avec un rire pareil, tu ne peux pas espérer rester discret très longtemps ! A mourir de rire ! Appelez les ambulances, moi je meurs ! « Tu es d’une stupidité inégalable, tu le sais ça ? Eh, j’ai pas envie de mourir moi, tu m’excuse ! Je suis venue ici pour passer du bon temps avec toi et je vais terminer mon après-midi misérablement en me faisant tabasser par une grosse brute tout ça par ta faute ! » Et voilà qu’elle en rajoute une couche ! J’en peux plus, qu’on m’offre un bel enterrement surtout parce que là je crève ! Puis, mettez-moi des roses sur ma tombe surtout, j’adoooore les roses ! Pas de fausses par contre, c’est complètement pour les pauvres les fausses fleurs…. « Qu’il vienne me la défoncer ma gueule… ou mon cul.... JE KEAFFE MA RACE MOI ! AHAHAHAH… » J’en pouvais plus ! je devais être rouge à force de rire comme une baleine ! « OH MON DIEU… AHAHAHA… »



True friends stab you in the front O. W.
 
 L'amitié en son état pur est inconditionnelle, c'est-à-dire que de vrais amis ne se jugent pas, et ne tiennent pas compte du temps qui passe.  ❥ Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Dim 23 Fév - 21:17

hey, how ya doin' ? (baby bee et baby pee)
S’il y avait bien un award que Pacey méritait de se voir décerner, c’était celui du meilleur comédien. Ou du pire, tout dépendait sous quel angle on analysait la situation. En vérité, c’était un beau mélange des deux. Et moi, je méritais l’award de la fille la plus naïve. Si c’était pas un beau duo ça, hein. Je sais bien bébé, tu crois quoi ? Que je suis idiot à ce point ?! Ben… fallait-il réellement que je réponde à cette question ? Je risquais quand même de me prendre une taloche dans la gueule. Bien qu’il prône la non-violence à tout bout de champs, on n’était jamais sûr de rien. Pour toute réponse, je me contentai de lui adresser un sourire qui s’apparenta plutôt à un rictus, mais il allait devoir se contenter de ça. C’était tout ce que j’avais en stock pour le moment. De toute façon, la question n’était pas là, nous avions un problème bien plus grave à résoudre, à savoir, l’explosion du micro-ondes et des tasses de lait lui étaient dedans. Toutefois, j’étais bien consciente que la tâche s’avérait plus compliqué qu’il n’y paraissait : demander à Pacey où se cachait a serpillère, c’était comme demander à une mouche de sortir par la fenêtre sans qu’elle ne se prenne la vitre. En bref, il ne fallait pas s’attendre à un miracle. Ceci étant dit, je devais avouer qu’il avait su me surprendre tout de même avec sa réponse. Alors là, je vois vraiment pas de quoi tu parles ! En principe, c’est moi qui fait le ménage… Avec ma tenue de souvrette en plus mais Kenaël se fouttait de ma gueule alors j’ai arrêté de la porter et puis enfin… Oui bon bah non, NON je sais pas ! Me regardes pas comme ça, j’ai pas de ser-pi-llè-reuh POINT ! Est-ce qu’on allait réellement rester là des heures à discuter de ménage et de tout ce qui allait avec parce que monsieur n’était pas capable de faire travailler sa mémoire pour nous sauver de cette situation ? La réponse était claire : oui. Si j’avais pu prévoir ça avant – ce qui n’était techniquement pas possible malheureusement – je n’aurais jamais mis les pieds ici. Avec Pacey, ça finissait toujours par être trop compliqué, parce que dans sa tête, tout était compliqué. Voilà. Mais contre toute attente, c’était peut-être bien pour ça que je l’adorais aussi. Ça et son originalité, parce que… tiens. C’est un CHAT-pi-llè-reuh ! Telle une mère qui gronde son enfant, je tapai