AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 would you be my valentine ? - Evannah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: would you be my valentine ? - Evannah.   Mer 13 Fév - 22:52

Le quatorze février était devenue une date mondialement connue, cette journée était dédiée aux amoureux. Plus communément appelé la saint-Valentin. De nos jours, cette fête était devenue plus commerciale qu'autre chose. Tous les hommes et les femmes se rendaient quelques jours auparavant dans les magasins afin de faire les boutiques et d'y trouver un cadeau pour son ou sa petite amie. Pour ma part, je n'avais pas besoin d'attendre la saint-valentin pour offrir un cadeau à Evannah ainsi qu'une petite soirée en amoureux. Toutefois, je me devais de marquer le coup à ma façon. J'avais dans la journée, grâce à mes mains baladeuses, réussis à piquer ses clés de maison, et pour me rendre la tâche plus facile, j'avais demandé à ma petite soeur, d'amener Evannah faire les boutiques après les cours, afin de me laisser un peu plus de temps pour lui préparer une petite soirée en amoureux, histoire de fêter malgré tout la saint-valentin. Je ne voulais pas qu'elle pense que j'avais oublié ou autre, je voulais tout simplement lui faire une petite surprise.
Quinze heure trente, l'heure à laquelle je terminais les cours. Je me dirigeais en premier temps vers le centre commercial, afin de prendre ce dont j'avais besoin pour préparer le repas, ainsi que pour décorer son appartement. Je comptais vraiment la surprendre, pour ne pas changer. D'ailleurs, je pense qu'elle était à des années lumières de penser qu'une petite soirée l'attendait de soir. Elle devait sans doute penser que pour une fois j'avais oublié la saint-valentin, et c'était le but, mais elle se trompait sur toute la ligne. Quand les courses furent terminées, je rentrais chez elle, et là je me mis à préparer dans un premier temps le décor. Je me tâtais, je ne savais pas trop comment m'organiser, comment faire. Je commençais par m'occuper de la table. J'ôtais sa nappe, ainsi que tout ce qui se trouvait dessus, pour y mettre une nappe rouge. Je me dirigeais vers les placards afin d'attraper les couverts et les déposais sur la nappe. J'attrapais ensuite la poche dans laquelle se trouvait bougies + pétales de roses artificielles. J'étais par ailleurs passé chez le fleuriste, afin de lui acheter un petit bouquet de roses rouges, elles dégageaient une bonne odeur. Quand la table fut dressée, une idée me vint à la tête. J'avais dans l'idée de débuter la soirée en prenant un bon petit bain moussant, ensuite nous passerions au repas, puis nous terminerions la soirée dans la chambre. Ainsi je disposais des roses dans l'entrée, en écrivant : would you be my valentine ? ensuite, je faisais 3 chemins de roses : le premier la menait vers la salle de bain où j'avais soigneusement pris le temps de disposer des pétales de roses et des bougies un peu partout, je tâcherais de faire couler l'eau un peu avant son arrivée, lorsque je recevrais le message de Kat pour m'annoncer son arrivée. Le second chemin la menait droit dans le salon où nous dégusterions notre petit repas, et le troisième la mènera dans la chambre, où je disposais des pétales sur le lit de façon à ce qu'il y ai écrit "je t'aime". Tout semblait prendre forme. Au menu salade dont j'avais pris soin de couper les petite tomates cerises en forme de coeur, en plat principal des lasagnes que j'avais fais moi-même, et en dessert, une jolie tarte aux fraises, sur laquelle j'avais mis des petits morceaux de chocolats en forme de coeur toujours, pour rester dans le thème de la saint-valentin. J'espérais que cela lui plaise vraiment.
