AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 petite après-midi en amoureux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: petite après-midi en amoureux.   Sam 15 Déc - 11:07




“petite après-midi en amoureux”

Ce matin, j'étais le premier à me réveiller, Evannah avait dormi à la maison. pour bien débuter la journée, je me levais discrètement, enfilais un jogging, et sortis pour me rendre jusqu'à la boulangerie afin d'aller acheter de la viennoiserie. A mon retour, et par chance, ma petite amie n'était toujours pas réveillée, ça tombait bien. Je sortis deux bols du placard, et déposais ces derniers sur un plateau. Je garnis celui-ci de bonnes choses, viennoiseries, verre de jus de fruits, j'avais tout simplement envie de lui faire plaisir. C'était le weekend, et je comptais passer mon weekend avec elle, parce qu'on allait pas se mentir, avec les cours, il nous était plus difficile de se voir, elle avait énormément de travail de son côté, et il en était de même pour moi. Une fois le plateau bien garnit, je me rendais pas à pas dans la chambre. Au même moment, elle ouvrit les yeux, je lui adressais un petit sourire et vins poser le plateau sur le lit, entre nous deux. Je l'embrassais, comme à chaque fois, et nous déjeunions tout deux au lit. En vue de son large sourire, j'en déduisais que ma petite attention lui avait plu, et c'était le but. Je lui proposais ensuite de passer le weekend en amoureux, et bien entendu elle acceptait. J'avais une petite idée du weekend que nous passerions. Je comptais dans un premier temps l'amener faire les boutiques, je savais pertinemment que cela lui plairait, car comme toutes les filles, le shopping s'était sacré. Et puis, cela faisait un moment que nous n'y avions pas été. Et pour ce soir, je me chargeais de réserver une table pour deux, dans l'un des meilleurs restaurants de Londres. Autant vous dire que j'avais envie de rattraper le temps perdu à cause des cours.
Par ailleurs, je ne lui avais pas dis la journée qui nous attendait, cependant, je lui avais seulement dit qu'après avoir déjeuné, d'aller se doucher. Curieusement comme pas deux, ma petite amie ne cessait de me questionner, je réussi néanmoins à ne pas lui cracher le morceau, même si j'en mordais d'envie. J'avais déjà hâte de voir sa réaction lorsque nous mettrions les pieds à Harrods. L'un des plus grands magasins luxueux de Londres. Ce dernier était composé de sept étages, et chaque étages étaient remplis de boutiques de luxes, boutiques de vêtements, de lingeries, des parfumeries, des bijouteries, l'endroit rêvé de toutes les filles. Et bien c'est ici que je comptais amener ma petite amie. Je savais qu'elle serait contente de passer l'après-midi dans les boutiques. Et moi, je serais là, à l'aider à choisir, à la regarder lorsqu'elle essaierait des vêtements, et en revanche elle pourrait également m'aider à choisir quelques fringues, car je comptais en profiter pour moi aussi passer dans les boutiques pour hommes afin de renouveller mes habits. Et la personne la plus apte à m'aider était bien entendue Evannah. Je m'en fichais de plaire aux autres, celle à qui je voulais plaire, c'était ma petite amie, ce qui était tout à fait logique.
Quand elle fut prête, nous prenions ma voiture, direction Harrods. Evidemment, sur le chemin, Eva ne cessait de me demander où je l'emmenais, quant à moi, je souriais d'un air amusé, lui répondant simplement « sois patiente, tu verras » Mais vous connaissez les filles, la patience et elle, sa fait deux. C'est d'ailleurs ce qui avait le don de me faire rire. Quelques minutes s'écoulèrent, et nous arrivions enfin sur le parking de chez Harrods. Je tournais le visage vers ma petite amie, le sourire aux lèvres. « Alors, ça ne valait pas le coup d'attendre ? » Je souriais à mon tour grandement, espérant que cela plaise à mademoiselle, mais bon, je ne me faisais aucun souci là dessus.
(c) Myuu.BANG!


Dernière édition par H. Stanislas Tsiolkovski le Sam 5 Jan - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 30 Déc - 23:27

petite après-midi en amoureux,
Par chance, et après avoir lourdement insisté pendant plusieurs jours, mon père avait accepté que j’aille dormir chez Stanislas. C’était toujours comme ça. Je devais négocier pour que mon père aussi envahissant que protecteur ne me laisse vivre comme bon me semblait. Enfin bref, le fait était que j’avais réussi à le convaincre une nouvelle fois. Le pouvoir d’Eva la pêche quoi. Lorsque que j’ouvris les yeux ce matin, la première chose que je vis fut un plateau garni de bonnes choses que venait d’apporter mon petit ami. Un sourire vint naturellement se dessiner sur mes lèvres. Lorsque par la suite Stanislas me proposa de passer le week-end avec lui, c’est évidemment avec joie que j’acceptai. Cependant, je ne savais absolument pas à quoi m‘attendre, et mon petit ami semblait bien décidé à me faire des cachotteries. Malgré tout, j’allais prendre ma douche et me préparer pour la journée sans broncher. Enfin, sans broncher était un bien grand mot. J’avais sûrement été aussi insupportable qu’une gamine de huit ans. Après ça, je me demandais s’il ne regrettait pas de m’avoir gardé avec lui pour le week-end entier. Entre les « tu m’emmènes où ? » et les « on est bientôt arrivés ? », mon pauvre petit ami n’avait vraiment pas été épargné. Mais le fait que je sois chiante, c’était aussi de l’amour déguisé, en fin de compte (a). Bientôt, la voiture ralentissait pour se garer sur un parking qui m’était familier, car très connu des habitants de Londres. Encore peu certaine, j’hésitai à contempler les alentours pour confirmer mes pensées. Je réprimai toutefois ma curiosité et attendit que Stanislas me fasse descendre de la voiture et ne me dirige devant la façade en question. Lorsque ce fut enfin le cas, je découvris devant moi l’immense magasin Harrods qui se dressait devant nous. Ma réaction ne se fit pas attendre et, instinctivement, je sautai au cou de mon petit ami avant de l’embrasser. C’était un remerciement en avance (a). Et puis, j’en avais envie. Face à lui, je lui pris machinalement les deux mains. Tu sais que tu es génial, toi ? lui demandai-je rhétoriquement sans que mon sourire ne se détache de mes lèvres.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Evannah L. Riley le Ven 4 Jan - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Mer 2 Jan - 21:28




“petite après-midi en amoureux”

Après avoir longuement bataillé avec son père, ma petite amie avait réussi à obtenir une réponse positive de sa part. Elle avait donc pu dormir chez moi. Je ne sais pas ce qu'avait son père avec moi, mais il avait énormément de mal. Peut être parce que quelque part, je lui prenais sa fille, c'est souvent ça, et peut être avait-il également peur qu'un jour j'en vienne à lui faire du mal. J'ignorais vraiment le pourquoi du comment. Mais depuis un an et demi, je n'avais jamais rien fais qui pourrait blesser Evannah. Je m'étais toujours montré aux petits soins avec elle, quand elle avait eu besoin de moi, j'avais toujours été là. Je me la dorlotais ma petite amie, la preuve, ce matin, alors qu'elle dormait, je m'étais levé pour lui préparer un bon petit déjeuner, digne de ce nom. J'aimais beaucoup prendre soin d'elle, lui faire plaisir, la voir sourire. Ayant envie de rattraper cette longue semaine loin d'elle, je lui avais proposé de passer le week-end avec moi, et cette dernière acceptait. J'avais choisi le bon week-end, étant donné que son père n'était pas dans la ville, du coup, au lieu qu'elle reste seule chez elle, j'en profitais pour le passer avec elle.
Le petit déjeuné enfin terminé, je lui expliquais brièvement le programme d'aujourd'hui. Enfin, le programme était un bien grand mot, car finalement, je lui avais seulement dis d'aller prendre sa douche, car je comptais l'emmener quelque part. Un endroit dans lequel j'étais sûr qu'elle serait ravie d'aller : le magasin Harrods. Un immense magasin dans lequel se trouvait de multiple petits magasins de vêtements pour hommes et femmes, de sous-vêtements, de cosmétiques,des magasins de soins. Bref, l'endroit rêvé de toutes les filles. Et aimant faire plaisir à ma petite amie, j'étais prêt à passer ma journée avec elle dans ces magasins, afin qu'elle puisse se faire plaisir, à essayer bon nombre de vêtements et à refaire sa garde robe.
D'ailleurs, tout le long du chemin, cette dernière m'avait vraiment fait rire, elle ne cessait de me poser des questions du genre « tu m'emmènes où ? » ; « quand est-ce qu'on est arrivé ? » Cependant, je me contentais de répondre à ses questions par un simple sourire, je ne voulais en aucun cas lui dire où est-ce que je l'amenais, je voulais voir sa réaction lorsque nous arriverions à destination. Harrods, ne se trouvant pas très loin de chez moi, nous arrivions rapidement sur le parking de ce dernier. Lorsque je me garais, je regardais ma petite amie, le sourire aux lèvres. Je descendais de la voiture, et fis le tour de cette dernière pour venir ouvrir la porte du côté passager, faisant descendre Evannah de la voiture. Je lui attrapais les mains, et la retournais vers le magasin, afin qu'elle comprenne où est-ce que je l'amenais. Sa première réaction fut de me sauter au cou et de m'embrasser, autant vous dire que j'étais plutôt fier de moi, je savais que cela lui plairais mais au point de me sauter au cou et de m'embrasser.. Wahou, je ne pouvais que rattraper cette dernière prolongeant avec tendresse son baiser, souriant contre ses douces lèvres. L'enthousiasme de cette dernière me faisait tout simplement sourire. Lorsqu'elle attrapait mes mains, je pris soin d'entremêler nos doigts ensembles, caressant délicatement la paume de ses mains. « Ouais je sais ouais » répliquais-je fièrement avant de reprendre « Non je plaisante, mais je suis vraiment content que ma surprise te plaise, et ce n'est que le début » Ainsi je laissais planer le mystère sur ce qui l'attendait dans la continuité de la journée. J'avais dans un premier temps réservé une table dans un restaurant des plus romantiques de Londres, le Hush. Je n'avais entendu que de bonnes critiques à propos de ce dernier, Et nous terminerions la soirée à l'hôtel, au moins, nous pourrions nous retrouver tous les deux, en amoureux, loin de tout, car chez moi, je n'étais jamais seul, il y avait toujours ma soeur et ma mère, alors autant vous dire que nous ne disposions pas d'autant d'intimité que dans une chambre d'hôtel. J'espérais tout simplement que mon programme lui plairais. Parce que pour le moment le début semblait lui plaire plus que je ne le pensais.
Il était à présent temps de regagner la galerie du magasin Harrods, c'st pouquoi, je l'embrassais sur le front, avant de marcher main dans la main vers l'entrée de ce dernier. « Par quoi veux-tu commencer ? » lui demandais-je le sourire aux lèvres. Ce que j'aimais le plus lorsque j'accompagnais ma petite amie faire les boutiques, c'était les moments d'essayages, ça c'était le top du top, j'avais toujours la tête coincé entre la paroi de la cabine, et le rideau qui cachait le corps parfait de ma petite amie. J'adorais la regarder essayer de vêtements et lui donnais mon avis. Je trouvais que c'était de bons moments à partager avec sa petite amie ce genre de chose.
(c) Myuu.BANG!