immédiatement sur l’une des mains de Pacey et attrapai le chat au passage afin de le prendre dans mes bras. Rien que d’imaginer cette pauvre petite boule de poile trempée de lait me faisait mal au cœur. Bon ok, j’en faisais peut-être un peu trop, c’était pas non plus de la maltraitance de haute voltige, mais quand même. Pauvre petite bêêêêête ! criai-je comme une enfant – parce que oui, après le rôle de la mère venait le rôle de l’enfant de cinq ans. Kellin Holloway, dixième prise, action ! Par chance, Pacey la drama queen était bien trop occupé à s’intéresser à son propre spectacle pour se focaliser sur moi. Dieu soit loué. Blah blah blah… Je peux pas t’appeler mon chat, ça fait travelo sortie des poubelles STEUPLAIS ! Pas plus travelo que toi. BIM BAM BOUM. Kellin – 1, Princesse Pacey – 0 ! Franchement, comme si j’étais pas au courant qu’à la première occasion qui s’offrait à lui il revêtait ses habits de lumières aka sa robe de princesse à paillette et les accessoires qui vont avec ? D’ailleurs, qui dans cette ville n’était pas au courant, hein ? Il prenait toutes les fêtes pour des soirées déguisées pour la simple et bonne raison que ça l’arrangeait bien, et ensuite, il blâmait le monde entier parce que ce n’était pas de sa faute. Comme d’hab’ quoi, du Pacey tout craché. Casser un vase sur un coup de tête ? Du pur Pacey aussi. Détends-toi, fumes je sais pas moi…  C’est un vase ma chatte, un VASE…. On s’en fout quoi… De la fenêtre, je regardai les morceaux de ce fameux vase au sol, tentant de me le remémorer. C’est vrai qu’il était moche quand même… avouai-je en lui adressant une moue significative. Moche et dangereux en plus. Tous les défauts du monde. Et pour être honnête, je ne riais pas des masses en voyant monsieur muscles nous menacer de venir nous casser la gueule, même si Pacey, au contraire, se marrait bien. Qu’il vienne me la défoncer ma gueule… ou mon cul.... JE KEAFFE MA RACE MOI ! AHAHAHAH… OH MON DIEU… AHAHAHA… ………… non mais………… que voulez-vous que je réponde à ça, hein ? Les dix premières secondes, je restai muette, me contentant de le regarder avec un regard bovin. LALALALA JE NE VEUX PAS CONNAITRE TES FANTASMES SEXUELS LALALA ! criai-je ensuite en me bouchant les oreilles pour ne pas risquer d’entendre un mot de plus. Bah quoi ? Je suis une âme pure et sensible et innocente et… et tout ça quoi ! Et puis en plus… POUM POUM POUM ! … c’est quoi ça ? POUM POUM POUM ! OUVREZ SI VOUS AVEZ DES COUILLES BANDE DE PETITS CONS ! Dans ma tête, il ne pouvait pas escalader l’immeuble certes… mais il pouvait tout à fait monter les escaliers jusqu’ici, et ça… bah j’y avais pas pensé. PUTAIN PACEY AU SECOURS ! Ouais, j’étais paniquée. FAIS QUELQUE CHOSE AIDE MOI VA FERMER LA PORTE A CLES SORS UNE HACHE OU UNE SCIE SAUTEUSE… OU ALORS DES FOURCHETTES SI T’AS QUE CA ET PUIS VA TE METTRE DEVANT LA PORTE FOOOOOOONCE PACEY IL VA NOUS TUER JVEUX PAS MOURIR COMME CA A CAUSE D’UN PUTAIN DE VASE… MOCHE EN PLUS … et quand j’étais paniquée, je parlais beaucoup pour dire de la merde. Sans plus attendre, je traversai la pièce en courant et ramenai une chaise afin de la placer devant la porte avant de m’assoir dessus (la chaise, pas la porte) – ouais ben c’était déjà ça. T’es sûr on peut pas déplacer le canapé ? Oui oui… j’étais une ca-ta-strophe.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : Jaymi Hensley
Pseudo : Britney Bitch
Souriez, dites cheese :
Âge : Je suis la belle au bois dormant, j'ai dormi des siècles durant, alors je vais rester charmant!