Lorsque j'eus enfin tout terminé, je m'accordais une petite douche, hors de question que je ne l'accueille avec la tenue dans laquelle j'avais été toute la journée, et sentant la transpiration. J'enfilais un petit jean sympa, ainsi qu'une jolie chemise que j'avais acheté avec elle lorsque nous avions été faire les magasins, puis attendais patiemment l'arrivé du message de ma soeur, qui ne tardait pas à faire sonner mon téléphone. Evannah serait là d'ici une dizaine de minutes. Je regagnais à toute vitesse la salle de bain, le temps était désormais compté. J'allumais l'eau, et remplissais la baignoire. J'y ajoutais des billes de couleurs rouges qui rendaient l'eau rosée, ainsi que du gel douche pour faire de la mousse, puis dessus, je parsemais la mousse de roses. Je sortais du frigo une bouteille de champagne, que je vins poser sur le bord de la baignoire, avec deux petites coupes de champagne. J'entendais alors du bruit, quant à moi, je l'attendais dans la salle de bain, une rose à la main, puisque le premier chemin qu'elle devait choisir était le numéro 1 qui la menait dans la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Ven 22 Fév - 16:19

would you be my valentin,
Cette journée avait été longue. Très longue. Les cours avaient été ennuyeux comme la pluie, et j’étais tout bonnement exténuée. Il fallait dire qu’aujourd’hui, je n’avais pas été particulièrement motivée pour quoi que ce soit. Comme on dit, il y a des jours avec et des jours sans. Cependant, ma meilleure amie était venue illuminer ma fin d’après-midi qui, initialement, s’annonçait tout aussi glorieuse que les heures précédentes. En effet, à la dernière minute, alors que je m’apprêtai à rentrer chez moi, Katarjina m’avait proposé de l’accompagner pour faire les boutiques. Enfin, quand je dis « proposer », j’enjolive quelque peu la réalité. En fait, elle m’avait presque mis le couteau sous la gorge pour que je la suive, et je n’avais pas pu lui refuser ça. Qui plus est, je n’en avais absolument pas envie. Après tout, quoi de mieux qu’une petite virée shopping avec ma meilleure amie pour rattraper cette journée pénible ? Absolument rien. Nous avions donc quasiment passé l’après-midi entière à cavaler d’une boutique à une autre. Lorsqu’enfin nous avions terminé notre virée entre fille, je ne pus m’empêcher qu’il était temps : je n’avais plus assez de bras pour porter ne serait-ce qu’un mini-sac en plus. Et oui, Kat + moi + les magasins = raz-de-marée assurée. Encore une fois, aujourd’hui n’avait pas fait exception à la règle. Bref. Après de bonnes heures de dévalisation de boutiques intensives, il était temps pour nous de rejoindre nos chez-nous respectifs, d’autant plus que nous avions cours demain. D’ailleurs, je devais sûrement avoir quelques devoirs à faire pour le lendemain, je n’en savais trop rien. De toute façon, en vue de la tournure que prenait la situation, je n’étais pas prête de mettre le nez dans mes devoirs. En effet, cela faisait près d’un quart d’heure que j’étais là, devant la porte d’entrée, à chercher les clés du loft en vain. J’avais fouillé mes poches, mon sac de cours, même mes sacs de shopping, mais je ne trouvai rien. La cerise sur le gâteau, c’était que mon père n’était pas à la maison ce soir et ne devait pas rentrer avant demain soin. Décidément, e sort s’acharnait contre moi. Après avoir fouillé mes affaires une dernière fois, je me décidai à appuyer sur la poignée, au cas où la chance se décidait à être de mon côté juste quelques secondes, le temps que je puisse entrer chez moi. Dans le cas contraire, j’irais sûrement me faire héberger chez Kat et Stan. Toutefois, à ma grande surprise, lorsque je pressai mes doigts contre la poignée, la porte s’ouvrit. Miracle. Je laissai échapper un soupir de soulagement et balançai nonchalamment tous mes sacs dans l’entrée avant d’appuyer sur l’interrupteur. Alors que la lumière du lustre venait éclairer l’entrée du loft, mon regard se dirigeait naturellement vers le sol où se trouvaient trois chemins dessinés par des pétales de rose. Un sourire vint se percher sur mes lèvres, et, sans broncher, je suivis le chemin numéro 1 qui me mena tout droit à la salle de bain. Je frappai à la porte, avant de lever les yeux au ciel ; je venais de frapper à la porte de ma propre salle de bain, on aura tout vu. Sans attendre de réponse, j’ouvrai doucement la porte, derrière laquelle je découvris Stan, une rose rouge à la main. Un sourire en coin, je restai dans l’embrasure de la porte et m’appuyait légèrement contre celle-ci. Y’a rien à voler chez moi, monsieur le cambrioleur, lâchai sans que mon sourire ne se détache de mes lèvres.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Mer 27 Fév - 16:12

