AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's too late for leave him (Julian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: It's too late for leave him (Julian)   Ven 25 Jan - 20:54

Treize heures quarante cinq, treize heures quarante six, treize heures quarante sept, treize heures quarante huit...
Je comptais les minutes qui me séparaient de la fin des cours inlassablement, il était vendredi, et je n'avais plus qu'une envie, c'était d'enfin m'enfuir de l'établissement afin de pouvoir m'enfermer chez moi et vivre comme la bonne ermite que je suis. Heaven me parlait de son projet avec enthousiasme, et malgré le fait que je l'aimais beaucoup, je n'arrivais pas à focaliser toute mon attention sur elle.
Soudainement, une envie pressante d'aller aux toilettes me pris. Je jetai un coup d'oeil vers l'horloge au dessus du tableau, il était désormais treize heures cinquante. Il ne restait plus que dix minutes avant le weekend, plus que dix minutes avant la grande libération.
Alors que je triturais nerveusement les perles de mon collier, mon regard s'arrêta sur un garçon qui se trouvait à l'autre bout de la classe. C'était un grand garçon assez bien bâti, un visage d'ange et un regard envoûtant. Ses cheveux en bataille lui donnaient un style plutôt décontracté, et il fallait le dire, c'était l'un de ces Big Ben, l'un de ces gosses de riches qui ne pensent qu'à la popularité, la réussite sociale, tous ces gens qui désirent être sous les feux des projecteurs et qui ne pensent qu'à être le nombril du monde...
Je l'avais remarqué il y a de cela quelques temps déjà. Lors de mon arrivée dans l'établissement. Il était entouré de ses amis et ne prêtaient aucunement attention au cours, comme toutes les personnes de son calibre, il avait sans doute beaucoup mieux à faire. Moi, j'étais arrivée en retard, comme toujours, et cette fois, j'étais entièrement recouverte de peinture, mais quand je dis entièrement, c'était réellement le cas. J'étais passée dans une rue où des peintres retapaient un grand bâtiment, et sans faire attention, j'avais marché dans deux pots de peintures blanc cassé. Pour les enlever, je me suis alors appuyée sur une échelle qui tomba alors, me renversant tout le contenu de trois pots de peintures dessus. On ne voyait plus une seule couleur autre que le blanc cassé sur ma pauvre personne. Les gens rigolaient et moi, je me suis tournée vers le groupe qui s'agitait, et je l'ai vu. Il souriait, il rigolait, mais discrètement, il ne regardait pas ses amis, il me regardait, moi. Il ne semblait pas moqueur, mais plutôt, amusé. Et j'avoue que cela m'avait chamboulée.
Et là, ce garçon me regardait encore, amusé par mon agitation. Je me demandais ce qu'il avait à m'observer ainsi de longue, sans pour autant trouver de réponse. Ce n'était pas la première fois que Julian me regardait ainsi, et je pariais que ce ne serait certainement pas la dernière. Le professeur nous annonça que nous devions travailler en binômes, et faire un shooting de la personne qui serait avec nous, le thème était : ce que je pense de lui/elle.
Mon coeur se mit à battre plus vite, plus fort, avec qui allais-je tomber ? Je ne le savais guère, et si, par malheur, je devais tomber avec Julian, comment allais-je pouvoir le photographier ? Après tout, je ne savais même pas ce que je pensais de lui. Si, il me faisait peur, mais je ne pouvais décemment pas le photographier dans une posture de monstre, car au fond, je savais très bien qu'il ne l'était pas. Le professeur annonça alors les groupes et comme je m'en doutais je suis bien évidemment tombée avec lui.
La fin du cours arriva, et je m'empressai d'aller jusqu'aux toilettes jusqu'au moment où Julian me barra le chemin. Des salutations, des rougissements, quelques paroles à propos du devoir, et c'était ainsi que j'en étais venue par je ne sais quel miracle, à emmener le garçon chez moi. Je suis montée jusqu'au dernier étage de la vieille maison, que j'avais transformé en petit studio, puis ouvris la porte qui menait sous les toits. Je le laissai entrer gentiment.

- Vas t'installer au salon, je dois vraiment te laisser quelques secondes.

Je suis partie sans dire un mot de plus, puis m'assis sur les toilettes en vitesse. Ce que cela était bon de pouvoir soulager sa vessie après tant d'attente. J'ai regardé alors la porte des toilettes, les mains crispées sur mon jean. Qu'avais-je fait ?! J'avais emmené ce garçon chez moi, alors que j'étais certaine d'une chose, c'était que malgré le fait que je sois effrayée par lui, en réalité, j'étais réellement attirée par lui. Et maintenant, il était trop tard pour faire demi tour. Il était trop tard pour le laisser, et je n'allais pas le jeter dehors.
Lentement, après m'être lavée les mains, je suis allée au salon d'un pas lent et stressé. Il était là, assis sur mon lit. Car oui, je n'avais qu'un T1, à cet étage, à dire vrai je n'aimais pas les grands espaces, j'avais l'impression d'être seule au monde. Mon petit étage me suffisait amplement, et je ne descendais dans le reste de la maison uniquement pour voir ma colocataire et manger dans les pièces communes. Il souriait encore, comme d'habitude, il souriait toujours. Je me suis assise sur le sol gelé, le regardant sans me lasser.




Dernière édition par Isalys Skellington le Lun 28 Jan - 7:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Dim 27 Jan - 21:31