Dernière édition par H. Stanislas Tsiolkovski le Sam 5 Jan - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Ven 4 Jan - 21:23

petite après-midi en amoureux,
Pour être honnête, j’avais beaucoup de chance d’avoir un petit ami tel que Stanislas. Bien que mon père n’ait jamais cautionné cette relation, de mon côté, je savais ce qu’il en était de lui et moi. Cela faisait bientôt deux ans maintenant que nous étions en couple, et que tout se passait à merveilles. La preuve en était qu’aujourd’hui encore, je m’étais réveillée en face d’un plateau rempli de bonnes choses, que mon petit ami avait gentiment apporté. Mais ce n’était pas la seule surprise qui m’attendait pour ce week-end, si j’en croyais ses propos. Cependant, de nature curieuse et impatiente, je n’étais pas le genre de filles qui attendait bien sagement les yeux bandés. Mais ça, Stan le savait tout à fait, et je le soupçonnai même d’avoir pris un malin plaisir à me faire attendre. En véritable pile électrique que j’étais, je ne l’avais pas laissé en paix une seule seconde, et je crois que cette situation l’avait bien fait rire. Ceci dit, j’avais eu la chance de me venger ne serait-ce qu’un petit peu en l’assaillant de question jusqu’à ce que nous ne soyons arrivés à destination. Le sourire qui s’était progressivement dessiné sur les lèvres de mon petit ami en disait long. Bien que je le sache capable de pas mal de choses très farfelus, je devinai que cette fois, ce serait une belle surprise. Ma pensée fut en effet confirmée lorsque je vis l’immense façade de Harrods se dresser devant moi. Ma première réaction fut alors de sauter au cou de Stan, et de le remercier. Comme toute fille qui se respecte, l’idée même de mettre les pieds dans ce magasin de luxe m’excitait comme une puce. Bah oui, j’étais comme ça, on n’allait pas me refaire (a). Par ailleurs, je trouvais cela adorable de la part de mon petit ami. Toutefois, ce n’était pas la modestie qui l’étouffait celui-là. Dès lors que je le complimentais, il sauta sur l’occasion pour surenchérir. Avec ma force de mouche, je le frappai légèrement. J’me suis trompée. En fait, t’es pas génial du tout ! me repris-je pour le taquiner, avant de l’embrasser à nouveau. Oui, c’est adorable, me contentai-je ensuite de lui répondre, sourire aux lèvres. Nous nous dirigions alors vers l’entrée du bâtiment, main dans la main, tandis que mon petit ami me questionna sur la boutique par laquelle je voulais commencer. A vrai dire, je n’avais jamais mis les pieds ici. Je fis mine de réfléchir, puisqu’en réalité, je n’en avais aucune idée. Hm, la première boutique sur laquelle on tombe ? répondis-je alors, sans grande conviction, en sollicitant Stan du regard. Après tout, il avait qu’à choisir, lui (a). Si tu veux, on peut même commencer par une boutique pour homme, lui proposai-je ensuite, après réflexion. C’était également une manière de le remercier pour m’avoir amenée ici. Et puis comme ça, moi aussi je pourrais en profiter, terminai-je en baissant légèrement la voix. Je connaissais ses manies, et j’avais l’habitude de le voir passer sa tête à travers le rideau des cabines lorsque je faisais les essayages. Et je ne voyais pas pourquoi je ne pourrais pas en faire autant. Après tout, moi aussi j’avais le droit de me rincer l’œil.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Evannah L. Riley le Mar 8 Jan - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Sam 5 Jan - 12:18




“petite après-midi en amoureux”

Ma petite amie étant seule ce week-end, je lui avais donc proposé de passer le week-end avec moi, je lui réservais une petite surprise. Il n'y avait pourtant pas d'évènement spécial, ni de date marquante, j'avais seulement envie de lui faire plaisir. Puis cela serait l'occasion de rattraper toute cette semaine de cours où nous nous sommes à peine vue. D'autant plus que cela faisait un petit moment que nous n'avions pas passé le week-end ensembles, en même temps, avec son père, s'était parfois difficile, car celui-ci n'était pas toujours d'accord pour me laisser sa fille tout le week-end. D'une part, je le comprenais, il avait élevé seul sa fille, sa femme étant décédée il y avait quelque temps de cela maintenant, mais toutefois, il fallait qu'il apprenne à la lâcher un peu, tôt ou tard, Evannah finira par quitter le cocon familial et ainsi prendre son envole. Néanmoins, je n'allais jamais à l'encontre de ses décisions, si monsieur Riley refusait que ma petite amie ne passe le week-end avec moi, alors je ne bronchais pas, et acceptais sa décision. Je voulais moi aussi lui montrer que j'étais quelqu'un de bien, certes j'avais un passé assez mouvementé, de part l'accident qu'il s'était passé ce soir là, dans les rues de Saint-Pétersbourg, mais ça, c'était quelque chose que j'avais du faire contre mon gré, c'était un acte involontaire. Cependant, cela ne faisait pas de moi, quelqu'un de mauvais, non, je regrettais encore mon acte aujourd'hui. Ceci dit, je n'en n'avais jamais parlé à personne, et je ne voulais pas que Evannah me laisse par rapport à ça. Si j'avais fais ça, c'était uniquement pour sauver ma soeur.
Sur la route, la jolie demoiselle assie sur le côté passager ne cessait de me questionner sur le lieu d'arrivé, sur la durée du chemin. Je n'avais pu réprimer quelques petits éclats de rire face à son attitude. On aurait dit une petite fillette qui partait en voyage avec ses parents, et qui ne cessait de leur demander « quand est-ce qu'on arrive ? » « où est-ce qu'on va ? » « c'est encore loin ? » Comment dire que son petit côté enfantin me faisais tout simplement craquer. J'avais à plusieurs reprises quitté du regard la route pour regarder ma petite amie, le sourire aux lèvres. Je ne pouvais m'empêcher de sourire à ses côtés, elle était vraiment mignonne à s'impatienter ainsi. Mais je savais qu'en tenant ma langue, l'effet de surprise serait d'autant plus présent. Et lorsque nous arrivions à destination, aussitôt nous étions descendu de la voiture, aussitôt Evannah me sauter au cou. J'entourais alors mes bras autour de sa taille, prolongeant son baiser. De part sa réaction si soudaine, j'en concluais que ma surprise lui plaisais, la connaissant cela ne m'étonnais pas. Elle adorait faire les magasins et Harrods représentait le shopping par excellence. Lorsque je ventais mes mérites, cette dernière s'empressa de me casser mon délire, j'écarquillais alors les yeux, légèrement choqué, mais cette dernière m'embrassait de nouveau, avant de répondre que c'était adorable. Je souriais contre ses lèvres.
C'est par la suite, main dans la main que nous rentrions dans le grand bâtiment. A l'intérieur s'y trouvait un brouahah pas possible, il y avait énormément de monde, ce qui était tout à fait normal pour un samedi après-midi, il fallait s'y attendre, mais qu'importe, nous avions tout notre temps. Nous marchions, tranquillement, lorsque je demandais à ma petite amie, par quel magasin elle désirait commencer. Elle se montrait toutefois pensive, avant de me répondre « Hm, la première boutique sur laquelle on tombe ? » Elle me proposait même de commencer par une boutique pour homme, ajoutant qu'elle pourrait ainsi en profiter. Je compris tout de suite où elle voulait en venir. A chaque fois que nous faisions les boutiques, j'avais la facheuse tendance à glisser ma tête dans la cabine d'essayage de ma petite amie, afin de lui donner mon avis sur les vêtements ou sous-vêtements qu'elle essayait. J'en profitais également pour me rincer un petit peu l'oeil, j'avais de quoi, car cette dernière avait un corps de rêve. « Oui, surtou pour en profiter et reluquer mon corps d'appolon » plaisantais-je en reprenant mot pour mot ce qu'elle m'avait dit auparavant avec insistance. « Mais commençons par toi, c'est ta journée, alors on va pour toi, et après on verra pour moi » ajoutais-je, le sourire aux lèvres. C'est vrai, après tout, si nous étions venus ici, s'était pour ma petite amie, afin qu'elle fasse les boutiques à sa guise. « Ceci dit, ne t'inquiètes pas, on ira aussi pour moi, histoire que mademoiselle s'amuser à passer sa tête dans ma cabine et à se rincer l'oeil » terminais-je d'un ton amusé. C'est vrai qu'elle avait droit elle aussi à se rincer l'oeil, et puis quant à moi, j'avais besoin de me racheter quelques fringues, tel que des jeans, des tee-shirt, des pulls.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Mar 8 Jan - 21:14

petite après-midi en amoureux,
J’ignorais ce qui me valait cet honneur, mais aujourd’hui, Stanislas avait decidé de me faire tout un tas de surprises. Cependant, je n’allais pas m’en plaindre, bien au contraire. C’était adorable de sa part. D’ailleurs, je ne m’y attendais pas, pour la simple et bonne raison qu’il n’y avait aucun évènement ce week-end qui puisse justifier cela. Mais Stan avait toujours été attentionné envers moi, ce pourquoi je n’étais pas réellement surprise quant à son comportement. De plus, mon petit ami avait réussi à me faire plaisir, comme à chaque fois. Cette fois-ci, il avait prévu de m’emmener faire les boutiques à Harrods, cet immense magasin de luxe dans lequel je n’avais jamais mis les pieds, jusqu’à aujourd’hui. L’attente avait été longue, mais je devais avouer que le jeu en valait la chandelle. Je l’avais remercié avec un baiser, et lui avait même proposé de commencer par une boutique pour hommes. Evidemment, mon petit ami sauta sur l’occasion pour me faire une réflexion, comme quoi mon but était en réalité de le reluquer dans la cabine d’essayage. Oui bon… hein ! c’est tout ce qui sortit de ma bouche. Pas très concluant comme argument, je vous l’accorde. Afin de m’en sortir, je fis donc mine de bouder. Et puis, de toute façon je fais ce que je veux, t’es à moi, me justifiai-je en faisant la moue et en essayant tant bien que mal de réprimer le rire qui ne demandait qu’à sortir. Pour avoir raison, je m’en sortais comme je pouvais quoi. A part les stratégies, je n’avais pas grand-chose sous le coude parce qu’il fallait bien le dire, j’avais plus souvent tort que raison (a). Mais bref. Heureusement pour moi, la conversation fut quelque peu détournée puisque Stan me demanda de choisir une boutique pour moi, en premier lieu. Je portais alors mon attention sur mon petit ami, le regard interrogateur. Tu m'aides à choisir ?, lui demandai-je en faisant légèrement la grimace pour lui faire comprendre que je n'en avais aucune idée pour le moment. Je l’entrainai donc avec moi le long de la galerie jusqu’à ce que je tombe sur une boutique qui avait l’air plutôt pas mal. Qui plus est, il y avait un peu de tout, que ce soit vêtements, lingerie, chaussures ou encore bijoux. Le choix n’était pas aussi large que les autres boutiques spécifiques, mais je préférais commencer doucement, en fouinant un peu partout (a). Tandis que nous nous dirigions vers la boutique en question, Stan remit le sujet du « mattage à travers la cabine » sur le tapis, et tenta de me rassurer en m’assurant que nous irions quand même dans des boutiques pour hommes afin que je puisse ma rincer l’œil. Arrête d’insister ! C'est même pas mon genre en plus m’exclamai-je pour toute réponse en le frappant légèrement pour me défendre comme je le pouvais. Allez, suis-moi au lieu de raconter n’importe quoi, poursuivis-je en l’entrainant avec moi dans la boutique que je venais de repérer.



cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 13 Jan - 9:46




“petite après-midi en amoureux”

Harrods, l'un des plus grands magasins de Londres. C'est ici-même que je décidais d'amener ma petite amie, histoire qu'elle se fasse un petit peu plaisir. De plus, il fallait noter que c'était les soldes, et vous savez comment sont les filles. Dès qu'il y a les soldes, elles sont toutes agglutinées dans les magasins, en mode quasi-hystériques, et gare à celle qui osera piquer les vêtements à l'autre. Honnêtement, voir une scène comme ça dans un magasin, c'est vraiment drôle. Par chance, ma petite amie était loin de se comporter de la sorte, au contraire, elle était plutôt calme, enfin, quand elle était avec moi, je ne sais pas comment elle se comportait lorsqu'elle allait faire les magasins avec ma soeur, s'il faut (a).
Arrivé dans le magasin, ma petite amie se montrait hésitante, c'était la première fois qu'elle mettait les pieds ici, tout comme moi, c'est ce qui expliquait alors son hésitation. Ne connaissant pas précisément les magasins qui s'y trouvaient, elle ne savait pas trop par où commencer, me proposant même de commencer par moi. Cependant, nous étions venus à la base pour elle, alors, je lui répondis que nous commencerions par elle, ce qui me semblait tout à fait logique. D'ailleurs, je la repris sur le fait qu'elle voulait tout simplement se rendre dans un magasin pour homme dans l'unique but de me reluquer. La réaction de cette dernière me fit particulièrement rire. Elle marquait néanmoins un point, elle pouvait faire ce qu'elle voulait, j'étais tout à elle. Enfin, la réciproque était vraie (a). « Tu marques un point » rétorquais-je le sourire aux lèvres. Pour le coup, je n'allais pas faire preuve de mauvaise foi, et lui accorder la victoire, un peu trop facilement à mon goût, mais bon, il fallait avouer qu'elle avait raison à ce propos, mais bon, je ne lui accorderais pas toujours la victoire aussi rapidement, j'aimais bien la taquiner, et la voir monter sur ses grands chevaux parfois, je trouvais qu'elle était sexy quand elle s'énervait (a). « Tu m'aides à choisir » me demandait-elle à propos d'une boutique. Visiblement la charmante demoiselle qui se trouvait à mes côtés, avait vraiment du mal à faire un choix sur sa première boutique. Néanmoins, c'était compréhensible, car il y avait énormément de boutiques de part et d'autre de la galerie, il était donc difficile de faire un choix, mais ce qu'il fallait qu'elle se dise, c'est que nous avions l'après-midi pour nous, ainsi nous pourrions faire tous les magasins que nous désirerions. « Tu sais, on est pas pressé aujourd'hui, c'est journée tranquille, alors qu'importe où on commence, on aura largement le temps de faire tous les magasins que tu désires » la rassurais-je gentiment. C'est vrai, elle n'avait pas à s'inquiéter pour ça. Par la suite, elle m'entraînait avec elle dans la galerie marchande, je la regardais, arquant un sourcil interrogateur, lorsqu'elle me fit entrer dans un petit magasin dans lequel il y avait tout : vêtements, lingerie féminine, bijoux fantaisies, quelques produits de cosmétiques, ainsi que des chaussures. Le paradis pour les filles était réuni en un seul et même magasin. Ceci dit, il y avait sans doute moins le choix que dans un magasin uniquement consacré aux bijoux, ou encore aux maquillages. Une nouvelle fois, pour à la fois rassurer et taquiner ma petite amie, j'en revins sur le sujet des cabines d'essayages, je ne pus retenir un éclat de rire, face à la réaction de cette dernière, ainsi que son geste : sa légère frappe à l'épaule. « Eh ! Je vais appeler sos homme battu moi, commençais-je par répondre, riant légèrement. Et excuses moi de te contredire, mais si, c'est tout à fait ton genre » la taquinais-je de plus belle, tout en riant légèrement. Une nouvelle fois, la demoiselle m'entraînait avec elle plus profondément dans le magasin, je crois que c'est ce qui m'attendrais durant toute la journée : me faire trimbaler à droite à gauche. Je savais d'ailleurs le prix que j'encourrais à l'amener ici, mais qu'importe, c'était quelque chose à partager avec sa petite amie selon moi. « Pour ta gouverne, je ne dis que des choses censées » repris-je, tout en la suivant, d'un air amusé. Je scrutais par ailleurs, les rayons, afin de voir si je trouvais quelque choses au goût de ma petite amie. « Moi je propose qu'on commence par la lingerie » murmurais-je au creux de son oreille, d'un air malicieux. Le regard qu'elle me jetait me fis alors à la fois écarquiller les yeux et rigoler. « Ca va personne ne m'a entendu, et puis... moi aussi j'ai le droit de te reluquer ! tu n'as qu'à pas être aussi bien formée » ajoutais-je avec malice, attendant que mademoiselle ne daigne choisir par quoi commencer. Elle avait l'embarras du choix.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Mer 16 Jan - 20:09