Par chance, je n'avais pas eu cours de l'après-midi, j'en profitais alors pour envoyer un petit message à ma soeur, lui demandant d'occuper Evannah après les cours, histoire que cela me laisse un peu plus de temps pour terminer les préparatifs de notre petite soirée sur le thème de la saint valentin. Je n'étais pas un grand adepte de cette fête que je trouvais plus commerciale qu'autre chose, toutefois, j'avais envie de surprendre ma petite amie. Je n'avais pas pris la peine de lui souhaiter une bonne saint valentin durant la journée, car de mon côté je savais ce qui lui attendait le soir. Je ne comptais pas non plus faire quelque chose d'extraordinaire, mais j'espérais néanmoins que cela lui plaise. J'avais passé une bonne partie de l'après-midi dans les magasins, afin d'acheter tout ce qu'il fallait pour rendre cette petite soirée merveilleuse. J'étais donc dans un premier temps entrer dans le centre commercial, puis était parti acheter tout ce dont j'avais besoin pour le repas. J'optais pour une petite salade en entrée, avec des petites tomates cerises, ensuite, je choisis de faire des lasagnes, à ma façon, et pour finir, en dessert, je choisi un petit gâteau au chocolat connaissant les goûts de ma petite amie, j'étais sûr qu'elle aimerait. Par la suite, je me rendais dans le rayon décoration, et y achetais une petite nappe rouge, ambiance saint valentin, ainsi que des pétales de roses, et des petites décorations en forme de coeur rouge, rose et blanche. Quand j'eus réglé ma note, je regagnais alors la galerie marchande et rentrais dans une petite parfumerie, une jeune femme vint me demander ce que je recherchais et je lui expliquais alors que j'aurai aimé trouvé des petit billes de parfum et de couleur rouge pour prendre un bain. C'était ce par quoi débuterait notre soirée. Elle me montrait où cela se trouvait, et me conseillait de bon produits. Après ça, je quittais complètement le centre commercial me rendant chez ma petite amie.
J'avais finalement mis plus de temps à choisir tout ce dont j'avais besoin plutôt que de mettre en place ma petite soirée. Je m'étais d'abord mit derrière les fourneaux, j'avais préparé deux petites assiettes de salades, dans laquelle j'avais découpé les petites tomates cerises en forme de coeur, pour rester dans le thème. Ensuite, j'attaquais la préparation des lasagnes, et pour finir, je les plaçais au four. Il était maintenant temps d'installer la table. J'ôtais sa nappe que je pliais proprement et que je déposais dans un petit placard pour y mettre la mienne. Après cela, j'installais le couvert, l'un face à l'autre, puis disposais bougies et pétales de roses un peu partout sur la table, sans oublier les petites décorations. Maintenant je prenais une petite douche rapide, sachant que dans une petite heure et demi nous prendrions un petit bain moussant. Mais je voulais tout de même être présentable lors de l'arrivée de ma petite amie. J'étais impatient, et pour faire passer le temps, je disposais des pétales de roses à l'entrée, dans le hall, elles indiquaient trois chemins, le premier étant celui qui mènerait Evannah à la salle de bain. J'attendais le feu vert de ma soeur, et quand je reçu son message, j'allumais l'eau du bain, et la fis couler, elle était relativement chaude. Quand la baignoire fut assez remplie, j'y plongeais les petites billes qui parfumaient et coloraient l'eau du bain. L'eau devenait alors rosée. J'y ajoutais de la mousse, puis n'oubliais pas de disposer quelques petites bougies de part et d'autre de la baignoire. Je partis chercher la bouteille de champagne ainsi que deux coupes, et les déposais sur le côté le plus large de la baignoire. Rose en main, j'entendais la porte d'entrée s'ouvrir. Nul doute c'était elle. Je l'attendais alors impatiemment, une main derrière le dos, celle étant en possession de la rose. La porte de la salle de bain s'ouvrit tout doucement pour laisser place à ma petite amie. Un sourire se glissait automatiquement sur mes lèvres, à sa vue. Sa petite remarque me fis légèrement rire. Elle avait toujours le mot pour rire. « Mince, moi qui pensais trouver un trésor grâce auquel je deviendrais riche, je me suis trompé de maison ! » Je riais légèrement, et m'approchais d'elle, avant de lui présenter une belle rose rouge vive. « Joyeuse saint-valentin mon coeur » Je vins alors déposer mes lèvres contre les siennes, lui offrant un tendre baiser. J'espérais vraiment que cela lui plaise.