Dernière heure de la journée, enfin, j'aimais être en cours même s"ils sont lassant, inutile et dont je ne prenais même pas la peine d'écouter. J'étais presser d'arriver à ce weekend, les fêtes, les boissons, la musique, les filles... Voila le programme du weekend et de tous les weekends que j'aimais passer. J'étais perdu dans mes pensées quand je remarqua que tous mes amis étaient occuper à se moquer d'une des filles bizarres de se lycée. En effet elle était très bizarre mais moi, l'un des garçons les plus populaires de cette école, celui qui était invité à toutes les fêtes, ou seulement les plus populaires avait le droit de rentrer, moi Julian qui arrivait à séduire les plus jolies filles de cette université, j'étais attiré par cette fille, isalys, je n"ais jamais compris pourquoi mais oui elle m'attirait, même tous ses pots de peinture qui avait dut lui tomber dessus ne pouvait me faire changer d'avis. Je me surprenais même à ne pas réussir à m'en détacher du regard. J'ignorais comment cela avait commencer, mais ce qui est sur c'est que depuis leur première rencontre même si je ne pouvais m'empêcher de draguer, à chaque fois que mes yeux tombent sur elle je suis perturbé, je deviens bizarre j'ai mon ventre qui me joue des tours,enfin à chaque fois j'en suis tout retourné. Puis vint le moment que je je détestais par dessus tout, les devoirs surtout que c'était à faire le weekend, la seul période ou je pouvais m'amuser, me détendre. Le prof annonça donc le devoir à faire en binômes, le sujet était ce qu'on pensait de lui ou d'elle en shooting. J'écoutais les groupes qui était formé par le prof, chaque personne était soit décut soit contente, jusqu'au moment ou je me rendis compte que j'avais étais appelé pour former le binômes avec cette fille Isalys. Comment j'allais régler cette histoire sans me défiler, je n'eut pas le temps de réfléchir que le cour était finit. Je pris mon courage à deux mains et quand je la vit s'en aller en courant, je l'a rattrapa et lui bloqua la route, après quelques mots brèves car je vis qu'elle rougissait à chaque fois, on se retrouva sur la route pour se rendre chez elle. Elle me fit monter au dernière étage et me fit rentrer, je découvris un petit T1 ou tous ses affaires se battaient entre elle pour trouver une place, c'est à se moment la que je me rendis compte que j'avait de la chance, que rien que ma chambre était encore plus grande que tout son appart. Merde je deviens fou, je suis en train de m'inquiètais de la vie des autres, et voila que je parle tous seul. Je me remis les idées en place et remarqua qu'elle avait disparut et me souvint qu'elle était parti surement au toilette vu comment elle avait l'air agité, elle revint et s'assit par terre en me regardant en souriant, je lui sourit :

-Je crois que c'est la première fois que l'on se parle vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 28 Jan - 8:23

Il m'avait parlé, encore. Et comme chaque fois qu'il entre ouvrait les lèvres, je me sentais rougissante. Je remarquai même les battement de mon coeur qui s'accéléraient et
également mon sourire qui s'étirait de joie, non, le mot n'était pas suffisant, mon sourire s'étirait en réalité de bonheur. "Je crois que c'est la première fois que l'on se parle
vraiment". Cette simple phrase venait d'embellir ma journée, et malgré le fait que je ne comprenne pas réellement pourquoi, je décidai d'accepter cette joie temporaire, après
tout, nous n'avions qu'une vie, et là, c'était réellement ma chance de pouvoir apprendre à connaître Julian.
Il me regardait d'un air timide, je ne le quittais pas des yeux, un sourire hésitant sur mes lèvres cette fois. Je n'arrivais pas à lui répondre, comme à chaque fois qu'il venait
me parler. Je n'ai jamais pu ouvrir la bouche en sa présence, de peur qu'il ne me trouve trop étrange, et qu'il me repousse. Mais, qu'est-ce que j'étais entrain de penser ?
Je me fichais éperduement qu'il me repousse, l'amour n'était pas un sentiment pour moi, et je le savais très bien. Personne ne pouvait m'aimer, et je me devais de l'accepter.
Je ne pouvais faire que cela, je le savais, alors pourquoi espérer intérieurement à quelque chose qui n'était pas possible ? Alors pourquoi un tel blocage ? Après une brève
hésitation, je décidai donc de lui répondre, après tout, je n'avais strictement rien à perdre, et autant apprendre à le connaître, cela pourrait peut être me servir.


- Oui je pense... Mais de toute façon qu'est-ce que ça peut faire ? Les gens comme toi ne parlent pas aux gens comme moi. Et puis, tes amis n'arrêtent pas de se moquer de
moi alors... pourquoi serais-je venue jusqu'à toi ?

Il y avait tant de choses que j'aimerais lui demander, lui dire ! Comme le fait que je souffre des brimades de ses amis, des moqueries incessantes. J'avais envie de croire qu'il
était différent des autres, qu'il était gentil, j'avais envie qu'il me protège car en classe, lorsque les autres rigolaient, ce n'était pas un sourire et un regard moqueur, mais plutôt
un sourire amical et un regard bienveillant. Mais après tout, ce n'était peut être qu'un masque ? Et si c'était le cas, je me sentirais bien conne.
Et pourtant, en cet instant, il pourrait se moquer de moi ? Il pourrait faire ce qu'il veut ? Mais Julian ne fait rien, il me regarde, il attend une réponse, il n'attend que cela,
que je parle, c'est tout.


- Tu veux peut être boire quelque chose ? J'ai du lait, du sirop, quelques boissons alcoolisées, cependant je ne pense pas que cela soit bien sage de boire de l'alcool. On peut...
commencer à travailler ou alors, si tu le souhaites, on peut déjà commencer le projet. Qu'est-ce que t'en dis ? Seulement j'aurais beaucoup de mal car, je ne te connais pas
et... Je ne sais pas, ce que je peux bien ressentir pour toi, en fait, je ne sais même pas ce que je pense de toi, c'est trop flou... tu vois ?

Ca y 'est, je m'embrouillais, à chaque fois que j'étais gênée, il fallait que je m'embrouille, que je raconte n'importe quoi, sur ma vie, les merveilles de la nature, n'importe quoi.
Il semblait perdu, et cela m'emplie de doutes. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée que Julian soit chez moi, en même temps, quelle idée m'avait traversé l'esprit lorsque je lui ai
dit de me suivre... Après tout, j'aurais pu être tranquille. Mais finalement, j'étais tout de même heureuse qu'il soit là, car la solitude commençait à peser, et au fond, je n'aimais
pas ça. Soudain, un détail me vint à l'esprit, il était là, assis sur mon lit, à l'endroit où je laissai choir mon corps en rentrant des cours, assomée par la fatigue accumulée durant
la journée. Mon coeur accéléra de nouveau la cadence, et une bouffée de chaleur commença à envahir mon corps. Je me suis levée à vitesse grand V, puis observa le garçon
qui semblait ne pas comprendre mon trop plein d'énergie soudaine.


- Excuses-moi Julian mais... je meurs de chaud, je vais t'abandonner une minutes car... je vais mettre des vêtements moins... hivernaux...