petite après-midi en amoureux,
Je devais bien avouer que j’avais de la chance d’avoir Stanislas comme petit ami. Encore aujourd’hui, il m’avait gâtée. Je n’aurais jamais pensé mettre les pieds à Harrods un jour. Par ailleurs, heureusement que je n’y avais pas été seule au final, parce que je m’y serais probablement pommée. Ce magasin était un véritable labyrinthe, avec des galeries de tous les côtés. Si j’avais su, j’aurais amené ma tente et mon sac de couchage, parce que j’en aurais sûrement pour le mois. D’ailleurs, j’aurais pu croire que mon petit ami lisait dans mes pensées puisqu’il me précisa que nous avions tout l’après-midi devant nous. ça me rassure, déclarai-je dans un premier temps. Mais… t’es sûr que tu te sens prêt à te faire trainer dans tous les sens tout l’après-midi ? lui demandai-je en riant. Après tout, il était déjà adorable de m’emmener ici, je n’allais pas profiter de sa gentillesse. Enfin, peut-être un peu, si… mais pas trop quand même (a). Bref. Les filles qui étaient là avaient l’air d’avoir beaucoup plus l’habitude que moi, à en juger par leurs connaissances des lieux. Après avoir contemplé la surface du magasin, je regardai autour de moi afin de jeter un œil aux boutiques qui nous entouraient. Ne sachant pas par quoi commencer, je me lançai, au hasard, et me dirigeai vers une petite boutique qui m’avais l’air sympa, de prime abord. J’entrainais donc mon petit ami avec moi, puisque monsieur ne voulait pas commencer par les magasins pour hommes, de peur que je ne le regarde de trop près ou que je le viole, je sais pas. Comme bien évidemment ce n’était pas mon genre et que Stan ne me croyais absolument pas, je le frappai légèrement pour me faire entendre. Nan mais oh ! Et comme s’il ne m’enquiquinais pas déjà assez comme ça, il surenchérit en me menaçant d’appeler sos hommes battus. Je posai alors mon regard sur lui, arquant les sourcils. Nan mais je rêve, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre ! Arrête de raconter n’importe quoi ou je recommence ! m’exclamai-je, tentant de garder mon sérieux. Tu ne me connais pas du tout, conclus-je en tirant la langue telle une gamine. Ben oui, c’était probablement la chose la plus bête que j’aurais pu sortir, mais c’est tout ce qui m’étais passé par la tête à l’instant même. Et quand je voulais avoir le dernier mot, souvent, je disais n’importe quoi (a). Tandis que nous parcourions la boutique et que je regardais à droite à gauche, Stan me proposa d’aller jeter un œil à la lingerie. Ceci dit, mon petit ami et la discrétion, ça faisait deux. Je le regardai avec de grands yeux ronds, mais il se justifia aussitôt. Evidemment, c’est toujours de ma faute, rétorquai-je en levant les yeux au ciel, et en essayant tant bien que mal de ne pas rire. J’aurais l’air plus crédible si j’étais sérieuse. Dans le même temps, je m’avançai dans les rayons, en compagnie de Stan, cherchant à atteindre la lingerie. Sur notre passage, je remarquais un groupe de jeunes d’environs notre âge, qui nous contemplait comme des bêtes de foire. Je sais pas, j’avais peut-être un bout de salade entre les dans ou des boutons bleus sur le visage. Instinctivement, j’interrogeai Stanislas du regard avant de comprendre ce qui se passait. Je lâchai un soupir, désespérée. Ne me dis pas que ce sont des élèves de la fac à qui vous avez encore fait croire que vous étiez gays ? « Vous », c’était évidemment Daemon et lui. Se faire passer pour des homosexuels, c’était l’un de leurs passe-temps favoris, et, en vue de la situation, je devinais que le petit groupe qui se trouvait à quelques mètres de nous en avait fait les frais. Je me demandais bien pourquoi je sortais avec lui… Il était vraiment irrécupérable (a).


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 20 Jan - 16:56




“petite après-midi en amoureux”

Harrods demeure l'un des magasins les plus réputés et convoités par la gente féminine de Londres. C'est ce qui explique pourquoi j'avais décidé d'emmener ma petite amie ici même, cet après-midi. Je savais qu'elle n'y avait jamais mit les pieds, et il était temps que cela change. Lorsque nous étions entrés dans ce magasin, la première chose qui me surprit fut la grandeur de ce dernier. Il était vraiment immense. Si d'extérieur il semblait vraiment grand, l'intérieur l'était d'autant plus. Il y avait énormément de boutiques. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi grand, et spacieux. Le décor était vraiment très classe, pas étonnant pour un magasin aussi populaire que celui-ci. Néanmoins, malgré le monde qui se trouvait à l'intérieur en ce samedi après-midi de soldes, je devais avouer que la circulation était plutôt tranquille. Nous pouvions marchés sans pour autant se faire piétiner, et c'était d'autant plus agréable. En ce qui concernait les boutiques, il y en avait énormément une centaine je dirais, si ce n'était pas un peu plus sans exagérer. De toutes sortes, pour femmes, ainsi que pour hommes, à tel point que ma petite amie en venait à réfléchir par laquelle commencer. Je la rassurais, cependant, en lui apprenant que nous avions toute la journée pour ça, et qu'ainsi, nous aurions largement de faire toutes les boutiques qu'elle voudrait faire, d'autant plus qu'on ne les ferait surement pas toutes, étant donné que certaines ne nous intéresserait pas forcément. « Mmh, je ne sais pas trop, je me tâte ... Evidemment que je suis prêt, sa ne me fais pas peur » Je riais légèrement, tandis que la demoiselle en question se saisit de ma main, m'entraînant avec elle dans la galerie marchande. Avait-elle repéré une boutique à dévaliser ? Visiblement. Nous mettions les pieds dans une petite boutique qui vendait tout un tas de choses, divers et variés, plutôt sympathique. Le tout était de savoir si ma petite amie trouverait son bonheur ou non. Quoi qu'il en soit, même si elle ne le trouvait pas ici, je restais persuadé qu'elle finirait par le trouver dans l'une des boutiques présentes dans ce grand magasin. C'était obligatoire.
Tandis que nous nous baladions à travers les rayons de la boutique, prenant connaissance des lieux, je remettais sur le tapis, le fait que ma petite amie voulait se rendre dans un magasin pour homme dans l'unique but de me reluquer, cette dernière, pour se montrer plus crédible m'avait donné une tape sur le torse, comme pour se faire entendre. Ce geste m'interpellais alors, et me fis lui sortir une connerie, comme quoi, je songeais à appeler SOS hommes battus. Preuve qu'il n'y avait pas que les femmes qui étaient battues par leur partenaire, j'en étais la preuve vivante à cet instant même. Il ne faut pas croire, sous ses airs de petite fille innocente se cacher une fille violente, la preuve, son coup sur mon torse était vite parti (a). « Anh, mais comment tu es de mauvaise fois ! » J'ouvris alors ma bouche en grand, formant un cercle avec mes lèvre, de façon à lui montrer que j'étais choqué face à sa mauvaise foi (a). Je me retenais cependant de rire, mais cela devenait de plus en plus dur, je fini alors par lâcher un éclat de rire. Très crédible Stani (a). « Bien plus que tu ne peux le penser » Je souriais malicieusement. « Et fais attention à ta langue » repris-je après qu'elle m'ai tiré la langue, il ne fallait pas qu'elle me tire la langue en plein milieu de ce magasin, sa me donné envie de l'attraper (a).
Alors que nous nous baladions dans la boutique, ma petite amie ne semblait pas savoir par où commencer, une nouvelle fois, je me proposais de lui apporter mon aide, en lui murmurant au creux de l'oreille de commencer par aller voir les sous-vêtements. En vue de son regard noir, je n'avais visiblement pas été aussi discret que ce que je pensais. Je me rétractais en lui disant que ce n'était qu'une idée, mais qu'en revanche, j'avais moi aussi le droit de la regarder dans les cabines d'essayages (a). Ajoutant que c'était sa faute, car elle n'avait qu'à pas être aussi bien faites. « Evidemment ! » Je me contentais d'approuver, le sourire aux lèvres. La taquiner était l'un de mes passe-temps préféré. Mais elle l'était tout autant que moi, il ne faut pas croire (a). Au bout d'un moment, un groupe de jeune prépubère nous regardaient avec insistance. Je ne les lâchais pas des yeux, me retenant de leur demander s'ils voulaient notre photo, lorsque je les reconnus. C'était les gamins de première année. Je me souvenais rapidement où est-ce que je les avais vu. Dans les vestiaires, lorsque j'étais avec Daemon, mon meilleur ami. Je me souviens que nous nous étions amusés à jouer les homosexuels. Nous avions, lui et moi toujours été tactiles, mais il n'y avait rien d'ambigu cela va de soit. J'étais fou amoureux de ma petite amie, qui se trouvait à mes côtés, et lui était le Don Juan par excellence, alors autant vous dire que le sexe masculin ne nous attirait pas pour le moins du monde. Cependant, de part les conneries que nous avions pu entendre à notre sujet, nous nous amusions à jouer les homo, et aussitôt, Evannah me fit une remarque qui automatiquement me fit rire. Elle avait immédiatement comprit pourquoi ces derniers nous observaient d'un air ahurie. « C'est fort possible » lâchais-je en levant les yeux au ciel. Je m'étais fait prendre la main dans le sac. Mais Evannah savait combien mon meilleur ami et moi aimions jouer à ça pour faire jazer les curieux. Je me retournais alors vers ma petite amie, et l'embrassais devant les yeux de ces imbéciles, et me retournais ensuite vers eux le sourire aux lèvres. J'étais sûr qu'ils se poseraient de nombreuses questions du genre : trompe-t-il sa copine avec Daemon ? sa petite amie est-elle au courant de sa relation avec Daemon ? et bien d'autre encore, et cela m'amusais vraiment finalement. « Vous voulez une photo peut être ? » Gênés, ils se retournaient ne sachant que faire, prenant la fuite. « Non mais regardes moi ces imbéciles, je te jure, ils sont nazes ! » m'exclamais-je en montant la voix de façon à ce qu'ils entendent le mot "naze". Ils se retournaient, m'interrogeant du regard. « Oui, c'est de vous que je parle. Si vous vous demandez si c'est bien ma petite amie, la réponse est oui, et si vous vous demandez si elle est au courant de ma petite relation avec Daemon, la réponse est oui aussi » Je marquais une pause, les regardant d'un air amusé. « Franchement les gars, j'ai la tête d'un homo sérieux. Regardez lui ... » Ils se tournèrent vers la droite, observant un mec efféminé, parcourant les vêtements pour fille, et à chaque fois qu'un vêtement lui plaisait, il l'attrapait et le plaçait devant lui se regardant dans la glace, pour voir si sa lui allait. « Lui c'est un gay, un pur, un vrai, moi... je n'ai rien d'un gay, alors maintenant, vous pouvez aller voir ailleurs, au lieu de vous occuper du cul des autres » Ils ne bougeaient pas, surement surprit de ma réaction. « Allez, oust ! » Je leur faisais un signe de la main, afin qu'ils disparaissent de ma vue. Ces derniers ne perdirent pas de temps à quitter les lieux, quant à moi, je me retournais vers ma petite amie, avant d'éclater de rire. Quand j'y repense, ils m'avaient bien fait rire. « Bah quoi ? » lui demandais-je amusé.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 20 Jan - 22:36