Dernière édition par H. Stanislas Tsiolkovski le Ven 8 Mar - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Lun 4 Mar - 17:51

would you be my valentin,
Ce soir, je n’avais plus qu’une envie : rentrer chez moi et me prélasser dans mon canapé. La fin d’après-midi que je venais de passer avec Katarjina avait été très agréable comme toujours, mais exténuante aussi. J’étais seule chez moi pour la soirée, c’était l’occasion de m’affaler devant la télévision et de me goinfrer de tout et n’importe quoi. Après tout, c’était le moment d’en profiter. Par ailleurs, je n’avais ni envie d’étudier ni de cuisiner. Le plan de ma soirée en tête, c’est avec le sourire aux lèvres que je me dirigeai vers mon petit chez-moi. Toutefois, le sourire que j’arborais vint rapidement à s’évanouir lorsque je m’aperçus que je n’avais plus mes clés. Evidemment, il fallait que ça tombe sur moi… et aujourd’hui en plus. Comment avais-je bien pu les égarer alors que je n’y avais pas touché depuis ce matin ? Après avoir fouillé maintes et maintes fois mon sac et mes poches, j’en vins donc à considérer mes clés comme perdues… et moi avec. Sans grande conviction, j’appuyai quand même sur la poignée : l’espoir fait vivre et ne sait-on jamais, un miracle est toujours possible. Et en effet, par miracle, la porte s’ouvrit. Mon père avait sûrement oublié de fermer la porte en partant, mais c’était une chance pour moi. A peine à l’intérieur, je lâchai mes sacs au sol et me débarrassai de ma veste ainsi que de mes chaussures. Dans l’obscurité, tout m’avait paru intact. Cependant, une fois que j’appuyai sur l’interrupteur, la lumière vint éclairer la pièce, dévoilant tout au sol trois chemins dessinés de pétales de roses. Intriguée, je me contentais de suivre le premier chemin qui me menait tout droit à la salle de bain dans laquelle je pénétrai doucement. Dès mon entrée dans la pièce, je fus surprise par la décoration pour le moins inhabituelle. Puis, alors que mes yeux se posaient sur mon petit ami qui se trouvait là, j’esquissai un sourire avant de lui avouer qu’il n’y avait rien à voler ici. En effet, à la façon dont il s’était immiscé chez moi, j’aurais tout à fait pu croire que c’était un cambrioleur. Heureusement que je n’avais pas pensé à l’assommer avec une lampe torche ou autre chose. « Mince, moi qui pensais trouver un trésor grâce auquel je deviendrais riche, je me suis trompé de maison ! » Je quittai l’entrée de la pièce pour me diriger vers Stanislas. Pas besoin de trésor puisque je suis là, me vantai-je gentiment sur le ton de la plaisanterie. Je pris par la suite la rose qu’il me tendait, répondant à son baiser dans le même temps. J’ai cru que tu n’allais même pas m’appeler, avouai-je en prenant une mine boudeuse. Joyeuse Saint-Valentin, répétai-je en souriant simplement. C’est donc à toi que je dois la perte de mes clés ? T’es au courant que j’ai fouillé dans mon sac pendant des heures ? exagérai-je en riant.