Je me suis précipitée vers ma salle de bain, enleva jean et tee-shirt, afin d'enfiler une robe bustier de couleur noire, qui épousait les formes de mon corps à la perfection. Je me
suis alors demandée si ça ne faisait pas trop séductrice en chaleur, mais après tout, je n'étais ni maquillée, ni coiffée, et j'étais pieds nus. Alors après tout, je n'avais rien d'une
séductrice en manque. Lentement, je me suis avancée vers Julian, mais ma robe étant trop serrée, je ne pus m'asseoir sur le sol comme je le voulais à la base. Je fus contrainte
de m'installer sur le lit, aux côtés de Julian..
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 28 Jan - 11:22

Le temps passait, je me demandais si on allait vraiment commencer ce fichu devoir, non pas que le fait d'être seul avec Isalys me dérangeait mais elle ne parlais pas, elle était bizarre c'est sur mais je voulais vraiment découvrir ses faces cachés.
Elle ne me lacher pas du regard, elle souriait sans s'arrêter je me demandais comment elle faisait pour ne pas avoir mal au joues. J'ignorais ce qu'elle pouvait penser de moi, comment allons-nous y prendre alors que l'on se connaissait que de vue, tous sa trottait dans ma tête et-est-ce la même chose qui pouvait parcourir son esprit.
Alors que j'avais commencer à lui lancer un bref sujet de discutions, je m'attendais à ce qu'elle me réponde toute suite, mais elle continuait de me regarder en souriant. Puis ce fut au bout d'un certains moment qu'elle se mit à parler :


- Oui je pense... Mais de toute façon qu'est-ce que ça peut faire ? Les gens comme toi ne parlent pas aux gens comme moi. Et puis, tes amis n'arrêtent pas de se moquer de
moi alors... pourquoi serais-je venue jusqu'à toi ?


Je fus choquer par sa réaction aussi brutal, je resta sans voix quelques secondes, elle avait raison beaucoup de mes amis se moquaient d'elle, sans arrêt elle avait du s'imaginer que étant donné que j'étais de leur groupe j'avais du faire la même chose, alors que c'étais la seul personne dont je ne m'étais jamais moquer. Pourquoi ? je ne savais pas y répondre moi même, peut être le fait, que son regard m'attire, que des que je suis prêt d'elle je n'arrive pu a rien.

-Tu te trompes j'ai pas mal d'amis et pas que "des gens comme moi" je ne suis pas comme ceux de mon groupes, je ne juge personne sur ce qu'il est, sur ce qu'il fait. Je m'en fous, tous le mondre à le droit à une chance, qu'il soit pauvre, riche, beau, moche, maladroite. Je ne juge personne à part ce que j'aime pas.

Alors que j'attendais sa réponse, j'en eut une autre qui me fait sourire :

- Tu veux peut être boire quelque chose ? J'ai du lait, du sirop, quelques boissons alcoolisées, cependant je ne pense pas que cela soit bien sage de boire de l'alcool. On peut...
commencer à travailler ou alors, si tu le souhaites, on peut déjà commencer le projet. Qu'est-ce que t'en dis ? Seulement j'aurais beaucoup de mal car, je ne te connais pas
et... Je ne sais pas, ce que je peux bien ressentir pour toi, en fait, je ne sais même pas ce que je pense de toi, c'est trop flou... tu vois


-Non merci. En effet il serait sage de commencer. C'est la même chose pour moi tu sais, je ne te connais que de vue, je ne te connais que la jolie fille maladroite, mais encore que de vu, alors il faut qu'on apprenne à se connaitre, faut qu'on se parle de nous deux, qu'on passe du temps tous les deux, t'es d'accord ?

Je n'en revenait pas c'est la première fois que voulais passer du temps avec une fille à part mes amies. Je voulais vraiment apprendre à la connaitre qu'elle se confie sur se qu'elle est vraiment dans la vie, comment elle est en dehors de l'école, comment elle est avec ses amis, enfin tous je voulais tous savoir d'elle, du moins tous ce qui est le plus important. Soudain elle se leva d'un coup :

- Excuses-moi Julian mais... je meurs de chaud, je vais t'abandonner une minutes car... je vais mettre des vêtements moins... hivernaux...

elle s'était donc levé et s'étais enfermé dans la salle de bain, moi j'étais habillé toujours de façon décontracte, un simple t-shirt et un jean. Quand elle sortit de la salle de bain, je fut wouahhh, je ne trouve même pas les mots, cette robe qu'il lui épouser ses formes, lui allait très bien, même carrement bien, je ne put détacher mon regard d'elle :

-je trouve que cette robe te vas à ravir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 28 Jan - 19:09

J'étais aux anges. Je ne savais pas quoi dire, je ne savais pas quoi faire face à ce compliment, face au regard qu'il venait de me donner. Je baissai la tête, cachant ainsi avec mes cheveux blonds, mon visage qui ne cessait de se colorer en rouge pivoine. C'était une vilaine habitude chez moi, à chaque fois que je me sentais gênée ou flattée, il fallait que mon teint de base si pâle rougisse jusqu'à ce que ma peau semble rougeâtre. Je souriais, encore et toujours.

- Merci... Toi, tu es toujours beau... de toute façon.

Puis, je me souvins de ce qu'avait dit le garçon juste avant que je ne m'éloigne pour aller dans ma salle de bain. Il voulait me revoir, souvent, afin de mieux me connaître, pour le devoir certes, mais il souhaitait me voir, c'était l'essentiel. Il me trouvait également jolie, ce qui me flatta de plus belle.
Cependant, j'avais peur d'une seule chose, qu'il ne cherche à me connaître uniquement pour au final pouvoir en parler à ses amis. Mais d'un côté, j'espérais sincèrement qu'il soit gentil, comme je l'avais toujours pensé. Le jeune homme attendait toujours une réponse, je réfléchissais encore, de toute façon, malgré le fait qu'il me demande si je voulais bien le voir afin de mieux le connaître, je n'avais pas trop la possibilité de refuser, étant donné que cela était pour le cours, et pour le projet que nous devions rendre. Eh bien que je sois également heureuse que je sois son binôme, j'aurais peut être préféré être avec une personne que je connaissais déjà, et avec qui j'avais plus ou moins d'affinités, car après tout, je devais prendre en photo un garçon que je ne connaissais pas, et dont je devais faire ressentir ce que je pensais de lui. Or, la seule chose que je pensais, c'était qu'il ne me faisait penser à rien, à part la beauté, la richesse, et la méchanceté de son "clan".