petite après-midi en amoureux,
En ce samedi après-midi de solde, je ne m’attendais pas à ce que le magasin soit si calme. Enfin, tout est relatif bien sûr. Disons que c’était plus calme que je ne l’aurais imaginé. Ceci dit, évaluer l’activité de la clientèle d’un magasin n’était pas forcément ma spécialité, et encore moins lorsqu’il s’agissait d’un magasin dans lequel je n’avais jamais mis les pieds. Quoi qu’il en soit, c’était beaucoup plus agréable d’arpenter les galeries relativement aisément. Par ailleurs, c’était aussi plus pratique pour entrainer mon petit ami partout avec moi. Toutefois, une bouffée d’altruisme avait dû me parcourir puisque je demandai quand même à Stan s’il était prêt à me suivre dans ce périple qu’était le shopping. Apparemment, ça ne lui faisait pas peur. Que tu es fort et courageux ! rétorquai-je alors, prenant un air émerveillé avant de laisser échapper un léger rire. En tous les cas, c’était son dernier mot. Après m’être saisi de sa main, je l’emmenai donc avec moi dans une petite boutique où il y avait un peu de tout, visiblement. J’avais hésité avant d’y entrer, mais il fallait dire que Stan avait insisté pour que l’on commence par une boutique spécialement pour moi. Monsieur avait peur que je ne le regarde de trop près. Evidemment, ce n’était tellement pas mon genre que je lui fis remarquer mon désaccord en le frappant légèrement. Avec ma force de mouche, il n’avait pas dû avoir bien mal. Pourtant, il n’avait pas hésité à me menacer d’appeler sos hommes battus. Celui-là, il m’aura vraiment tout fait (a). Oui, parce qu’en plus de ça, c’était moi qui étais de mauvaise foi. Je secouai la tête en faisant une grimace digne d’une gamine qui n’avait aucun argument à sa portée. Ferme la bouche, tu vas gober les mouches ! C’était tout ce que j’avais trouvé à dire, après lui avoir tiré la langue, encore une fois comme une enfant de cinq ans. En ça, j’étais une experte. Quoi que, je fis moins ma maligne quand Stan me prévins de faire attention à ma langue. Quoi ? Elle te plait pas ma langue ? le questionnai-je réthoriquement en tirant la langue une nouvelle fois pour le narguer. Par la suite, je l’entrainai de nouveau dans les rayons de la boutique, jusqu’à ce que je ne sois interpellée par une bande de jeunes qui nous regardaient fixement. J’eus à peine le temps de me demande le pourquoi du comment que déjà je devinai ce qui se tramait. Mon petit-ami avait l’étrange manie de faire croire à tout le monde qu’il était gay avec son meilleur ami. Oui, il n’y avait que lui pour faire ça. J’avais tiré le gros lot (a). Et, en effet, Stan confirma mes pensées. Cependant, cette fois-ci, il était visiblement bien décidé à faire comprendre à la petite bande qu’il était tout ce qu’il y avait de plus hétéro, en commençant par m’embrasser. Lorsqu’il rompit le baiser, j’adressai un sourire satisfait -et accessoirement très hypocrite- aux personnes qui se trouvaient face à nous. Bah quoi ? Je pouvais bien me la péter un peu, non ? Je restai ensuite silencieuse, contemplant la scène qui se déroulait devant mes yeux. Je me retenais d’ailleurs de rire face aux remarques de mon petit ami qui n’y allait pas de main morte. Néanmoins, dès que le petit groupe fut parti, je ne manquai pas de pouffer de rire. « Bah quoi ? ». Quelle question ! J’attendis quelques secondes en le fixant d’un air narquois. T’es irrécupérable, tu le sais ça ? lui demandai-je alors. Franchement, c’est pas de leur faute à eux s’ils pensent que t’es gay comme un phoque ! rétorquai-je ensuite avec un sourire rieur. T’es un idiot, conclus-je avant de passer ma main libre derrière sa nuque et de l’embrasser. Ben oui, j’avais envie, même si c’était un parfait idiot (a). Bon, on le fait ce shopping ou est-ce qu’on a encore quelques personnes à convaincre de ton hétérosexualité ? plaisantai-je.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Lun 21 Jan - 16:06




“petite après-midi en amoureux”

Connaissant la popularité de cet immense magasin, je fus agréablement surprit, qu'en ce jour nous puissions circuler comme bon nous semblait à l'intérieur de ce dernier. De plus, nous étions un après-midi, et c'était les soldes, je m'attendais à passer ma journée, à râler après tout le monde, qui ne se gêneraient surement pas pour nous piétiner, mais finalement, la galerie marchande était facile d'accès, et fort heureusement. Néanmoins, il n'en demeurait pas moins que nous mettions quelques bonnes petites minutes avant de se diriger vers une boutique. Il y avait l'embarras du choix ici, c'est pour cette raison que ma petite amie avait mit un peu de temps avant de choisir par quelle boutique commencer. C'était toujours un cruel dilemne pour les filles, que j'avais du mal à comprendre. Pourquoi se prenaient-elles la tête à mettre deux heures à choisir par quel magasin commencer, sachant qu'au final, elles les feraient tous ? La logique et les filles, sa fait deux (a). M'enfin, avant de m'entraînais avec elle, Evannah s'assurait que je tiendrais le coup, elle avait déjà prévu de me traîner à droite à gauche. Ceci dit, je m'étais préparé psychologiquement à cela, avant de l'amener ici, et maintenant que j'y étais je n'avais plus aucun moyen de fuir, néanmoins, il fallait voir le bon côté des choses : les moments d'essayages, c'est ce que j'aimais le plus. Certes pour la regarder (a) mais aussi pour voir comment lui allait les vêtements qu'elle choisissait et ainsi lui donner mes goûts.
Dans le magasin, nous en revenions à parler d'elle lorsque nous irions dans les boutiques pour hommes, et comme après m'avoir tapé, niant catégoriquement le fait qu'elle aimait faire les boutiques pour hommes uniquement pour me reluquer, elle faisait preuve de mauvaise foi, alors là, c'était le pompom sur la Garonne (a), j'avais écarquillé mes yeux, et ouvert grandement ma bouche en forme de "o" pour lui montrer que j'étais choqué. Cette dernière me dit alors « Ferme la bouche, tu vas gober les mouches ! » A ce moment là, je perdis toute crédibilité, et me mit à rire, je ne m'attendais pas à ce qu'elle me sorte quelque chose comme ça, mais elle m'avait bien fait rire. Par la suite, elle me tirait la langue, telle une enfant de cinq ans, qui manquait d'arguments. Je n'en ratais pas une et lui dis alors de faire attention à sa langue. « Disons qu'il pourrait lui arriver quelques petites bricoles » Je souriais malicieusement, et lui donnais une petite tape aux fesses, afin de la faire avancer plus profondément dans le magasin, afin de prendre connaissance de ce qu'il s'y trouvait à l'intérieur. Il y avait de tout, des vêtements, du maquillages, des bijoux, mais surtout la lingerie féminine. Comme ma petite amie, semblait ne pas savoir où allait, je lui proposais, au creux de l'oreille de commencer par les sous-vêtements, mais je n'avais visiblement pas été aussi discret que je l'aurais pensé. Elle m'avait dans un premier temps reprit, puis s'était ensuite focalisée sur un groupe de jeune que je reconnus immédiatement. Evannah, me connaissant, comprit rapidement pourquoi ces jeunes gens nous regardaient étrangement. Je me mis alors à rire, avant de lui répondre que c'était fort possible. Elle levait alors à son tour les yeux au ciel, je compris ce qu'elle voulait dire. Mais bon, elle avait l'habitude maintenant avec moi. Elle savait combien j'étais quelqu'un qui aimait s'amuser et se moquer des autres. Je me fichais pas mal de ce que les gens pouvaient penser de moi, qu'ils me prennent pour un homo s'ils le souhaitaient, après tout, je n'avais rien contre les homosexuels. Cependant, aujourd'hui, j'avais décidé de leur retourner une nouvelle fois le cerveau, histoire qu'ils se posent pleins de questions à mon sujet « est-il vraiment hétéro, ou est-il homo ? ». J'adorais ça. Mes proches me connaissaient assez pour savoir que j'étais loin d'être homosexuel. Ils n'avaient qu'à voir comment je me comportais avec Evannah pour comprendre que j'étais à 2 000% hétérosexuel. Ma petite amie, je me l'aimais, et ça, mes amis le savaient. Ils savaient également qu'il ne fallait pas la toucher, ou je risquais de me montrer très méchant. S'il y avait bien une chose qu'il ne fallait pas faire, s'était s'approcher de trop près d'elle.
Pour commencer, je l'avais donc embrassé devant ces derniers, qui semblaient tout simplement choqué par ce baiser. Pourtant, bien que je joue l'homo avec Daemon, nous ne nous étions jamais embrassés, quand même pas, nous avions nos limites (a). Et puis même si j'appréciais énormément mon meilleur ami, et que nous étions tactiles, il était hors de question que nous nous embrassions, rien que cette idée me fit grimacer. Par la suite, j'attirais leur attention en les traitant de nazes. Cependant, j'avais l'impression qu'ils avaient perdu leur langue, car aucun d'entre eux n'avaient ouvert la bouche pour dire quoi que ce soit, à croire qu'étant en deuxième année, je les impressionnais.. Enfin bon je les comprends, je suis plutôt impressionnant dans mon genre (a). Ceci dit, je leur montrais par la suite ce que c'était un véritable gay. Dans un couple de gay, vous remarquerez, il y a toujours une personne qui joue le rôle de la '"fille" et l'autre le rôle du mec, et bien à en croire ce que nous étions entrain de voir, ce jeune homme, face à la glace avait vraiment la carrure d'une fille. Sans aucun doute, c'était lui qui jouait la fille. Après ça, je leur fis alors comprendre que j'étais hétéro, et qu'Evannah était ma petite amie. Ils me regardaient alors d'un air ahurie, je fini alors par les chasser hors de ma vue. N'empêche, ils m'avaient bien fait rire, et ma petite amie avec, car cette dernière finit par pouffer de rire. En même temps, quand j'y repensais, je ne pouvais que rire face à cela. Je vous jure, les jeunes de nos jours, on leur fait gober ce que l'on veut (a). Après cette petite entrevue avec cette bande d'ado prépubères, je me retournais vers Evannah, qui me regardait d'un air désespéré. C'est donc tout naturellement que je lui demandais ce qu'il y avait. Et pour toute réponse, cette dernière me répondit que j'étais irrécupérable. Evidemment, je rigolais car j'avais l'habitude qu'elle me dise ça, et je commençais vraiment par croire qu'elle n'avait pas tord du tout (a). « Bah écoutes... je vais finir par le croire » Je levais une nouvelle fois les yeux au ciel, avant de lui adressais un petit sourire, afin de l'attendrir (a). « D'ailleurs, d'où vient l'expression gay comme un phoque ? T'as déjà vu un phoque gay toi ? » Une nouvelle fois, je me mis à rigoler comme un idiot.. Elle n'avait pas tord, j'étais un idiot (a). N'empêche que l'idiot, elle l'aimait, car cela ne l'empêchait pas d'attirer mon visage près du sien afin de m'embrasser. Je passais alors une main derrière le bas de son dos, et répondis à son baiser. « Je pense que ça devrait être bon là » Je rigolais légèrement, avant que nous nous remettions en marche dans le magasin. « Tu as vu quelque chose qui te plaisais ? » lui demandais-je, intéressé.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Lun 21 Jan - 21:40