Famille : Mon père c'est un poney rose et ma mère une licorne doré.
Statut : célibataire.
Bff : Kamryn; Kenaël; Esteban; Noah
Etudes : étudiant en musique. Je travaille également à titre gratuit pour la lutte contre les non-fumeurs.Notre slogan se résume à: moins de pestes, pas de violence et plus de fumettes!
Profession : aucune
Points chance : 5
These little things :


MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Jeu 13 Mar - 11:49



« Pauvre petite bêêêêête ! ». Je lui fais une blague et elle me tape la main, elle a un problème cette fille ! Un GROS problème ! Puis c’est pas moi déjà parce que je suis pas gros et encore moins un problème ! Juste un danger. Et un peu fou. Bon on arrête ça va ! Je suis pas un problème ok !? « EEEHH.. ». Je la regarde d’un air supérieur en plaçant mes mains sur mes hanches d’un air mécontent. Ce qu’ils peuvent m’énerver à certains moments de la journée ! Mes amis hein pas mes mains….[…]… Toujours est-il que j’étais relativement calme au vu de la situation alors cessez de vous plaindre ! Chuis une belle princesse moi ! Je pouvais pas non plus avoir l’intelligence. J’ai pas le caractère de merde de certaines personnes c’est déjà pas si mal non ? « Pas plus travelo que toi. » J’aurais dit que j’étais calme ? Impossible ! J’allais pas le rester longtemps ! « Non mais tu descends d’un ton steuplais ! Je suis pas une travelo merci bien ! Puisque c’est comme ça, je fume. » Ca c’était la bonne excuse pour ressortir mes clopes oui ! Puis comme les boys étaient pas là, c’était doublement avantageux ! Kellin ? Je m’en fous de Kellin : je suis chez moi ou quoi ?! Ca va ?! « C’est vrai qu’il était moche quand même… » Pire que ça il était hideux ce truc ! C’était à je ne sais pas qui mais maintenant que j’y pense, l’heure était à la prière ! Imaginons qu’il soit à Kamryn, je me ferai défoncer la gueule dans les jours à venir ! Elle serait pas contente du tout ! Et… Et en fait, c’est maintenant que je me rend compte de l’immensité de ma connerie du jour ! « Mon Dieu je crois que c’était à Kam… » Et le pire, c’est qu’en fait, ça me faisait marrer plus que pleurer ! Etrangement, je prend toujours tout avec une positivité incroyable ! Heureusement que la Terre ne tremblait pas chez nous, parce que je pourrai finir sous un immeuble en chute libre sans même m’en inquiéter. « LALALALA JE NE VEUX PAS CONNAITRE TES FANTASMES SEXUELS LALALA ». Heureusement, j’ai de merveilleux amis qui me feront toujours redescendre sur Terre ! Alala, quelle coincée du cul cette petite ! Non mais j’étais follement morte de rire ma gueule ! Franchement, il me faisait pas peur…. D’en bas…. Je regarde Kellin criait en solo et j’attend. Bah en même temps, je n’ai pas encore pour habitude de défendre mes blagues salaces ! Encore heureux qu’aucun des garçons n’étaient là, ça aurait une toute autre allure : chacun essayant de me rabaisser à son tour. « Et puis en plus… » Oups ?.. « c’est quoi ça ? »… « On va le… » savoir ? Ouais je crois bien. C’est seulement là qu’un brin de panique m’envahie. « OUVREZ SI VOUS AVEZ DES COUILLES BANDE DE PETITS CONS ! » Ah ouais quand même. « PUTAIN PACEY AU SECOURS ! ». Bon bah mon premier plan qui était de faire comme si on était pas là est foutu, merci Kellin ! Bon, je suis un homme ou pas ?! Je vais aller lui ouvrir la porte, protéger mon ami et lui défoncer sa gueule de merde !.... C’est ça oui, trois fois ! Non non, je suis un homme mais mon courage a des limites hein ? « FAIS QUELQUE CHOSE AIDE MOI VA FERMER LA PORTE A CLES SORS UNE HACHE OU UNE SCIE