Spoiler:
 



cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Ven 8 Mar - 15:19

Maintenant que tout était prêt, je n'attendais plus que l'arrivée de ma petite amie. Suite au message reçu de ma soeur, j'avais rempli le bain de façon à ce qu'il soit bien chaud lors de son arrivée, mais également que les décorations soient mises. Dès lors où je terminais les préparatifs du bain, je pouvais entendre des bruits de pas. C'était elle, sans aucuns doutes. Je l'attendais patiemment, sourire aux lèvres. Lorsqu'elle ouvrait la porte de la salle de bain, elle voyait en premier plan le fameux bain, préparé avec amour, en second plan se trouvait la bouteille de champagne ainsi que deux petites coupes en verre, et en troisième plan, son petit ami, donc moi. Une main derrière le dos, je m'avançais pas à pas vers elle. Ayant un sens de l'humour très développé, cette dernière ne put s'empêcher de me faire une petite remarque quant au fait qu'il n'y avait absolument rien à voler dans son appartement. Faisant sous-entendre que j'étais un cambrioleur. C'est vrai que j'avais le physique pour, et que j'étais plutôt du genre à venir voler chez ma petite amie. Je ne pu alors me retenir de rire face à cette remarque, et de lui répondre à mon tour que j'étais déçu, car je pensais trouver un trésor afin de le revendre et de devenir riche grâce à elle. Manqué, sa ne serait pas pour aujourd'hui. Je m'étais alors stoppé dans ma marche, et Evannah prit le relai, s'avançant à son tour vers moi. La jeune fille ne manquait pas l'occasion de vanter ses mérites, en me disant tout naturellement qu'il n'y avait pas besoin de trésor, elle était là. Il est vrai qu'elle valait bien plus qu'un simple trésor à mes yeux, et tant qu'à choisir entre un trésor et Evannah, le choix était vite fait, je choisissais ma petite amie sans aucune hésitation. Et je pense que si elle m'avait fait cette remarque c'est parce qu'elle savait pertinemment ce que je pensais d'elle. A mes yeux, il n'y avait pas plus beau, pas plus merveilleux qu'elle. J'avais tendance à l'idéaliser, pour moi, elle était parfaite. Et j'avais énormément de chances d'avoir su conquérir son coeur car ce que je vivais avec elle, n'était pas comparable avec mes précédentes conquêtes. Elle était réellement la seule qui avait su me rendre fou amoureux d'elle, au point d'être prêt à tout pour elle. « Tu as raison, tu vaux bien plus que tous les trésors du monde » lui avouais-je alors, un petit sourire en coin se hissant sur mes lèvres. Je sortis ensuite ma main de derrière mon dos, afin de lui présenter une rose rouge, sans doute la plus belle du bouquet, qui résidait sur la table, dans le salon. J'en profitais pour lui offrir un tendre baiser, lui souhaitant une joyeuse saint valentin. Sa réaction ne m'étonnais pas le moins du monde, et c'est justement l'effet que je voulais que sa ai sur elle. « C'était fait exprès, je voulais que tu penses que j'avais oublié, afin que tu sois d'autant plus surprise » Je souriais de plus belle, lorsqu'elle me souhaitait à mon tour une joyeuse saint valentin, même si je n'étais pas un adepte de cette fête, si on pouvait appeler ça ainsi, je devais avouer que j'étais plutôt content de passer la soirée en compagnie de ma petite amie. Tout était un bon prétexte pour la voir. « C'est donc à moi oui » répondis-je fièrement à sa question. « C'était le seul moyen pour moi de te surprendre. Si j'avais préparé une petite soirée chez moi, et que je t'avais demandé de venir, tu aurais tout de suite fait le rapprochement, hors là, tu étais loin de t'imaginer quoi que ce soit » Je souriais ensuite fièrement. Je pouvais l'être, elle avait été surprise, et tout ce que j'avais prévu avait finalement marché à merveille. Le fait qu'elle pense que j'ai pu l'oublier, l'obtention de ses clés, sa balade dans le centre commercial avec ma soeur afin de l'occuper, et son arrivée chez elle. Tout était calculé, et j'étais fier du résultat. « D'ailleurs, il faudra que je remercie ma soeur, car oui, elle faisait parti du coup monté, je lui ai demandé de t'emmener avec elle faire les boutiques afin de me laisser une marge pour terminer les préparatifs, j'espère que cela te plais, d'ailleurs »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Ven 8 Mar - 18:03