petite après-midi en amoureux,
Stanislas avait été adorable de me faire la surprise de m’emmener ici, dans cet immense magasin de Londres. Seulement, je n’avais pas prévu qu’il allait m’embêter toute la sainte journée (a). Enfin, c’était une chose à laquelle je m’étais habituée depuis le temps, c’était Stan quoi. Soit je le prenais comme ça, soit je le prenais pas. C’était à prendre ou à laisser, comme on dit. Et comme vous pouvez le constater, mon choix était fait. Certes, ce n’étais pas facile tous les jours, mais je l’aimais comme ça (a). Ceci dit, il fallait dire aussi que je lui rendais bien tout ça et que j’aimais bien le taquiner de temps en temps moi aussi. Une fois arrivés dans le bâtiment, nous avions hésité dans un premier temps, ne sachant pas réellement vers quel côté nous diriger. De fil en aiguille, nous en étions venus à débattre sur lequel de nous deux était le pire en terme de reluquage dans les cabines d’essayages. Certes, de mon côté, j’aimais beaucoup en profiter, mais je n’allais tout de même pas lui laisser le dernier mot pour autant (a). A raison, mon petit ami m’accusa d’être d’une mauvaise foi monstrueuse, et évidemment, sans argument, j’étais dans l’incapacité de répliquer quoi que ce soit. Une petite tape suffit alors à lui signifier mon désaccord. Cependant, Stan n’était visiblement pas d’accord, lui non plus. L’expression qui se dessinait alors sur son visage ne manqua pas de me faire rire, d’ailleurs, mais je me ravisai rapidement afin de lui conseiller de fermer la bouche, sans quoi il risquait de gober les mouches. Après tout, un accident est si vite arrivé. A son tour, mon petit ami se mit à rire, et au final, j’étais plutôt fière de moi. Néanmoins, je ne pouvais pas avoir le dernier mot à chaque discussion, et en effet, lorsque j’osai tirer la langue pour toute réponse, Stan me conseilla d’y faire attention. Je me contentai de secouer la tête à sa remarque. Ok, ça vaaa ! me plaignis-je en soupirant. J’eus à peine le temps de répondre que je sentis la main de mon petit ami venir claquer mes fesses. Pas la peine d’en profiter ! m’exclamai-je ensuite, faisant mine d’être vexée. Toutefois, je ne bronchai pas, et poursuivis ma marche dans la boutique, déposant mon regard à droite et à gauche. C’est ainsi que je croisai le regard de trois ou quatre jeunes, à quelques mètres de nous. A en croire les regards insistants qu’ils lançaient à Stan, je n’eus pas de mal à comprendre de quoi il en retournait. Et oui, c’était que mon petit ami était vraiment original dans son genre, à tel point qu’il s’amusait à se faire passer pour gay auprès des étudiants et autres personnes qui croisaient sa route ainsi que celle de Daemon, son meilleur ami. En attendant, moi, je passais pour une cruche, mais je le vivais bien (a). Cette fois-ci, il s’était décidé à leur montrer qu’il n’était pas plus gay qu’eux, et tant mieux pour moi qui ne manquai pas d’en profiter. Je préférais qu’ils sachent que Stan était à moi, et pas à Daemon (a). D’ailleurs, durant la suite de la scène, je me retenais de ne pas rire. Vu de l’extérieur, c’était vraiment très drôle, il fallait l’avouer, même si les pauvres devaient avoir le cerveau complètement retourné. En plus de ça, ils allaient sûrement être traumatisés par Stan, tant et si bien que j’avais presque pitié pour eux. Après que la bande se soit éclipsée, je ne pus m’empêcher de faire une remarque à mon petit ami, qui ne semblait pas voir où était le problème. Son attitude ne m’étonnais qu’à moitié, mais dans le fond, il me faisait rire. En tout cas, je ne me gênai pas pour lui faire remarquer qu’il était tout bonnement irrécupérable. Ouais, et ben c’est le but, crois-moi sur parole, insistai-je en lui adressant un semblant de sourire. Gay comme un phoque est une expression populaire, spécialement utilisé pour les mecs qui aiment les mecs… comme Stanislas Tsiolkovski par exemple, répondis-je en prenant un air de présentatrice de documentaire animalier. C’est bon, j’ai éclairé ta lanterne ? lui demandai-je ensuite avant de lâcher un léger rire et de continuer à fouiller dans les rayons. Stan me demanda d’ailleurs si mes recherches étaient fructueuses, et si je trouvais quelque chose qui me plaisait. Oui, toi, lâchai dans un premier temps d’un air taquin. Mais comme tu es déjà à moi, je vais essayer de trouver autre chose, terminai-je. Je tombais ensuite sur un ensemble de lingerie style cuir-dentelle-porte jarretelles, ce genre de choses que personne n’achèterait jamais. Enfin, en tout cas, pas moi (a). Cependant, je plaçai l’ensemble devant Stanislas, et restai silencieuse quelques secondes. Hm, tu es tout simplement parfaite comme ça ma jolie, me moquai-je en riant.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 27 Jan - 13:58




“petite après-midi en amoureux”

Alors que nous, enfin, ma petite amie avait enfin choisi le premier magasin dans lequel elle voulait se rendre. Je m'étais mis à la taquiner de plus belle, je crois que c'était un besoin. J'étais quelqu'un de très taquin, et d'autant plus lorsque j'appréciais la personne. C'était une façon pour moi de montrer que j'appréciais la personne. Evannah devait alors savoir combien je pouvais l'aimer vu le nombre de fois par jour que je pouvais la taquiner. D'ailleurs par moment, elle devait en avoir assez de moi. Je la plains la pauvre (a). Néanmoins, elle n'était pas trop mal dans son genre. Elle savait elle aussi me taquiner, et bien par moment, et honnêtement cela ne me dérangeais pas, au contraire, elle avait une bonne répartie, et je m'amusais beaucoup avec elle. Encore une fois, dans le magasin, nous nous taquinions mutuellement, et autant vous dire que je ne pouvais me retenir de rire. Comme là, lorsque j'avais essayé de garder mon sérieux pour paraître le plus crédible possible, et bien suite à la remarque spontanée de cette dernière, je m'étais mis à rire, perdant toute crédibilité. Suite à cela, elle me tirait la langue, autant vous dire que l'envie de l'embrasser se faisait ressentir (a). Cependant, je la mettais en garde de faire attention à sa langue sous peine qu'elle ne subisse quelques petites bricoles. Après cela, je lui mis une légère tape aux fesses afin de la faire avancer. « Tellement pas mon genre » dis-je en levant les mains vers le haut, comme pour jouer les innocents. Au bout d'un moment, alors que nous marchions tranquillement l'un à côté de l'autre, et main dans la main dans le magasin, un groupe de jeune se stoppait net devant nous, nous regardant assez curieusement. Rapidement, je reconnaissais les jeunes de première année que j'avais croisé dans les vestiaires du gymnase, la dernière fois que je me trouvais avec Daemon. Dès que mon meilleur ami et moi nous retrouvions ensembles, vous pouviez être sûr que nous ferions une connerie, et là, nous nous étions fait passer pour des gays. Je crois que les gens avaient de nos jours, du mal à comprendre que nous pouvions être proche d'une personne du même sexe que nous sans pour autant ressentir une quelconque attirance. Daemon et moi étions comme deux frères. Il nous arrivait parfois de se prendre dans les bras, de faire les cons ensembles, mais bien sûr, il fallait que les étudiants interprêtent mal les choses, c'est pour ça que maintenant, nous en jouions beaucoup, et cette fois-ci, nos victimes avaient été ces jeunes ados. Afin de les destabiliser un peu, et de leur montrer que je n'étais pas homosexuel, mais bien sûr hétéro, j'avais devant eux, embrassé ma petite amie qui je pense aurait fini par faire la même chose. Toujours aussi choqué, j'avais l'impression qu'ils étaient totalement perdu, et c'est ce qui m'amusais le plus. Après les avoir fait fuir, pauvre enfant (a), je me retournais vers ma petite amie, un sourire satisfait sur mon visage. Cette dernière semblait quant à elle, être comment dirais-je... plus désespérée par mon cas qu'autre chose (a). Irrécupérable m'avait-elle dit. Je crois qu'à l'heure qu'il est, c'était bien le mot qui me correspondait le plus, néanmoins, je souriais grandement, lui répondant que je finirais par le croire, elle m'expliquait alors que c'était le but. Ensuite, elle utilisait l'expression « gay comme un phoque » et bien sûr, je m'étais empressé de lui répondre une connerie... grosse comme moi. Elle prit alors la peine de m'expliquer ce que voulait dire cette expression. « Tu peux éventuellement me prendre pour un imbécile aussi, je te dirais rien » rétorquais-je outré, avant de me mettre à rire. « Et pour ta gouverne, je ne suis en aucun cas gay, sinon je ne serai pas avec toi... et puis entre nous, il faudrait être fou pour devenir gay quand on a une petite amie aussi belle, sexy, adorable et j'en passe comme toi » Je lui adressais un large sourire. Nous retournions ensuite aux fouilles de ma petite amie. Néanmoins, elle ne semblait visiblement pas trouver son bonheur, toutefois, je me permettais tout de même de lui demander. Sa réponse me fit sourire. « Que dis-je adorable ! » m'exclamais-je avant de prendre son menton entre mes doigts, et de l'embrasser. « Au pire, si tu ne trouves pas ton bonheur ici, tu le trouveras bien dans un autre magasin » Je souriais puis cette dernière fini par attraper un ensemble de lingerie. Je regardais ce dernier, surpris du choix de ma petite amie, car ce genre de chose ne ressemblait en rien aux goûts de cette dernière. Finalement, je compris rapidement qu'elle n'avait pas sélectionné cet article pour elle, mais bien pour moi. Elle me le présentait alors, en le plaçant devant moi, me complimentant. « Anh bébé ! Tu as trouvé justement ce que je recherchais ! Sa te dirais que je mette ça ce soir ? » lui demandais-je en employant la voix d'une fille. Evidemment, au même moment, le groupe de jeune que nous avions précédemment croisé passait par là, et évidemment, ils posaient le regard sur nous... Enfin plus précisément moi. Je tournais le visage vers Evannah, qui les avait aussi vu, et alors là, autant vous dire qu'il m'était impossible de me retenir de rire. « Ok c'est bon, là ils vont vraiment croire que je suis gay... » Je riais de plus belle car la situation était vraiment très drôle. J'allais vraiment passer pour un gay totalement fou. « Mon dieu sortons de ce magasin, il est maudit » ajoutais-je tout en rigolant.
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Lun 4 Fév - 18:30

petite après-midi en amoureux,
Heureusement que Stanislas avait eu la bonne idée de m’amener ici parce qu’avec toutes les conneries qu’il avait pu sortir depuis tout à l’heure, il avait bien besoin de se faire pardonner d’une quelconque manière si vous voulez mon avis. Dès qu’il pouvait m’embêter, il sautait sur l’occasion. Au final, c’était plutôt moi qui devrais appeler « sos femmes battues ». Mais bon, il fallait croire que j’étais de bonne composition cette fois-ci puisque je ne fis pas de vague, me contentant de répliquer de temps à autre, ou bien de lui tirer la langue lorsque je n’avais pas vraiment d’autres arguments. Mais au moins, je n’avais pas fait appel à une quelconque association, il pouvait s’estimer heureux. Franchement, j’étais relativement passante comme petite amie (a). Enfin bref, partis comme nous étions partis, si nous ne nous décidions pas à démarrer notre petite virée shopping, nous allions rester ici toute l’après-midi à nous chamailler. Egalement conscient de cela, Stanislas pris donc les choses en mains et me fis avancer à sa manière. Ainsi, nous pénétrions dans la petite boutique que je lui avais indiquée précédemment. Rapidement, notre attention fut attiré par quelque chose d’autre que le contenu de la boutique en question, à savoir ne bande de jeunes d’environ notre âge qui semblaient subjugués par notre charme… ou peut-être par autre chose. En effet, la manie qu’avait Stanislas de se faire passer pour gay en compagnie de son meilleur ami avait visiblement fait des siennes, puisqu’il semblait que ce petit groupe avait parfaitement reçu le message. En un baiser, mon petit ami leur fit comprendre qu’il était tout ce qu’il y avait de plus hétéro. De toute façon, s’il ne l’avait pas fait, je l’aurais fait à sa place. Je préférais qu’ils sachent une bonne fois pour toutes que Stanislas Tsiolkovski était mon mien. Je veux bien rigoler un peu mais pas trop (a). Après quoi, je ne pus m’empêcher de lui faire une petite remarque sur le sujet, précisant que c’était son entière faute si tout le monde le pensait gay comme un phoque. Après tout, il l’avait bien cherché. Mais qoi qu’il en soit, Stan fut plus interpelé par la forme que par le fond puisqu’il me demande immédiatement d’où je sortais cette magnfique expression. J’en profitai alors pour me payer sa tête l’espace de quelques secondes -bah quoi, j’ai bien le droit (a)- en lui sortant une définition made by moi. La remarque que me fis mon petit ami suite à cela me fit rire quelque peu. Mais c’est ce que je fais mon chéri, affirmai-je avec un léger sourire en coin. Oh mais je n’ai aucune preuve de ça, t’es peut-être bi, qui sait ? le taquinai-je. Mais bon, tu t’en sors bien, conclus simplement en souriant de plus belle avant de reprendre mon activité initiale, à savoir, fouiller la boutique de fond en combles. D’ailleurs, lorsque Dtan me demanda si je trouvais mon bonheur je lui fis une remarque qui lui plut plutôt bien. Et un point pour Eva’ ! Avec ce que je m’apprêtais à faire, j’allais avoir besoin de points bonus, en effet. Après avoir repéré un petit ensemble de lingerie plutôt original, je le déposai devant Stan et lui fis comprendre que c’était exactement ce qu’il lui fallait. Apparemment, il était du même avis que moi sur le sujet – au moins, je n’allais pas me faire tuer sur place, c’était un bon point. ça me tente bien, oui avouai-je pour toute réponse à sa question. Tu me fais vraiment beaucoup d’effet dans cette petite tenue sexy, poursuivis-je, arborant un sourire en coin. J’étais sur le point de préciser que la voix efféminée qui allait avec n’était pas foncièrement nécessaire, lorsque le groupe que nous avions croisé précédemment passa de nouveau non loin de là. Je restai silencieuse une fraction de seconde, cherchant à savoir s’ils nous avaient vus ou non, mais à en juger par la réaction de mon petit ami, c’était le cas. A mon tour, je lâchai un rire. Assumes tas vraie nature voyons, c’est pas si grave tu sais, fis-je semblant de le rassurer en ravalant quelques rires. Sans plus attendre, Stanislas me suggéra de quitter cette boutique qu’il qualifiait de maudite. Pas avant d’avoir acheté ta tenue de lumière ! plaisantai-je en brandissant l’ensemble en question avant de rire.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Sam 9 Mar - 17:05