- Je suis d'accord... Mais si tu n'y vois pas d'inconvénient, je préférerais que l'on se voit uniquement lorsque tes amis ne seront pas présents. Je ne supporterais pas leurs brimades longtemps si je dois travailler en leur compagnie. Non pas que je ne m'intéresse pas à ta vie mais, il faut me comprendre, je suis consciente de ma différence, juste que je n'aime pas que les gens me repousse encore plus que je ne le suis. La solitude est assez pesante, mais supportable, tandis que le rejet me trouble au plus haut point.

Je me demandais s'il comprendrait mes craintes, mais après tout, s'il ne comprenait pas, tant pis, je ferais en sorte qu'il vienne me voir après les cours, chez moi, sans aucun de ses camarades. Je lui ai souri, puis, je me tournai vers lui afin de pouvoir lui faire face, plongeant mon regard dans le siens. Comment se faisait-il que Julian me pose de tels regards ? Si profonds, si pleins de curiosité et d'envie de me connaître.

- Je peux commencer par te dire quelques trucs à mon sujet, j'ai toujours eu une vie étrange, même ma famille l'est, à un tel point que je n'ose en parler. Mon caractère, ma personnalité, a toujours été un supplice pour mon père, je n'ai jamais fait partie d'un groupe de jeunes, jamais personne n'a éprouvé l'envie de se rapprocher de moi, à part quelques personnes. Je suis maladroite, ça, y'a pas de doutes, et je ne suis jamais sortie avec quelqu'un, je ne sais pas ce qu'est l'amour, l'amitié, je ne l'ai connu qu'il y a deux ans, lors de mon année de première. Avant, j'avais toujours été rejetée. Je pense être gentille, mais, je suis aussi beaucoup trop naïve et timide. Après, je ne sais pas si je t'intéresse... enfin je veux dire, si ce que je te dis t'intéresse. Au pire, poses moi des questions, et j'y répondrais... sans secret.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 28 Jan - 21:46

- Merci... Toi, tu es toujours beau... de toute façon.

Je lui sourit, elle était toute rouge et ne savait pas ou se mettre, elle était encore plus belle quand elle souriait, elle avait l'air pleine de joie quand elle était en ma présence alors qu'au lycée, elle était timide et ne souriait jamais :

-Merci c'est gentil de ta part.

- Je suis d'accord... Mais si tu n'y vois pas d'inconvénient, je préférerais que l'on se voit uniquement lorsque tes amis ne seront pas présents. Je ne supporterais pas leurs brimades longtemps si je dois travailler en leur compagnie. Non pas que je ne m'intéresse pas à ta vie mais, il faut me comprendre, je suis consciente de ma différence, juste que je n'aime pas que les gens me repousse encore plus que je ne le suis. La solitude est assez pesante, mais supportable, tandis que le rejet me trouble au plus haut point.

Alors sa la géner vraiment, toutes ses insultes, toutes ses amusettes, ils avaient vraiment reussit à lui pourrir la vie. Il ne s'en était même pas rendu compte tellement pour eux c'était une habitude. Il l'a regarder avec un mélange d'excuse et de culpabilité.

-Je comprend ne t'inquiètes pas on se retrouvera qu'à deux à chaque fois.

- Je peux commencer par te dire quelques trucs à mon sujet, j'ai toujours eu une vie étrange, même ma famille l'est, à un tel point que je n'ose en parler. Mon caractère, ma personnalité, a toujours été un supplice pour mon père, je n'ai jamais fait partie d'un groupe de jeunes, jamais personne n'a éprouvé l'envie de se rapprocher de moi, à part quelques personnes. Je suis maladroite, ça, y'a pas de doutes, et je ne suis jamais sortie avec quelqu'un, je ne sais pas ce qu'est l'amour, l'amitié, je ne l'ai connu qu'il y a deux ans, lors de mon année de première. Avant, j'avais toujours été rejetée. Je pense être gentille, mais, je suis aussi beaucoup trop naïve et timide. Après, je ne sais pas si je t'intéresse... enfin je veux dire, si ce que je te dis t'intéresse. Au pire, poses moi des questions, et j'y répondrais... sans secret.

Je l'écoutais se confier, elle commençait à avoir plus confiance en moi et elle me parlais déjà plus clairement, elle voulait se confier, c'était une bonne occasion pour apprendre à la connaitre :

-J'aimerais savoir comment tu es dans la vie à part au lycée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Mer 30 Jan - 16:39

- En dehors de l'académie ?

Je commençais donc à réfléchir sur la question posée. En effet, c'était une très bonne question. Que dire, qui étais-je en dehors de l'établissement ? Comment étais-je ? Je ne m'étais jamais posé la question auparavant...
Je supposais que je n'étais pas tant différente en vérité. En réalité, je ne l'étais même pas du tout, seulement, mes occupations étaient assez variées, je pensais souvent à ma solitude, ainsi qu'à mon manque d'expérience, ma pureté devenue désormais un fardeau dur à porter, et la recherche permanente de l'amour. Je désirais plus que tout au monde qu'un jour, quelqu'un puisse m'aimer malgré mon étrangeté, malgré ma mauvaise réputation, même si je n'avais rien fait pour me faire remarquée de manière néfaste, ma réputation était celle d'une fille paumée, complètement folle, et certainement de celle de la blonde qui n'avait absolument rien dans le crâne. Je soupirai.


- Pour tout t'avouer, je ne pense pas être très différente. En cours, il est vrai que certains pensent que je joue un rôle, mais ce n'est pas vrai, je suis vraiment comme ça, je suis toujours ainsi, tête en l'air, maladroite. Mais au moins, là bas, je ne pense pas à ma solitude, car je ne suis jamais seule, il y a toujours quelque chose à faire, ou quelqu'un à qui parler, avec qui passer du temps. Mais une fois à la maison, tout ça revient, je me sens extrêmement seule, malgré Katarjina, Heaven et Anna. Je les aime beaucoup certes, mais elles ne remplaceront jamais un sentiment qui me manque depuis toujours, celui de l'amour.