would you be my valentin,
Pour sûr, j’avais été surprise. La preuve en était que si je n’avais pas pris la peine d’allumer la lumière, j’aurais sûrement cru qu’un cambrioleur était venu faire ses affaires. Heureusement pour moi, les cambrioleurs ne laissent pas de pétales de rose derrière eux. Aussi, dès lors que je posai les yeux au sol, j’eu ma petite idée de l’identité de la personne qui avait pénétré chez moi. D’ailleurs, plus j’avançais dans la maison, plus la nouvelle décoration de cette dernière venait me confirmer mes pensées. De manière naturelle, sans même m’en rendre compte, j’esquissai un sourire. Silencieuse, je me contentai de suivre le chemin indiqué jusqu’à pénétrer dans la salle de bain où je découvris mon petit ami, Stanislas. Mon sourire s’accentua alors tandis que mes yeux parcouraient la pièce, s’attardant sur chaque détail. C’était vraiment très joli, et Stan n’avait rien laissé au hasard. En plus de ça, il était encore plus adorable que d’habitude (si si, c’est possible). « Tu as raison, tu vaux bien plus que tous les trésors du monde » De mon côté, j’avais sorti cette remarque sans réfléchir, plus sur le ton de la plaisanterie qu’autre chose. Toutefois, savoir qu’il le pensait quand même me faisait plaisir et me touchait tout autant. Arrêtes, je vais finir par le croire, répondis-je simplement, sourire aux lèvres. Mais… ne crois pas que tu vas t’en tirer comme ça espèce de traitre, ajoutai-je en l’attrapant doucement par le col avant de déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. Si j’e croyais ses dires, Stan avait bien évidemment tout manigancé de A jusqu’à Z, sans oublier de faire semblant d’avoir oublié de me souhaiter une bonne Saint Valentin. Non, cette fête n’était pas des plus importantes pour moi puisque comme la plupart des personnes, je la considérais plus comme commerciale qu’autre chose. Toutefois, il n’en restait pas moins que j’étais une fille, et que j’aimais tout de même qu’on me la souhaite. Par ailleurs, c’était toujours une bonne raison de passer du temps avec mon petit ami, et ça, ce n’était pas négligeable. « C'était fait exprès, je voulais que tu penses que j'avais oublié, afin que tu sois d'autant plus surprise » Et voilà. En plus de ça, monsieur insistait. Et t’es fier de toi en plus ? le questionnai-je ironiquement. Fais pas trop le malin, j’étais à deux doigts de te plaquer, ajoutai-je en tentant de garder mon sérieux du mieux que je pouvais. Evidemment, cette dernière affirmation était tout sauf vraie, et Stan’ le savait tout autant que moi. C’était ma façon à moi de faire entendre ma voix tout de même, je n’allais pas en plus le remercier de m’avoir fait chercher mes clés pendant je ne sais combien de temps dans le froid. D’ailleurs, tu sais quoi ? T’as tout gagné ! Je vais de ce pas enfiler un vieux survet’ tout pourri, un gilet bien chaud, de grosses chaussettes, et les gants et le bonnet qui vont avec ! m’exclamai-je en riant. La météo n’était pas des plus favorables à Londres en ce moment. C’était un temps d’hiver, ni plus ni moins. Alors évidemment, je me serais bien passée d’être restée dehors de longues minutes durant. Ceci étant, je me demandais bien de quelle manière i s’y était pris pour me piquer mes clés sans même que je ne le remarque. Je devais bien l’avouer, il était