Finalement, allait faire les boutiques avec ma petite amie était loin d'être déplaisant, pour la simple et bonne raison que depuis notre arrivée ici, nous ne cessions de nous taquiner et de rigoler pour un rien, comme quoi, Baloo a bien raison, il en faut peu pour être heureux. Comme elle ne savait pas par où commencer, nous nous dirigions vers le premier magasin qui nous tombait sous la main dans lequel elle avait l'embarras du choix. Toutefois, si j'avais la faculté de pouvoir voir l'avenir, je ne serai jamais rentré dans ce magasin. Pourquoi me diriez-vous. Et bien pour la simple et bonne raison que lorsque nous nous baladions, ma petite amie et moi, main dans la main dans le magasin, nous attirions le regard d'un groupe de jeune, mais pas n'importe quel groupe de jeune non, celui devant lequel j'étais passé pour une gros gay avec mon meilleur ami Daemon. Disons que nous entretenions une relation à la fois fusionnelle, mais il fallait avouer que nous étions tactile l'un envers l'autre, les accolades amicales, les bises sa nous connaissait, mais sa ne faisait pas de nous des homos, et pourtant, une rumeur circulait dans l'université comme quoi nous étions ensembles, alors automatiquement, connaissant mon caractère et celui de Daemon, autant vous dire que nous jouions de cette rumeur pour faire jazer les langues de putes. Evannah, me connaissant par coeur, comprit tout de suite pourquoi ce groupe de jeune ne cessait de nous fixer. Afin de leur prouver que j'étais tout sauf homosexuel, j'attrapais ma petite amie, l'embrassant longuement, afin de leur faire comprendre que j'étais loin d'être branché mec. Evidemment, tandis que le groupe de jeune se faisait tout petit, ma petite amie s'empressait de me taquiner, en employant une expression que je connaissais, mais qui à chaque fois avait le don de me faire rire, car je ne voyais pas vraiment le rapport entre un gay et un phoque.. « Pfff » lâchais-je par manque d'arguments. « N'importe quoi, je suis 100% hétérosexuel, tu veux peut être que je te le prouve dans l'une des cabines du magasin ? » m'empressais-je de lui répondre du tac au tac, avant de me mettre à rire. C'était la seule chose que j'avais eu à lui répondre, afin de défendre ma cause. Toutefois, nous imaginer faire ce genre de chose dans une des cabines d'essayage me fit particulièrement rire. Ayant venter les mérites de ma petite amie, non pas pour sauver ma cause, mais parce que je le pensais réellement. Il fallait être fou pour devenir homosexuel quand on avait une petite amie comme la mienne, cette dernière m'avouait que je ne m'en sortais finalement pas trop mal. J'esquissais un large sourire, puis me remis en marche, suivant ma petite amie, chose que je n'aurais finalement pas dû faire puisque cette dernière ne manquait pas l'occasion de se foutre de moi, me présentant une petite tenue sexy assez particulière, je penchais alors ma tête pour me regarder, et une nouvelle fois, je ne pus me retenir de faire le con, et dis à ma petite amie que c'est exactement ce que je recherchais, lui demandant par la même occasion si cela lui plaisait. Toute aussi amusée que moi, cette dernière m'avouait qu'en cette tenue, je lui faisais beaucoup d'effet, mais évidemment, au même moment, le groupe de jeune passait devant le rayon dans lequel nous étions, ils se stoppèrent, me regardant les yeux grands ouverts, en mode choqué quoi. Automatiquement, je me mis à rire, c'était plus fort que moi, et avouais à ma petite amie qu'ils allaient vraiment me prendre pour un gay, c'est bon j'étais fiché.. Lundi, toute l'université serait au courant de notre petite escapade dans les magasins. « Non mais je suis pas dans la merde, je vais vraiment avoir la réputation d'un gros gay là ! » m'exclamais-je en rigolant de plus belle, après tout, je faisais celui que cela embêtait mais très honnêtement, je me fichais pas mal de ce que pouvait penser les gens autour de moi. Je ne les connaissais pas, alors leur avis ne me faisait strictement rien. Je savais que j'étais hétéro, et amoureux de Evannah, c'était là le plus important. « Fais attention, je serai capable de l'acheter et de les mettre ce soir » Je ne pus une nouvelle fois me retenir de rire, m'imaginant vêtu de la sorte face à ma petite amie. Comment dire que le ridicule ne tue pas, et puis je n'avais aucun complexe face à ma petite amie. « Bon, et si on sortait de là tien, au lieu de dire et faire des conneries ? On s'est assez tapé l'affiche ici, surtout moi.. » demandais-je à la demoiselle, sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 10 Mar - 0:00

petite après-midi en amoureux,
Au final, depuis que nous avions mis les pieds dans cet immense centre commercial, nous avions fait à peu près tout sauf faire les boutiques. Enfin presque. Au menu de la journée, c’était taquinerie en entrée. Comme toujours, Stanislas ne s’était pas privé pour m’embêter ; on ne change pas une équipe qui gagne. Heureusement pour moi, j’avais pris le pli. Question d’habitude. Toutefois, s’il avait suffi de ça, ça se saurait. Au lieu de ça, en plat principale, Stan’ s’était tapé la honte comme pas deux en se faisant prendre pour un homosexuel pur et dur. Il fallait dire aussi qu’il l’avait plutôt bien cherché en tripotant Daemon tout la sainte journée de manière assez ambiguë. Pas étonnant qu’il y ait des répercussions de ce genre. De mon côté, je rigolais bien de cette situation ridicule, même si l’attitude de Daemon m’agaçait au plus haut point. Mais là n’était pas la question. Présentement, je ne pouvais qu’être amusé de tout ça. Heureusement pour Stan’, le ridicule ne tue pas. Ceci étant, il joue parfois son rôle tellement bien que j’en venais même à me demander s’il n’était pas véritablement gay. « Pfff n'importe quoi, je suis 100% hétérosexuel, tu veux peut être que je te le prouve dans l'une des cabines du magasin ? » Toujours autant amusée, le sourire que j’arborais ne se détachait plus de mes lèvres. 100% hétéro, oui, répétai-je ironiquement pour me moquer de lui tandis que je hochai la tête de haut en bas. Je ris légèrement avant de poursuivre. Ne me tente pas, je pourrais accepter. Franchement, je ne crois que ce que je vois. Je ris une nouvelle fois, lui adressant un regard taquin. Quoi qu’il en soit, il savait aussi bien que moi que je n’allais pas lâcher le morceau comme ça. C’était bien trop drôle comme situation – en tout cas, ça l’était pour moi… peut-être moins pour mon gay de petit ami mais il s’en remettra (a). C’est pourtant bien malgré moi que Stan’ se tapa une nouvelle fois la honte, et pour de bon cette fois. Alors que je lui présentais une tenue de lingerie sexy, on petit ami s’empressa de se trémousser devant la glace en prenant une voix encore plus féminine que moi. Par malchance, le petit groupe que nous avions croisé auparavant passa de nouveau non loin de là, pile-poil au bon moment pour pouvoir admirer le spectacle. Il ne m’en fallut pas plus pour éclater de rire. La réaction de Stanislas en revanche ne se fit pas attendre, et il me suggéra de quitter cette boutique qu’il qualifiait de maudite. Je devais avouer que depuis que nous avions mis les pieds ici, nous enchainions les bourdes, et ces dernières ne jouaient vraiment pas en sa faveur. « Non mais je suis pas dans la merde, je vais vraiment avoir la réputation d'un gros gay là ! » En même temps, tu l’as bien cherché, répliquai-je aussi sec avant de rire une nouvelle fois. Si ça peut te consoler, penses à moi. T’imagine, je passe pour une cruche qui sort avec un mec gay sans le savoir… J’ai connu meilleure réputation. A ses mots, je ne pus m’empêcher de faire une petite grimace. Vu sous cet angle, je trouvais la situation beaucoup moins drôle. Cela ne m’empêcha pas toutefois de demander une nouvelle fois à mon petit ami d’acheter cet ensemble qui lui allait vraiment à ravir... ou presque. « Fais attention, je serai capable de l'acheter et de les mettre ce soir » Oh mais j’en ai bien l’intention, gros malin ! m’exclamai-je en riant. « Bon, et si on sortait de là tien, au lieu de dire et faire des conneries ? On s'est assez tapé l'affiche ici, surtout moi.. » Bon ok, comme j’ai une bonté d’âme hors du commun, je vais t’épargner ce fléau. Je repris aussitôt sa main et l’entrainait avec moi, cherchant la sortie de la boutique – que je ne trouvais pas, d’ailleurs. Moi et le sens de l’orientation ça fait deux.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Mer 13 Mar - 14:37