Je soupirais de nouveau. Comment lui avouer qu'elle n'avait jamais ressentie d'amour ? La seule personne pour qui elle avait eu des sentiments était Sean, mais ses sentiments portaient plus sur du fanatisme que de l'amour. Comment lui dire que j'étais encore vierge de toutes relations quelqu'elles soient ? Comment lui dire que je n'avais jamais embrassée de garçon, ni jamais tenu la main de quelqu'un, et encore moins d'avoir perdu ma virginité ? Tout cela était d'un compliqué...
Je n'arrivais même pas à parfaitement formuler mes pensées, alors expliquer à quelqu'un le pourquoi du comment me paraissait tout simplement impossible. Quant à ma famille, comment pouvais-je lui raconter que mon père s'était épris d'une prostituée avec qui il avait couché une seule fois, ou même plusieurs, et que cette dame avait une fille qui me parlait de sexe au téléphone, ou qui ramenait un garçon différent un soir sur deux, et où je devais faire semblant d'être profondément endormie lorsqu'ils batifolaient à un mètre de moi tout en criant, hurlant, et j'en passe.


- Eh bien... ma solitude vient surtout du fait que ma famille et moi avons toujours été différents. Je ne me suis jamais réellement intégrée dans ma famille, ma belle mère et sa fille ont toujours été des femmes que je ne voulais absolument pas approcher. Et mon père, lui, n'a jamais été très bavard avec moi. La seule chose qu'il m'a dit, c'était que j'étais presque identique à ma mère, autant sur le point physique que moral. Cela me touche, car j'avoue que je n'ai pas eu la chance de la connaître réellement, car lorsque j'ai commencé à mûrir, elle s'est vite débarrassée de mon père et moi pour partir avec mon baby sitter. Et enfin, pour ce qui est du fait que je me sens presque toujours morose, c'est que je n'ai malheureusement pas de petit ami, à vrai dire je n'en ai jamais eu, et je n'ai jamais ressentie d'amour jusqu'à présent....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Mer 30 Jan - 23:06

Elle était pensive, elle devait surement être en train de réfléchir à la question que je lui avait posé, je la regardait réfléchir, elle était belle avec son sourire d'ange, je ne la quittais pas des yeux, ne pouvant détourner mon regard d'elle. J'avais connu des tas de jolies filles mais elle, oui elle elle m'obsédais. J'étais attirer par ses yeux, par son sourire. Puis vint le moment de sa réponse :

-pour tout t'avouer, je ne pense pas être très différente. En cours, il est vrai que certains pensent que je joue un rôle, mais ce n'est pas vrai, je suis vraiment comme ça, je suis toujours ainsi, tête en l'air, maladroite. Mais au moins, là bas, je ne pense pas à ma solitude, car je ne suis jamais seule, il y a toujours quelque chose à faire, ou quelqu'un à qui parler, avec qui passer du temps. Mais une fois à la maison, tout ça revient, je me sens extrêmement seule, malgré Katarjina, Heaven et Anna. Je les aime beaucoup certes, mais elles ne remplaceront jamais un sentiment qui me manque depuis toujours, celui de l'amour.

Elle soupira, elle se confiait à moi, comment le pouvais t'elle alors que je faisais parti du groupe qui se moquait d'elle à longueur de journée, bien je n'y participais pas mais je ne les empêchais pas d'agir pour autant, je me rendais compte de mon erreur, on détruit des gens alors que nous on a la belle vie sans se soucier de rien, alors que j'étais perdu dans mes pensées elle continua :

- Eh bien... ma solitude vient surtout du fait que ma famille et moi avons toujours été différents. Je ne me suis jamais réellement intégrée dans ma famille, ma belle mère et sa fille ont toujours été des femmes que je ne voulais absolument pas approcher. Et mon père, lui, n'a jamais été très bavard avec moi. La seule chose qu'il m'a dit, c'était que j'étais presque identique à ma mère, autant sur le point physique que moral. Cela me touche, car j'avoue que je n'ai pas eu la chance de la connaître réellement, car lorsque j'ai commencé à mûrir, elle s'est vite débarrassée de mon père et moi pour partir avec mon baby sitter. Et enfin, pour ce qui est du fait que je me sens presque toujours morose, c'est que je n'ai malheureusement pas de petit ami, à vrai dire je n'en ai jamais eu, et je n'ai jamais ressentie d'amour jusqu'à présent....

-Je vois que ta vie n'est pas très rose, tu es quand même très forte tu continues de te battre d'ignorer les réactions des gens alors qu'il te font vivre des cauchemards, je suis épaté je ne pense pas que j'aurais réagit comme toi. J'espère que tu le trouveras cette amour, cette amour que tu cherches tu le mérites. Je suis sur que quelqu'un de très bien saura te le donner.


Je pensais ce que je disais même si j'ignorais ce qu'étais vraiment l'amour car moi je n'avais pas non plus eu de relation serieuse, ce n'étais pas ma préocupation première pour le moment, mais elle j'étais attiré comme un aimant comme si mes yeux en sa présence ne pouvait voir que elle. Sa m'intriguer et sa m'attirais vers elle à chaque fois encore plus, j'en ai même passer des soirées à me poser des questions mais chaque réponse était quasi identique, je la voulais elle et pas une autre, ses lèvres m'attirait, sa gentillesse, le fait qu'elle soit maladroite tous m'attirait, je n'avais jamais ressenti sa jusqu'à aujourd'hui et en effet sa m'intriguer car c'est nouveau pour moi et c'est dans cette pensée que je me suis rendu compte qu'elle me regardait en me souriant, je me rapprocha d'elle doucement et après avoir pris son visage dans mes mains je l'embrassa aussi tendrement que possible pour ne pas la brusquer, quand je me rendis compte de ce que j'avais fait je repris mes esprits :

-Je suis désolé je sais pas ce qu'il ma prit...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Dim 3 Fév - 9:06

- Merci Julian... c'est gentil.

Je le regardai dans les yeux. Son discours m'avait assez plu, et je me sentais particulièrement flattée qu'il ait eu une si gentille attention à mon égard. Cependant, l'idylle ne devait pas perdurer, car le jeune homme m'embrassa contre toute attente. Surprise, les yeux écarquillés voire exorbités, je ne réagissais pas. Il recula soudainement prenant conscience de son acte, il s'excusa platement.

- Qu'est-ce qu'il t'as pris ! On était bien là, à discuter calmement ! Pourquoi t'as fait ça ?! Mais, mais, je comprend rien !

Choquée, c'était le mot qui correspondait parfaitement à mon état psychologique. C'était pour dire, mon premier baiser, et il me l'avait volé ! Le peu de sympathie que j'avais pour lui s'était envolé. Et très vite, il avait retrouvé mes anciens sentiments à son égard, il faisait de nouveau parti des personnes que je considérais être comme tous les autres gars de sa bande. Etait-ce ça son but depuis le début ? M'embrasser pour raconter à ses amis à quoi mes lèvres ressemblaient ? Pourtant il avait l'air désolé, et je m'en voulais déjà d'avoir du ressenti envers lui.