SAUTEUSE… OU ALORS DES FOURCHETTES SI T’AS QUE CA ET PUIS VA TE METTRE DEVANT LA PORTE FOOOOOOONCE PACEY IL VA NOUS TUER JVEUX PAS MOURIR COMME CA A CAUSE D’UN PUTAIN DE VASE… MOCHE EN PLUS … ». Kellin est une fillette pire que Kamryn ! Je suis sur que Kamryn aurait fait fuir le bonhomme en allant le voir en face alors que Kellin elle, elle crie. Non mais elle sert à rien cette meuf c’est pas possible ! « OH ! BAISSES D’UN TON LA ! ON VA SE FAIRE REPERER LA ! … ». Paniquée, tu étais paniquée, j’étais paniqué, nous étions paniqués et nous allons nous faire niquer ! Je regarde Kellin prendre une chaise, la plaquer contre ma jolie porte, s’asseoir dessus. Idée à la con, quand tu l’as… « T’es sûr on peut pas déplacer le canapé ? ». Ah bah ouais, si Superman débarque par ici on pourrait ouais. Non mais c’est moi qui fume et elle qui a des gaz ! J’attrape donc mon amie par le bras la faisant ainsi décoller de cette foutue chaise en lui faisant signe de se taire. Je marche sur la pointe des pieds et l’invite à en faire de même sans même regarder par le trou de la porte, je suis une mauviette, j’assume. Je l’entraîne alors vers la salle de bain. « chhuuut.. ».



True friends stab you in the front O. W.
 
 L'amitié en son état pur est inconditionnelle, c'est-à-dire que de vrais amis ne se jugent pas, et ne tiennent pas compte du temps qui passe.  ❥ Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   Sam 22 Mar - 15:16

hey, how ya doin' ? (baby bee et baby pee)
Passer une journée calme et posée en compagnie de Pacey, c’était incompatible. C’était une association qui n’existait pas, ou en tout cas, pas avec moi. Mais à mon humble avis, elle n’existait avec personne. Pacey avait bien trop de fantaisie en lui pour laisser ne serait-ce qu’une seule journée banale prendre le contrôle de sa vie. Alors ça, c’était hors de question ! Alors qu’avais-je bien pu espérer en venant ici aujourd’hui ? En tout cas certainement pas de me faire offrir le chat de Kenaël en prétextant que c’était la seule serpillère que possède cet appartement. Mais le pire dans tout ça, ce n’était pas tant le chat et la maltraitance dont il était victime, non. Le pire, c’était qu’apparemment, c’était encore moi la plus bizarre de nous deux. C’était ce que j’en déduisis lorsque je vis ce fameux regard supérieur se poser sur moi, regard vivement accentué par la main qu’il posa sur sa hanche en mode diva du dancing pas contente. J’aurais pu être surprise si je n’avais pas l’habitude. Je ne fis toutefois aucun commentaire puisque je n’étais pas sans savoir que cela n’annonçait rien de bon. Aussi, je me contentai de l’observer timidement avec ce regard de petite fille qui a peur de se faire gronder. Non mais tu descends d’un ton steuplais ! Je suis pas une travelo merci bien ! Puisque c’est comme ça, je fume. Ah ok. Bon, finalement, je m’en étais bien sortie. Même très bien. Un léger haussement de sourcils sera ma seule réponse, et il devra s’en contenter. En revanche, je ne me privai pas pour critiquer la laideur de ce vase qui n’était désormais plus des nôtres, brisés en mille morceaux en bas de chez Pacey. Il était probablement bien mieux comme il était, étant donné que ça ne pouvait pas vraiment être pire. La situation en revanche avait toutes les chances d’empirer et… BINGO ! Mon Dieu je crois que c’était à Kam… Le silence qui s’installa alors me parut durer une éternité, et je crus même durant un instant que Pacey était devenu mon propre reflet. En effet, nous avions dès lors tous deux tiré une tête de six pieds de long. Là, l’heure