Faire les boutiques avec sa petite amie était pour tout homme un véritable supplice. Se faire traîner de boutiques en boutiques, subir les "oh regarde ce haut" [...] "oh puis regardes cette robe" [...] "cette paire de chaussures il me la faut" [...] "comment tu me trouves ?" [...] "ca me va ?" et j'en passe n'était pas une tâche facile. A la fin de la journée, je pouvais vous certifier que le lit était bon. Toutefois, faire les boutiques avec ma petite amie était loin d'être une contrainte, bien au contraire, nous débutions notre petites escapade en magasin plutôt bien. Pour preuve, nous ne cessions de nous taquiner. Toutefois, si j'avais su que je passerai pour un homo en rentrant dans ce magasin, je crois que je n'y aurais jamais mis les pieds. Cela m'apprendra à jouer les homosexuels avec mon meilleur ami. Pourtant, lui et moi n'avions rien qui pouvait porter à croire que nous étions homo, mis à part notre petit côté tactile. A nos yeux, cela semblait normal, nous nous comportions comme deux frères dirions nous, mais visiblement aux yeux des autres, nous passions pour des homos, c'est pourquoi nous jouions sur ça, cependant j'aurais mieux fait de m'abstenir dans les vestiaires du complexe sportif, la fois d'avant. D'ailleurs, ma petite amie se mit à douter de mon orientation sexuelle, je lui proposais alors de se rendre dans une cabine d'essayage afin de lui prouver le contraire. Elle continuait de se moquer de moi, avant de me dire qu'elle serait tentée d'accepter, et puis qu'après tout, comme Saint Thomas, elle ne croyait que ce qu'elle ne voyait. « Ne me cherchez pas trop mademoiselle Riley, vous pourriez vite finir dans l'une de ses cabines d'essayages » répondis-je alors en lui montrant du doigts les cabines qui se trouvaient un peu plus loin, face à nous, une à une.
Cette boutique était définitivement maudite. Je crois que j'aurais mieux fait de me taire lorsque ma petite amie me présentait une petite tenue sexy, assez particulière. Une tenue que je ne la laisserais jamais mettre, car ce n'était ni son style, ni le mien, elle avait des goûts en matière de sous-vêtements nettement mieux que celui-ci, mais cette dernière était elle aussi d'humeur taquine, c'est sans doute pour cette raison que je m'étais pris au jeu, mais une nouvelle fois, la petite bande de gamin de l'université passait dans les parages et.. oh... un Stanislas qui jouait le gay. Une fois de plus, mon attitude portait à confusion. Un fou rire me prit, joignant mon rire à celui de ma petite amie. S'en était trop, il fallait quitter ce magasin, sur le champ, se fondre dans la masse, et ainsi entrer dans une nouvelle boutique où je ne trouverais pas ces gamins. Evannah à mes côtés ne se cachait pas pour rire aux éclats, je la soupçonnais même de se moquer de moi, ce qui ne m'étonnerais guère d'elle, la connaissant. Je lançais alors une remarque des plus vraies qui soit, bien que cette situation me faisait rire, du moment que mes proches savaient que je ne l'étais pas, le reste peu m'importais. « Ma pauvre chérie, tu n'as vraiment pas de chance » Je riais et attrapais son menton entre mes doigts, et vins l'embrasser du bout des lèvres. « Si tu veux savoir, toutes les rumeurs ne sont pas bonnes à prendre, alors... Celle-là, je te conseillerais de ne pas l'écouter, ton petit ami est tout ce qu'il y a de plus hétérosexuel qui puisse exister » Je souriais légèrement, puis suggérais à ma petite amie de quitter le magasin, seulement cette dernière ne voulait pas le quitter tant qu'elle n'avait pas acheté cette petite tenue, qui soit dites en passant, ne lui irait pas du tout. Toujours sur le ton de la plaisanterie, je la prévins de ne pas trop chercher, car j'étais capable de l'acheter. « Non mais je rigolais hein, en plus ce n'est pas très joli » déclarais-je en grimaçant pour montrer que je n'aimais pas du tout cela. Gentille comme elle était, cette dernière m'épargnait cela, et m'entraînais avec elle vers la sortie du magasin, j'avais cependant l'impression qu'elle ne trouvait plus la sortie. « Attends... C'est moi où tu sais plus où est la sortie ? » J'émis un léger rire, avant de regarder un peu autour de nous, et de retrouver l'endroit par lequel nous étions arrivés. « Viens c'est par là » A mon tour, je l'entraînais avec moi, jusqu'à ce que nous trouvions enfin la sortie. J'allais finir par croire sur ce que l'on disait du sens de l'orientation des femmes, Evannah venait tout juste de me le prouver. Je me posais toutefois une question, comment avait-elle fait pour ne pas trouver la sortie de ce magasin ? Je ris intérieurement à cette remarque, puis nous reprenions notre marche dans la galerie marchande. « Quand j'y pense ... J''espère ne pas avoir à recroiser cette bande de gamin, sauf si on se trouve dans un magasin de mec et que j'essais des vêtements... de mec » lâchais-je alors en rigolant, repensant à ce qu'il s'était passé dans le magasin quelques minutes auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Jeu 14 Mar - 22:46

petite après-midi en amoureux,
J’avais beau être une veritable chieuse à mes heures perdues, j’étais quand meme supportable lorsqu’il s’agissait de faire les boutiques. Du moins, quand je les faisais avec mon petit ami. Evidemment, lorsque qu’il s’agissait d’une escapade entre fille, l’atmosphère était tout autre. Cette fois, puisque c’était Stan’ qui m’avait fait cette jolie surprise, j’avais décidé de calmer mon excitation shoppinienne histoire qu’il arrive à me supporter pour l’après-midi. Toutefois, ce ne fût pas mon comportement qui posa problème, mais plutôt le sien – enfin, celui qu’il avait l’habitude de s’inventer lorsqu’il était en présence de son meilleur ami Daemon. Leur petit jeu leur avait porté préjudices, mais moi, cela me faisait bien rire. Je n’avais vraiment pas perdu ma journée ; une journée de shopping agrémentée d’une bonne petite séance de rigolade, c’était franchement une après-midi réussie de mon point de vue. D’ailleurs, je n’avais pas manqué de me moquer de mon cher petit ami qui, après quelques remarques, me menaça de me prouver sa parfaite hétérosexualité dans une cabine d’essayage. « Ne me cherchez pas trop mademoiselle Riley, vous pourriez vite finir dans l'une de ses cabines d'essayages » surenchérit-t-il. Je frissonne de peur, plaisantai-je, sourire au coin des lèvres. Pour être honnête, j’avais connu pire menace. Franchement, avec ça, je vais sûrement me taire, j’ai vraiment trop peur des représailles, ajoutai-je en faisant mine d’être réellement apeurée par ses propos. De toute façon, c’était un peu trop tard pour essayer de prouver quoi que ce soit. Je crois qu’il était déjà totalement fiché comme étant gay jusqu’aux os, dossier classé. Si encore toute cette histoire s’était conclue par notre première rencontre avec le groupe de jeunes, cela aurait suffisant. Cependant, c’était beaucoup moins drôle que la réelle tournure qu’avaient pris les choses. Je ne pouvais m’empêcher de rire, ayant même du mal à m’arrêter. Franchement, Stan n’avait pas eu de chance sur ce coups-là. Il fallait croire que ce n’était pas son jour. C’était beaucoup moins dur à supporter pour moi, bien que tout le monde me prenne pour une fille qui sortait avec un mec gay comme un phoque. Pas très glamour comme image je dois dire. « Ma pauvre chérie, tu n'as vraiment pas de chance » T’as vu ça ! Franchement, ça méritais bien un bisou, confirmai-je alors que mon petit-ami venait justement tout juste de m’embrasser. « Si tu veux savoir, toutes les rumeurs ne sont pas bonnes à prendre, alors... Celle-là, je te conseillerais de ne pas l'écouter, ton petit ami est tout ce qu'il y a de plus hétérosexuel qui puisse exister » Mouais, enfin ça, tout le monde pouvait l’affirmer. Heureusement que je n’avais aucun doute quant à sa sexualité, j’aurais pu me poser de nombreuses questions, ce qui aurait été légitime. Tu m’en vois ravie, répondis-je avec un air de soulagement. Je préférais quand même, autant le dire. En même temps, j’imaginais bien que s’il avait un quelconque doute sur ses préférences sexuelles, nous ne serions plus ensemble après tout ce temps. J’étais donc rassurée quant à cette idée, même s’il avait hésité à acheter cet ensemble de lingerie plutôt spécial. « Non mais je rigolais hein, en plus ce n'est pas très joli » J’émis un léger rire. Toi peut-être, mais pas moi ! surenchéris-je. Enfin. J’avais beau insister -ou du moins, faire semblant d’insister- pour qu’il achète cette jolie tenue sexy, Stan voulait absolument quitter la boutique. Je me décidai donc à regagner la sortie, non sans arborer ma bouille grognon. Toutefois, la sortie en question, je ne la trouvai pas. « Attends... C'est moi où tu sais plus où est la sortie ? » Je continuais à marcher à tâtons. Beuh… non, rétorquai-je spontanément. Bon ok, peut-être, et alors ? Je conclus mes propos en tirant la langue et me contentai de suivre mon petit ami qui trouva la sortie plus aisément que moi. Une ois à l’extérieur, je lançai un regard aux alentours au cas où je repèrerais une autre boutique intéressante, et accessoirement moins dangereuse pour la réputation de Stan. « Quand j'y pense ... J''espère ne pas avoir à recroiser cette bande de gamin, sauf si on se trouve dans un magasin de mec et que j'essais des vêtements... de mec » Je ris légèrement avant de répondre. Premièrement, les « gamins » on pratiquement le même âge que toi j’te signale. Deuxièmement… y’a pas de deuxièmement. Mais bref, on va dans une boutique pour toi alors ? lui demandai-je simplement, le regard interrogateur.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 17 Mar - 17:59

Faire les boutiques avec ma petite amie rimait avec partie de rigolade. Depuis que nous avions mit les pieds dans ce centre commercial, nous ne cessions de rire pour un rien. Enfin, là, le principal sujet de notre conversation était mon orientation sexuelle. A force de trop jouer avec le feu, on risque de s'y brûler comme on dit, et aujourd'hui j'avais bien commencé à me taper la honte auprès de ma petite amie quant aux jeunes qui nous avaient fixé, et qui m'avait également reconnu. Evannah se mit alors à douter de ma sexualité : plutôt hétérosexuel ou alors homosexuel. Elle n'avait pourtant pas à en douter, bien que je savais qu'elle faisait exprès dans l'unique but de me taquiner, toutefois, je la menaçais de lui montrer que j'étais bel et bien hétérosexuel en l'entraînant avec moi dans l'une des cabines d'essayages du magasin. La réponse de ma petite amie m'avait poussé à la menacer, cette dernière semblait d'ailleurs amusée par la situation, puisqu'elle fit comme si elle avait peur des représailles. Surtout que ce genre de menace était toute sauf menaçante, c'était plutôt plaisant comme menace finalement (a). « Tu fais bien d'avoir peur ! » lançais-je alors tout en essayant de garder un minimum de crédibilité, même si Evannah savait pertinemment que je plaisantais, et que j'étais tout sauf sérieux, quoi que... aller faire un petit tour dans une cabine d'essayage avec ma petite amie.. Je ne dirais pas non, bien que ce ne soit pas raisonnable (a). Je crois que j'avais le don pour me taper la honte dans ce magasin, soit s'était moi, soit ce magasin était maudit. Selon moi, ça devait être un peu des deux. Il n'empêche que j'avais une chance sur cinquante de croiser ces premières année, et bien sûr, il fallait que sa m'arrive alors que je faisais les boutiques avec ma petite amie. Ils avaient une excellente mémoire pour m'avoir reconnu alors que nous ne nous étions vus qu'une seule fois. Quoi que... un type qui se fait passer pour un gay dans les vestiaires du complexe sportif avec son meilleur ami, on retient son visage.. Rah la la, sa m'apprendra à vouloir faire le con avec Daemon, maintenant j'étais fiché, l'étiquette : gay comme un phoque était pour moi. Moi aussi qu'elle idée de me faire passer pour un gay, et d'entrer dans le jeu de ma petite amie avec sa tenue "sexy". Evannah se plaignait alors de passer pour une conne, en étant avec un gay sans le savoir. « Tu as raison, viens par là ma chérie » lâchais-je avant de venir l'embrasser tendrement pour me faire pardonner de toutes ces conneries (a). C'était également un bon prétexte pour l'embrasser aussi. Je rassurais toutefois cette dernière en lui expliquant que toutes les rumeurs n'étaient pas vraies, d'où le mot "rumeur", il y avait des vraies comme des fausses rumeurs, et celle-ci était belle et bien... FAUSSE. Sans rigoler, moi homosexuel ? Plutôt mourir. J'aimais bien trop ma petite amie pour virer de bord. Les hommes pour moi, c'était simplement des amis, et non plus que ça. Quant à la petite tenue sexy qu'elle m'avait présenté quelques minutes auparavant, je lui expliquais que je rigolais et qu'en aucun cas je ne comptais l'acheter. Même pour rigoler, je n'aurais pas pris celle-là, j'en aurais choisi une plus sexy car celle-là était vraiment particulière. Evidemment, elle me contredisait, une fois de plus. Je plaquais ma main sur sa bouche pour la faire taire, c'était le seul moyen et encore, même comme ça, j'étais sûr qu'elle trouverait le moyen de parler, c'est une fille après tout (a). Elle m'entraînait ensuite avec elle pour quitter le magasin, je voyais bien qu'elle peinait à trouver la sortie. Alors que j'excellais dans le domaine du "j'aime te taquiner et tu le sais", je m'empressais de lui faire la remarque que j'avais bien compris qu'elle ne trouvait plus la sortie. Au début, elle faisait comme si elle s'en souvenait pour ensuite m'avouer qu'elle ne savait plus où elle était, en me tirant la langue. Je riais légèrement, et heureusement que j'étais là pour me repérer dans ce magasin, et l'entraînais avec moi vers la sortie. « Te perdre dans un magasin, tu es forte toi » ne manquais-je pas de lui faire remarquer, un sourire amusé sur les lèvres. A présent, nous nous remettions en route, main dans la main, dans le coeur du centre commercial. J'en revenais à parler du groupe de jeune et Evannah me reprit en me disant que les gamins comme je les appelais avaient pratiquement le même âge que moi. « Il n'empêche qu'ils n'avaient pas besoin de me regarder avec leur tête d'ahurie là » répondis-je en riant légèrement, revoyant leur tête. C'est pas comme si s'était la première fois qu'ils voyaient un gay merde, de nos jours, c'était plutôt fréquent d'en croiser. « Aller, c'est parti » Nous entrions dans le premier magasin pour homme qui s'offrait à nous. L'intérieur était plutôt classe, les vendeurs étaient accueillants et chaleureux, j'espérais alors trouver mon bonheur. « Bon, mon objectif aujourd'hui, m'acheter au minimum deux nouveaux jean, et une chemise, un tee-shirt et un polo » énumérais-je alors ma petite liste à Evannah, je savais qu'elle m'aiderait à trouver tout ça, ayant de bon goût vestimentaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 17 Mar - 21:08