- Ecoutes, peut être que mon attirance pour toi est palpable, mais je ne m'attendais pas du tout à cela, je ne veux pas être embrassée comme ça par surprise. Je n'avais jamais embrassé personne, et toi tu arrives comme ça... sans prévenir. Je veux savoir ce qui t'arrive.

Mon coeur battait à tout rompre, l'excitation du premier baiser ? Ou tout simplement le fait que je ne savais pas du tout quoi penser, que j'avais eu un coup d'adrénaline sur-élevé ? Je ne savais plus me tenir, je faisais les cents pas dans ma chambre sans m'arrêter, évitant son regard car mes joues étaient pourpres, et que si mon regard se plongeait dans le siens, j'étais très certainement convaincue que j'allais m'évanouir. C'était d'ailleurs ce que j'allais faire... j'en étais sûre, ma tête me tournait, et j'avais l'impression que le monde autour de moi était un cyclone.

- Je crois qu'il faut que j' m'allonge...

Et BAM, à peine ma phrase sortie de ma bouche, un trou noir, je sentie mon mes jambes lâcher le reste de mon corps, j'entendis un gros boum sur le sol, et puis plus rien. Je repris connaissance quelques minutes après cela, en me demandant ce qu'il avait bien pu se passer pour que je sois allongée sur le sol, la tête posée sur les genoux du garçon pour qui j'avais eu autant de faiblesse. Je me suis redressée à vitesse grand V, puis l'observa longuement alors que lui, me regardait d'un air plus qu'inquiet.

- Oui, parfois, je m'évanouie, je suis comme ça...

Je lui ai attrapé doucement la main afin qu'il puisse se redresser. Je savais qu'en faisant cela, beaucoup de choses en moi allaient changer. Après tout, même le geste le plus anodin devenait un signe que je baissai de nouveau ma garde. J'étais calme à présent, et suffisamment préparée à affrontée la dure et horrible vérité.


- Julian... sincèrement, tu ne me connais pas. Comment arrives-tu... à faire de tels actes sans réfléchir ? Je veux dire, imaginons que je te rende ce que tu m'as donné, comment saurais-je ce que tu veux réellement. Je te dis ça mais, tu dois certainement pas savoir toi non plus ce que tu veux. Et puis, pour les gens comme toi, je suis certaine que la réputation est plus importante que tout. Alors être avec moi va sois faire de nous le couple le plus en vogue de l'université, ou, te propulser dans le camp des loosers finis... Franchement... Si tu veux être avec moi, car ce n'est qu'une supposition, demandes-toi si j'en vaux réellement la peine.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Dim 3 Fév - 22:53

- Qu'est-ce qu'il t'as pris ! On était bien là, à discuter calmement ! Pourquoi t'as fait ça ?! Mais, mais, je comprend rien !

Elle avait encore l'air plus surprise que moi, elle semblait même presque en colère, je n'arrivais même plus a traduire ses expressions, je suis perdu pourquoi ai je fais sa, j'en avais envie sa c'est sur mais aussi vite alors que je la connaissais à peine mais je me souvint pourquoi j'avais fais sa quand elle me regarde, ses yeux m'attirent, elle est comme une drogue pour moi, son sourire me rend heureux :


- Ecoutes, peut être que mon attirance pour toi est palpable, mais je ne m'attendais pas du tout à cela, je ne veux pas être embrassée comme ça par surprise. Je n'avais jamais embrassé personne, et toi tu arrives comme ça... sans prévenir. Je veux savoir ce qui t'arrive.

-je sais que sa peut par être bizarre mais j'en avais très envie et je pensais que toi aussi, tu me plais beaucoup.

Je la regardais faire les cents pas dans sa chambre la situation devenait vraiment bizarre, je ne savais pu quoi dire ou quoi faire pour la calmer, elle evitait mon regard pourquoi ? je commencais a douter de mes capacités a comprendre les filles. Au bout d'un moment elle ouvrit enfin la bouche :

- Je crois qu'il faut que j' m'allonge...

Juste après ses moments elle tomba par terre, elle s'était évanouie je couru m'agenouiller à coté d'elle inquiet, je lui posa sa tête sur mes genoux et lui caressa les joues et son front attendant qu'elle se reveille, elle était magnifique, la situation était devenu très bizarre en quelque minute depuis ce baiser qui je croyais la séduirais mais elle avait pris sa d'une facon très bizarre, je la regarda inquiet et vit qu'elle commencait à reprendre ses esprits, quand elle vit dans la position qu'on était elle se releva rapidement et me regarda longuement

- Oui, parfois, je m'évanouie, je suis comme ça...

-tu es sur que sa va allez je peux t'amenez chez un médecin si tu veux ?

Elle me tendit la main, elle avait l'air calmé :

- Julian... sincèrement, tu ne me connais pas. Comment arrives-tu... à faire de tels actes sans réfléchir ? Je veux dire, imaginons que je te rende ce que tu m'as donné, comment saurais-je ce que tu veux réellement. Je te dis ça mais, tu dois certainement pas savoir toi non plus ce que tu veux. Et puis, pour les gens comme toi, je suis certaine que la réputation est plus importante que tout. Alors être avec moi va sois faire de nous le couple le plus en vogue de l'université, ou, te propulser dans le camp des loosers finis... Franchement... Si tu veux être avec moi, car ce n'est qu'une supposition, demandes-toi si j'en vaux réellement la peine.

je lui sourit et attrapa sa main pour me redresser et je me colla contre elle nos visage était à quelque centimètre si bien que je sentais son souffle contre mes lèvres :

-je suis d'accord avec toi je ne te connais pas tant que sa mais tu te prend trop la tête, ce que je vais te dire va peut être te rassurer ou te faire peur mais je veux te le dire....
Quand je te vois je me sens aimanter par toi, tes yeux ils sont superbes je n'arrive pas à les quitter du regard, tu es belles, intelligentes, maladroite certes mais sa me plait, j'ai eut envie de t'embrasser car tu m'attires, j'ai le besoin d'être pret de toi, de te voire et maintenant de te parler et ce baiser je peux te dire que jamais je n'avais ressenti sa. Maintenant j'ai eut la confirmation et je peux te dire que tu en vaux réellement la peine.