était grave. Je ne connaissais pas assez Kamryn pour juger, mais d’après ce que Pacey m’en avait dit, mieux valait courir vite et loin, et partir maintenant ! Bah bouge, fais quelque chose ! Cours en bas récupérer les morceaux, on va essayer de les recoller. ALLEZ PACEY TU TIENS A TA VIE OUI OU NON ? A en juger par sa lenteur, il n’y tenait pas des masses, ou alors il le cachait super bien. PACEEEEEEEY ! Tandis que je courais dans tous les sens telles une autruche qui se ferait courser, Pacey, lui, me regardait simplement faire. Et, contre toute attente, la seule réponse que j’eu fut un tambourinement à la porte, tambourinement qui était tout sauf de bon augure. Et moi, a seule chose que j’étais capable de faire, c’était crier. Crier à droite, crier à gauche. En aigu, en grave. Avec ou sans vibrato. Bref, je criais à ne plus en pouvoir. Ouais bah c’est pas ma faute, dans la panique je ne me contrôlais pas, et puisque Pacey ne m’aidait pas à me calmer, c’était encore pire – en admettant ce que soit possible. OH ! BAISSES D’UN TON LA ! ON VA SE FAIRE REPERER LA ! … C’EST PAS EN ME DISANT DE ME CAMER QUE JE VAIS ME CALMER ! répliquai-je en hurlant presque histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes. Cependant, j’avais beau tout faire pour tenter de gérer la situation, ça ne marchait pas DU TOUT. Et ça, ça semblait énerver Pacey (au moins, ça le faisait réagir, il fallait voir le bon côté des choses). D’un geste vif et avant même que je ne m’en rende, mon ami m’agrippa le bras afin de m’entraîner tout droit à la salle de bain. chhuuut CHUT, CHUT ! C’est facile à dire hein ! Après avoir laissé échapper un franc soupir, je levais les yeux au ciel afin de lui signifier que c’était plus facile à dire qu’à faire. Comment veux-tu que je me calme Pacey ? On va mourir ! J’ai à peine vingt ans et je vais mourir ? Tout ça à cause de qui ? D’une diva pas contente qui jette des vases par la fenêtre ! me plaignis-je de la voix la plus basse que je le pouvais afin de ne pas me faire engueuler une énième fois par princesse Pacey. Les coups contre la porte redoublèrent d’intensité, et je ne pouvais m’empêcher d’imaginer monsieur muscle défoncer la porte et nous faire la peau. Bah ouais, toujours penser au pire, c’était mon crédo. Je suis désolée mais j’ai trop peur ! De la même façon qu’il m’avait emmenée jusqu’à la salle de bain, je l‘entrainai jusqu’à la douche et me hâtai d’en fermer le rideau derrière lequel je me sentais davantage en sécurité, allez savoir pourquoi ? Au moins, si le type parvenait à rentrer, il mettrait un peu plus de temps à nous trouver, et on aurait la chance de mourir un peu moins tôt. Voilà. Trop occupée à penser, je ne remarquais même pas à quel point l’appart’ était devenu calme. Pacey était muet. J’étais muette. La porte était muette. Le silence était complet. Tu crois qu’il est parti ? chuchotai-je en ouvrant le Rideau de douche comme pour verifier qu’il n’y avait bel et bien plus de bruit. Attends, je vais voir… Afin de prendre de l’élan et d’enjamber plus facilement le rebord de la douche, je m’appuyai sur le robinet et… mauvaise idée. Maladroitement, j’activai l’eau qui nous aspergea tous deux avant même que nous n’ayons eu le temps de le voir venir. AAAAAAAAAAAAAH ! JE. VAIS. MOURIR. Adieu.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hey How ya doin'? Baby Bee.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey How ya doin'? Baby Bee.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCK ME ::  :: East End :: Quartiers résidentiels :: Whitechapel-