doué. « D'ailleurs, il faudra que je remercie ma soeur, car oui, elle faisait parti du coup monté, je lui ai demandé de t'emmener avec elle faire les boutiques afin de me laisser une marge pour terminer les préparatifs, j'espère que cela te plais, d'ailleurs » Immédiatement, j’ouvris de grands yeux ronds et lâchai un léger rire. Très bien, c’est pas grave, je n’aurais qu’à tuer le frère et la soeur, répondis-je simplement de la manière la plus naturelle possible. Enfin, je vais attendre la fin de la soirée pour ça, ne manquai-je pas de préciser, sourire aux lèvres. Je ne pris donc pas la peine de répondre à sa question ; le sourire que j’arborai depuis que j’avais mis les pieds ici en disait sûrement assez long sur ce que je pensais de tout cela. Il était évident que oui, cela me plaisait beaucoup.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Sam 9 Mar - 16:35

Si j'en croyais les dires de ma petite amie, elle s'attendait à tout, sauf à moi. En même temps, elle avait de quoi se poser des questions, non seulement elle ne trouvait pas ses clés de maison, mais en plus de ça, cette dernière était ouverte, quiconque aurait alors pu pénétrer l'intérieur, un cambrioleur par exemple, ce à quoi elle pensait, puisque c'est de la sorte qu'elle m'appelait. Pourtant, je n'avais rien d'un cambrioleur, et puis, un cambrioleur n'aurait jamais eu l'idée de préparer une petite surprise à l'habitante de la maison. Lorsque Evannah me tendait la perche, j'en profitais alors pour la taquiner, chose que je savais sans doute faire le mieux, toutefois, lorsqu'elle me disait être mieux qu'un trésor, je ne pouvais qu'approuver ses dires. A ces mots, mon petit côté romantique fit son apparition, lui avouant en toute sincérité, qu'elle valait bien plus que tous les trésors du monde. J'aurais très bien pu la taquiner de plus belle, mais j'avais tout simplement envie de lui rappeler combien elle comptait pour moi, même si elle savait pertinemment qu'elle représentait tout pour moi. « En même temps, tu aurais toutes les raisons de le croire » souriais-je alors, tandis que cette dernière empoignait mon col de chemise, afin de me menacer que malgré tout, je n'en sortirais pas indemne. Un petit sourire amusé se glissait sur mes lèvres, alors qu'elle vint plaquer les siennes contre les miennes. Ma main vint alors se poser sur sa nuque, afin d'ajouter un tant soit peu d'intensité à notre baiser. J'expliquais ensuite à ma petite amie, le pourquoi du comment je ne lui avais pas souhaité une joyeuse saint valentin lorsque je l'avais rencontré ce matin à l'université. Comme si j'avais une tête à oublier ce genre de chose. Elle me connaissait et savait combien je pouvais me montrer romantique quand je le voulais. Adorant faire plaisir à ma petite amie, il était évident que j'aurais fini tôt ou tard par le lui souhaiter. Et mieux encore, je lui avais organisé une petite soirée à l'occasion, tout était bon prétexte pour passer un merveilleux moment à ses côtés. Réalisant que tout était planifié, cette dernière ne put s'empêcher de se montrer surprise, avant de me demander si j'étais fier de moi. Inutile de lui répondre, mon petit sourire à la fois amusé et satisfait sur le coin de mes lèvres voulait en dire long. Ce qu'elle me dit par la suite me poussa à entrer dans son jeu, ainsi j'entre-ouvris mes lèvres de façon à ce quelles ne forment un "o", signe que j'étais choqué par ses propos. Evidemment, je n'en croyais pas un mot, comme si Evannah allait me plaquer pour lui avoir fait une telle surprise. Je m'étais donné beaucoup de mal afin de décorer sa maison, et d'avoir préparé le repas, et qu'importe le temps que j'avais pu passer à faire tout ça, du moment que ma petite amie était pleinement satisfaite, c'était le plus important. « Arrêtes de dire des