Nos visages étaient toujours à quelque centimètre l'un de l'autre, j'avais réellement envie de recommencer mais je préfèrer attendre sa réponse pour ne pas qu'elle retombe dans les pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 4 Fév - 19:07

Je rougissais de nouveau. Je ne savais pas quoi dire, je l'observai, droit dans les yeux. Mes pensées se perdaient dans le néant, oui, j'étais dans le néant. Je l'attirais, il n'avait jamais ressenti ça, il voulait être avec moi. Deux possibilités s'offraient à moi : m'enfuir, malheureusement, ce n'était pas réellement possible vu que nous étions chez moi, et la deuxième, l'embrasser, pour lui dire que moi aussi je voulais être avec lui. Cependant, le voulais-je... moi ?
J'ai regardé longuement le jeune homme qui attendait patiemment une réponse de ma part. Que devais-je dire, que devais-je faire ? Je ne savais pas quoi penser, et sincèrement, c'était bel et bien la première fois que j'étais confrontée à ce genre de situation. Etais-je amoureuse de lui au moins ? Mes amies me disaient sans cesse que l'amour venait souvent après quelques temps passé avec la personne avec qui l'on sortait, cependant, moi, je ne le voyais pas de cet oeil. Je voulais sortir avec la personne que j'aimais, alors... est-ce que c'était le cas ? Tant de questions intervenaient dans ma tête à cause d'un seul acte.


- Je...

Une troisième solution s'imposa à moi soudainement, et si je le foutais à la porte ? Mon regard se posa sur celle-ci, il n'y avait qu'un étage à descendre, et la porte de sortie s'offrait à lui. Je me suis regardée ensuite dans le miroir qui se trouvait dans ma chambre. Mon physique moyennement attirant, et ma personnalité bizarre m'apparut alors. Et si en faisant cela je faisais disparaître à jamais ma seule chance d'un jour me sentir moins seule, de vivre une vie d'amour avec un garçon qui m'attirait énormément, juste par un brin de doute sur mes sentiments ? Mais comment accepter sa proposition alors que je doutais ? Je ne pourrais pas indéfiniment rester dans le doute de toute façon. Katarjina m'avait dit de ne pas me précipiter, et pourtant, j'avais réellement peur que si je prenais trop de temps à réfléchir, Julian ne disparaisse.

- Julian, c'est trop soudain, je ne sais même pas ce que je peux ressentir pour toi. Tu me dis ça de but en blanc, tu m'imposes cette proposition, je ne sais pas quoi te répondre. Je me sens démunie de toute réponse. Et comment veux-tu que je te donne une réponse constructive, sans réflexion.

Je suis allée m'asseoir sur la chaise de mon bureau sans une seule fois le quitter des yeux. Hypnotisée par son regard, je me demandais si mes sentiments étaient plus amoureux qu'autre chose. Après tout, il était possible qu'il ne s'agisse qu'une sorte de fascination. Peut être n'étais-je pas amoureuse de lui du tout, peut être était-ce juste que je me sentais fascinée par sa personne. Après tout, avant le jour des pots de peintures, je n'avais jamais réellement fait attention à lui. Et pourtant, lui ici, et me voila comblée, ce baiser me torturait, son regard aussi. Quelle serait ma vie avec lui ? Quelle serait ma vie sans ? Pour un nuit ? Pour la vie ? Stacy aurait su quoi faire si elle avait été présente, elle m'aurait poussé à être avec lui, j'étais incapable de prendre une décision de cette ampleur. Lui dire que je voulais être avec lui, et oublier pour un certain temps ou même pour toujours ma vie actuelle ? Ou lui dire non, et rester ainsi en attendant qu'une autre proposition parvienne jusqu'à moi ? J'étais toutefois extrêmement tentée de lui dire oui, cependant, mon cerveau me hurlait prudence. J'étais actuellement tétanisée à l'intérieur, et je ne savais pas comment me sortir de ce pétrin. Si Tyler, mon grand-frère était là, il pourrait également me conseiller. Que devais-je faire.

- Qu'est-ce que tu ressens exactement à mon égard ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 4 Fév - 20:29

Elle devenait toute rouge, elle me regardait fixement sans réponse était elle de nouveau mal ou alors réfléchissait elle, j'ignorais la réaction qu'elle pourrait avoir aller t'elle m'embrasser ou alors me giflais et me foutre à la porte je la surpris même à regarder cette dernière, elle bafouille un je... timide. Elle se regarda ensuite dans le miroir qu'elle pensait pouvais elle avoir, je sut vite la réponse :

- Julian, c'est trop soudain, je ne sais même pas ce que je peux ressentir pour toi. Tu me dis ça de but en blanc, tu m'imposes cette proposition, je ne sais pas quoi te répondre. Je me sens démunie de toute réponse. Et comment veux-tu que je te donne une réponse constructive, sans réflexion.

-Je ne veux rien t'imposer tu as le temps d'y réflèchir si t'y a besoin. Je veux que tu prennes ton temps, moi je t'es embrasser car je pensais que c'était le meilleure moyen pour te faire comprendre que tu m'attirés, que je ressentais le besoin de t'embrasser, d'être pret de toi, sentir la chaleur de ton corps. Ce que je veux c'est que tu saches se que tu veux même si tu dois y réfléchir.

En effet je ne voulais pas qu'elle prenne une décision trop rapidement et qu'elle finisse par regretter, je veux quelque chose de sincère et d'une relation de confiance. Je ne veux surtout pas aller trop vite pour qu'on souffre tous les deux après.

- Qu'est-ce que tu ressens exactement à mon égard ?

-Ce que je ressens pour toi, je ressens de l'attirance, tu me plais, tu m'attires comme un aimant j'ai se besoin constant de te voir, quand je te voix je n'arrives pas à te lacher des yeux, je suis conscient que je ne te connais pas tellement mais tous ce que je connais m'attire, ta maladresse te donne du charme, j'ai le besoin de t'embrasser quand je sens ton odeur, j'ai l'envie d'etre la pour toi, je ne suis pas un grand poète mais ce que je peux encore te dire c'est que quand je suis prêt de toi je me sens bien, je me sens comme sur un petit nuage.