petite après-midi en amoureux,
A dire vrai, je n’aurais jamais imaginé que nous passerions le plus clair de notre temps à débattre sur la sexualité de mon petit ami. Pourtant, c’est bel et bien ce qui était en train de se passer. Ceci étant, cela m’avait valu une bonne séance de fous rires et ça, ce n’était franchement pas négligeable. Bien entendu, Stanislas qui était davantage concerné par cette histoire ne voyait pas cela du même œil. Visiblement, il commençait à en avoir marre que je doute de son hétérosexualité, et pour preuve, il me menaça de me prouver son orientation sexuelle dans une cabine d’essayage. Evidemment, je n’avais pas vraiment besoin de ça pour en avoir le cœur net, mais ce n’était pas pour autant que sa pseudo menace me faisait peur. Cela ne m’empêcha pas toutefois de prétendre le contraire. « Tu fais bien d'avoir peur ! » Ben voyons, lâchai-je tout en levant les yeux au ciel avant de rire légèrement. Notre conversation était vraiment hors du commun quand j’y pensais, et j’espérais au moins que personne ne nous avait entendu, au risque de nous prendre pour des attardés… ce que nous étions peut-être au final, mais ça, c’était une toute autre histoire. Quoi qu’il en soit, nous n’allions plus faire long feu dans cette boutique de toute façon, puisque le mauvais sort s’acharnait décidemment sur Stanislas. Du moins, c’est ce qu’il se tuait à dire, raison pour laquelle il voulait absolument sortir d’ici au plus vide avant qu’une autre bourde ne lui tombe dessus. Ceci dit, c’était compréhensible même si pour ma part, je pensais que ce n’était pas spécialement le magasin le problème, mais peut-être bien la journée, tout simplement. Comme chacun le sait, il y a des jours avec et des jours sans. Pas de chance pour Stan’, aujourd’hui n’était apparemment pas un jour avec. Fort heureusement, je rattrapais le coup. oui, je m’aime. Quoi que… pas vraiment au final. J’avais quelque peu profité de la situation pour me plaindre moi aussi. Après tout, passer pour la fausse petite-ami d’un mec gay, j’avais connu plus glamour comme réputation. « Tu as raison, viens par là ma chérie » Je me laissais faire et ne répondis rien, si ce n’est au baiser de mon petit ami. De toute façon, j’étais trop déçue pour répliquer quoi que ce soit. En effet, Stanislas avait catégoriquement refusé d’acheter la petite tenue sexy que je lui avais montrée quelques minutes auparavant. Selon moi, c’était un tort… je suis sûre que ça lui aurait été à merveilles. Ou au moins, cela m’aurait permis de bien rire, au dépend de Stan. Bref, cette image m’avait vraisemblablement chamboulé l’esprit puisque par la suite, je fus incapable de retrouver le chemin de la sortie. Heureusement, Stan nous aida nous repérer, et très vite, nous fûmes de nouveau hors du magasin. « Te perdre dans un magasin, tu es forte toi » Te faire passer pour un homosexuel, t’es fort toi ! répliquai-je aussitôt en tirant la langue. Oui, le sujet était clos depuis quelques minutes maintenant, mais j’aimais bien ressortir les vieux dossiers, surtout ceux qui étaient drôles comme celui-ci. D’ailleurs, Stan en profita pour reparler de cette bande de jeunes qui l’avaient visiblement marqué. « Il n'empêche qu'ils n'avaient pas besoin de me regarder avec leur tête d'ahurie là » Si ça se trouve, ça n’avait rien à voir avec ça. Peut-être qu’ils ont simplement flashé sur toi parce qu’ils t’ont trouvé trop sexy ! imaginai-je, réprimant dans le même temps un léger rire. Tandis que nous débattions toujours sur le sujet, nous nous dirigions vers une nouvelle boutique, pour hommes cette fois-ci. Lorsque nous eûmes pénétrer à l’intérieur, Stanislas ne perdit pas de temps pour me faire une liste de tout ce qu’il devait trouver. « Bon, mon objectif aujourd'hui, m'acheter au minimum deux nouveaux jean, et une chemise, un tee-shirt et un polo » Avec de grands yeux ronds, j’attendais qu’il ne termine son discours. Rien que ça ? Et après tu oses encore te moquer de moi… non mais je rêve ! lâchai-je en roulant des yeux.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Mer 20 Mar - 20:31

Si j'avais su qu'en entrant dans cette fichue boutique j'aurais fais la rencontre du groupe de jeune devant qui je m'étais fais passer pour un gay avec mon meilleur ami, je crois que je serai allé dans une autre boutique, car ma petite amie se mettait elle aussi à douter de ma sexualité, chose dont je n'étais absolument pas d'accord. Que les autres en doutent, je m'en contrefichais royalement, je ne les connaissais pas, mais que ma petite amie en doute, alors là, ce n'était pas possible, à tel point que je la menaçais alors de lui montrer ma vraie sexualité dans les cabines d'essayages, pour le coup elle verrait si j'étais plutôt gay ou plutôt hétérosexuel. Cette dernière me mettait au défi avant de jouer la fille qui avait peur, ce qui me fis plutôt rire. « Attends je ne te laisserais jamais douter quant à ma sexualité ! » m'exclamais-je ouvertement dans les magasins, tandis que des personnes me regardèrent bizarre. Et aller, je ne pus me retenir de rire. Trop c'est trop (a). Les gens devaient vraiment nous prendre pour des dingues, de plus, parler de ce genre de sujet en plein milieu d'un magasin, on était vraiment les seuls pour le faire. Il fallait voir le bon côté de la chose, cela faisait de nous des gens... uniques (a). Tandis que nous poursuivions notre balade dans le magasin, je m'étais une nouvelle fois taper la honte, comment vous dire que je n'avais qu'une seule envie : celle de quitter ce magasin illico presto. Sur ce coup là, je pouvais remercier ma petite amie de jouer avec mon côté blagueur. Je ne pouvais pas m'empêcher de mordre à l'hameçon, dès que l'on me tendait la perche, mais parfois, je devrais peut être apprendre à être raisonnable. Malheureusement, ce terme ne faisait pas parti de mon vocabulaire, et parfois, cela pouvait me porter tord, comme là. Bien que la situation m'amusais plus qu'autre chose, je jouais le mec scandalisé, alors qu'au final, je m'en fichais royalement. Evannah acceptait cependant de quitter ce magasin, de toutes les façons, il n'y avait rien de bien, donc nous perdions rien quant à le quitter. Je soupçonnais néanmoins ma petite amie de s'être perdue dans le magasin, il était grand, et elle ne se souvenait plus où était la sortie. Face à ma remarque, elle m'en fit une qui me fit naturellement rire, pour le coup, elle m'avait bien eu. « Ok, je vois... Tu m'as littéralement tué. Un partout, balle au centre » ajoutais-je en éclatant de rire. Elle m'avait lancé cette remarque si naturellement et spontanément que je ne pouvais que rire. En parlant de gay, j'en revenais au groupe de jeune qui me prenait pour un homosexuel justement. Evannah se faisait tout un film, quant au fait qu'ils ne se fichaient peut être pas de moi, mais qu'en revanche, ils avaient peut être flashé sur moi. « T'en as pas d'autres conneries de ce genre là ? Non parce qu'elle était bien bonne » rétorquais-je en rigolant de plus belle. Voyant une boutique pour homme plutôt sympa et que j'avais souvent l'habitude de fréquenter, j'entraînais ma petite amie avec moi, et lui énonçait ce don j'avais besoin. Il n'y avait pas que les filles qui avaient besoin de refaire leur garde robe, les hommes aussi, seulement, nous attendions soit le dernier moment, soit l'occasion qui s'offrait à nous, et dans ces moments, il fallait saisir cette dernière, sinon, nous n'y allions pas vraiment de nous même. « Baah ... quoi ? » demandais-je le plus innocemment possible (a).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Dim 7 Avr - 20:52

petite après-midi en amoureux,
Il était evident que je n’avais jamais douté de la sexualité de mon petit ami. Du moins, je ne m’étais jamais imaginé qu’il puisse être gay et, à vrai dire, du moment qu’il était hétéro avec moi, c’était l’essentiel. Comme quoi, je n’étais pas si chiante que ça en fin de compte. Enfin bon, s’il pouvait quand même éviter de faire croire à toute la ville qu’il était gay, cela m’arrangeait davantage, je devais l’avouer. Quoi qu’il en soit, on n’a pas toujours ce qu’on veut dans la vie, et j’avais eu l’opportunité d’en avoir la preuve après notre entrée dans la boutique. C’est vrai qu’il n’avait pas eu de chance sur ce coup-là, et qu’il avait enchaîné les boulettes, ce qui n’était pas pour l’aider à faire croire le contraire. A force de voir Stanislas s’enfoncer lui-même, je ne pus m’empêcher de rire et de me moquer de lui dès que j’en avais l’occasion. Aussi, je m’étais amusée à faire mine de douter de ses préférences sexuelles, et la réaction presque excessive de mon petit ami ne manqua pas de me faire rire. Il était même prêt à me prouver certaines choses dans la première cabine d’essayage qui nous tombait sous la main. « Attends je ne te laisserais jamais douter quant à ma sexualité ! » La mauvaise idée, ça avait été de crier presque crier cette phrase en plein milieu de la boutique. Je lui adressai alors une légère grimace. Franchement… tu cherches les problèmes, affirmai-je avant de rire. C’est vrai quoi, parler ouvertement de sexualité dans un magasin, je crois que ce n’était pas encore entré dans les mœurs. Alors évidemment, sa remarque n’avait pas manqué d’intéresser la majorité des personnes qui se trouvaient autour de nous. D’ailleurs, j’avais du mal à juger ce qu’ils pouvaient bien penser à cet instant précis mais ce qui était sûr, c’était que moi, je rigolais bien. Toutefois, bien que de mon côté je m’amusais plus qu’autre chose, je comprenais que Stan, lui, avait plutôt envie de quitter rapidement les lieux, compte-tenu de toutes les tuiles qui lui étaient tombées dessus. Compatissante comme j’étais, je décidai donc de nous faire sortir d’ici, mais ce fut sans grand succès puisque je ne trouvais pas la sortie. Ce fut donc au tour de Stan’ de se moquer de moi. Au moins, nous étions à égalité maintenant. Néanmoins, comme je n’aimais pas ne pas avoir le dernier mot, j’avais fait une dernière remarque en remettant cette histoire d’homosexualité sur le tapis. Cette fois, je me sentais enfin satisfaite. « Ok, je vois... Tu m'as littéralement tué. Un partout, balle au centre » J’essayai de ne pas rire, mais franchement, nous avions vraiment l’air de deux gamins. N’empêche que bientôt, ce sera moi qui aurais tous les points, et tu n’auras que tes yeux pour pleurer ! le menaçai-je presque, essayant de garder un air relativement sérieux. De toute façon, nous savions tout autant l’un que l’autre que ce jour n’arriverait probablement jamais alors autant me laisser rêver. D’ailleurs, je rêvais aussi pour Stan’ puisque je lui fis remarquer que peut-être la raison pour laquelle cette bande de jeunes s’était attardée sur lui était tout autre et qu’en fait, ils avaient complètement craqué sur lui. « T'en as pas d'autres conneries de ce genre-là ? Non parce qu'elle était bien bonne » Non c’est bon, j’ai que celle-là en stock, ironisai-je, sourire en coin. Mais après tout, on ne savait jamais ce qui se passait dans la tête des gens. Dans a tête de mon petit ami en tout cas, tout était très clair, et j’en pris rapidement conscience lorsqu’il me dressa la liste de tout ce qu’il devait acheter. Et après ça, il osait encore se moquer de moi ; qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre ?! « Baah ... quoi ? » Je le regardai d’un air hébété, ne sachant que dire, me contentant donc par la suite de secouer la tête, purement et simplement désespérée. Rien du tout mademoiselle Tsiolkovski, me moquai-je avant d’éclater de rire.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   Jeu 2 Mai - 12:03

scène close.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: petite après-midi en amoureux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

petite après-midi en amoureux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Un petit après-midi en amoureux
» Résumé progressif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCK ME ::  :: Archives :: Saison 01 :: Rps-