Je voulais lui confier mon coeur, lui dire ce que je ressens pour elle mais jamais dans ma vie j'avais eu a me confier comme cela, je n'arrivais pas à tous lui dire même si ce que je venais de lui dire resumer bien ce que je ressentais. Pour la première fois dans ma vie je n'éprouvais pas le besoin de mentir, de me cacher j'avais vraiment envie de me confier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Jeu 7 Fév - 18:59

Les paroles du jeune Julian provoquèrent en moi un sourire immense. J'étais pour lui, en quelques sortes, une source de bonheur et pour tout dire, j'en étais assez fière. Quelles étaient les chances qu'une fille aussi impopulaire que moi soit importante pour un gars aussi aimé et populaire que lui ? Combien de filles rêvaient de se tenir à ses côtés ? Combien de personnes souhaiteraient notre rupture si jamais je décidais de me tenir à ses côtés en tant que petite amie ?
Il me disait qu'il se retrouvait sur un petit nuage, un petit nuage représentant ici son bonheur. Je lui ai souri, j'étais flattée, il ne fallait pas se mentir, j'étais réellement flattée par sa confession de sentiments, je ne m'attendais pas du tout à ce qu'un jour quelqu'un puisse m'en faire une, et il fallait que ça tombe sur la personne qui m'intriguait le plus. L'instant était beau, ainsi que la situation actuelle. J'avais l'impression que si j'étais avec lui, ma vie allait nettement s'améliorée. Je ne souhaitais qu'une seule chose, c'était de ne pas tomber de haut si jamais par la suite, il me quittait pour une raison d'image, et de réputation.
Lentement je me rapprochais de lui, puis je le regardais dans les yeux le plus sincèrement et le plus sérieusement possible. Ma main se posa sur la joue de Julian, et de l'index, je caressai sa peau rappeuse, car bien entendu, étant un homme, son rasage se sentait sous mes doigts froids.


- Je pense que... je pourrais bien prendre le risque. Après tout, vu comment je suis impopulaire, je n'ai rien à perdre.

Je me suis rapprochée de lui lentement, puis, je me mordis les lèvres alors qu'il m'observait toujours de manière interrogative. Je n'avais pas eu besoin de réfléchir au fond, car je connaissais déjà la réponse à ma question. Seulement, jusqu'à ses paroles, je n'avais pas eu le courage d'accepter sa proposition, ni la certitude qu'il était oui ou non sincère. Je priai d'avoir fait le bon choix car après tout, je n'étais pas encore certaine de ses intentions. Mais que pouvais-je faire de toute façon ? Je ne saurais pas tant que je n'essaierais pas, et ça, je le savais. Je lui ai souri, après tout, c'était ce qu'il me donnait envie de faire le plus souvent. Bien que parfois, j'avais un pincement au coeur lorsqu'une fille s'approchait de lui, et semblait être une personne plus que proche. Je me suis approchée encore un peu, et, avec un brin d'hésitation, posa mes lèvres sur les siennes. C'était mon premier véritable baiser, car celui-ci était pleinement voulu. La douceur et la chaleur qui émanait de ce baiser firent naître en moi des sensations nouvelles que je n'avais jamais pu imaginer auparavant, cet élan de tendresse, ce flot de sentiments qui parcouraient mon corps, envahissaient mon être sans que je puisse prendre le contrôle de quoique ce soit. Mes lèvres, entrelacées avec celles de Julian étaient une source de chaleur intense, comme si j'étais assise auprès d'un feu ardent par une dure nuit hivernale. En un sens, je me sentais renaître. Je mis fin à ce baiser en le repoussant avec délicatesse, je ne voulais pas qu'il se sente rejeté comme quelques minutes auparavant. Je me posais mille et unes questions. Comment allait-on faire avec ses amis ? Serions-nous obligés de nous cacher ? Si oui, je ne pourrais pas le supporter, si non, allais-je pouvoir surmonter les obstacles que nous allions devoir affronter ? Mes amies seront-elles heureuse pour moi ? Anna sera-t-elle inquiète ? Mon frère sera-t-il gentil avec Julian ? Toutes ses réponses restaient pour le moment une énigme que je ne pouvais résoudre seule.

- Et pour tes amis ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   Lun 11 Fév - 1:29

- Je pense que... je pourrais bien prendre le risque. Après tout, vu comment je suis impopulaire, je n'ai rien à perdre.
Tout se chamboula dans ma tête je me demandais même si elle n'allait pas accepter juste pour la popularité après tout pourquoi pas mais maintenant que j'y pense pourquoi elle ferais sa alors qu'elle veut être le moins possible de mes amis non j'étais déjà en train de m'imaginer des trucs alors qu'elle ne m'avait même pas encore dit oui ce donc je n'eut pas a attendre longtemps alors qu'elle s'était rapproché et qu'elle me regardait droit dans les yeux durant quelque seconde, j'eut l'impression que j'allais m'évanouir à mon tour, jamais je n'avais ressenti cela, le simple fait qu'elle me regarde me fit chavirer, ses yeux, son odeur tout semblait me plaire chez elle, ce fut au moment ou elle m'embrassa que mes soupsons se confirmèrent elle me plaisait vraiment ses lèvres contre les miennes, ses doigts si doux contre mes joues jamais j'avais autant aimé un baiser si simple mais tellement romantique chaleureux et expressif de ses sentiments qui devait être fort.
Au bout de quelque seconde elle se recula paniqué, pensive, elle devait être en train de se poser un millier de question car elle avait vraiment l'air bizarre surtout quand elle me demanda comment on allait faire pour mes amis


-tu te prends trop la tête, savoure l'instant présent et laissons les problèmes maintenant on peut les surmonter à deux, j'ai envie que sa marche et je laisserais personne ne détruire ce que je ressens pour toi, tu me plais et je m'en fous de ce que les autres penseront je veux que tu sois heureux et moi je veux être avec toi alors on sera surmonter sa tous les deux mais pour le moment je veux profiter de ces moments avec toi.

Je me rapprocha d'elle et l'embrassa à nouveau avec un baiser passioné qui aurait put durer des heures si on avait pas à respirer je la regardais je devais avoir des étoiles dans les yeux tellement j'étais heureux, je voulais vraiment savourer ce moment et laisser les problèmes, je la serra dans mes bras
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: It's too late for leave him (Julian)   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's too late for leave him (Julian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» 02. You can leave your hat on
» (M) Julian Morris - the enemy is the inner me (host)
» (m) julian schratter ⊹ my head is a jungle with you inside

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCK ME ::  :: Archives :: Saison 01 :: Rps-