bêtises oui » Je l'attirais à mon tour contre moi, et l'embrassais afin de la faire taire, et qu'elle ne cesse de dire n'importe quoi, car oui, elle disait n'importe quoi (a). Suite au baiser, elle reprit immédiatement la parole pour m'expliquer qu'elle allait de ce pas aller enfiler des vêtements nettement plus chaud. Visiblement, le temps qu'elle avait mit à chercher ses clés dans son sac avait été assez pour que le froid ne pénètre ses vêtements. En même temps, en plein mois de février, cela ne m'étonnais pas, il faisait toujours relativement froid en cette période à Londres. « Attends, il y a un bon bain tout chaud qui t'attends » C'était un moyen pour moi de la convaincre de ne pas aller enfiler son survêtement, de plus, j'avais du mal à croire qu'elle aurait été capable de faire ça, néanmoins, j'en profitais pour venter les mérites de mon superbe bain chaud. « En plus, il a été préparé avec amour, tu ne me laisserais tout de même pas le prendre seul... » Une nouvelle fois, j'essayais de l'attendrir en optant pour une petite bouille des plus attendrissantes qui soit. J'espérais que cela marche. Mais la connaissant, je n'aurais pas de mal à la convaincre de prendre ce bain en ma compagnie.
J'en profitais ensuite pour lui expliquer que ma soeur était dans le coup, et qu'il faudra que je la remercie, car sans elle, je n'aurais pas eu le temps de tout terminer avant l'arrivée d'Evannah. Toutefois, en vue de la réponse de ma petite amie, j'aurais finalement mieux fait de me taire. Un certain dicton dit qu'il faut parfois tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de ne dire quoi que ce soit, et bien je crois que c'est ce que j'aurais du faire, car Evannah me menaçait de tuer ma soeur et moi, car nous étions tout deux dans le coup, cependant, elle ajoutait qu'elle se chargerait de ses meurtres une fois la soirée passée. « Mais tu sais qu'une fois que tu auras passé la soirée avec moi, avec ce qui t'attends, tu n'auras aucunement envie de me tuer » tentais-je de sauver ma peau tant bien que mal. De toutes les façons, elle serait incapable de me tuer (a).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Dim 10 Mar - 0:02

would you be my valentin,
Heureusement pour moi, la personne qui s’était introduite chez moi n’était autre que mon petit ami. D’ailleurs, heureusement pour lui aussi parce qu’un peu plus et je l’aurais assommé avec une lampe torche ; on n’est jamais trop prudents. Et peut-être même que j’aurais profité de son état d’inconscience pour le violer. Enfin bref, je m’égare. L’essentiel était que je n’avais rien tenté contre lui et que nous étions tous deux sains et saufs. A en croire ses paroles, je valais même plus qu’un trésor. S’il savait que j’avais failli l’assommer en le prenant pour un cambrioleur, il aurait sûrement changé d’avis (a). Je restai donc silencieuse, me contentant de sourire. « En même temps, tu aurais toutes les raisons de le croire » Hm, j’en suis pas aussi sûre que toi mais… j’accepte le compliment, répondis-je simplement, souriant de plus belle. Par ailleurs, je n’étais pas du genre à broncher lorsqu’on me faisait un compliment, autant que je n’étais pas du genre à bouder si mon petit-ami avait oublié de me souhaiter une bonne Saint-Valentin. Je n’étais pas une fille foncièrement romantique, bien que j’aie tendance à le devenir en présence de Stan’, je devais bien l’admettre. Cependant, je ne manquais pas de le taquiner sur le sujet. Il savait tout autant que moi que j’étais rarement sérieuse, notamment lorsque que je m’amusais à l’embêter. Je devais avouer que cela faisait partie de mes passe-temps favoris. D’ailleurs je ne manquais pas de continuer dans ma lancée, inventant que j’étais à deux doigts de le plaquer pour seule et unique raison qu’il avait oublié de me souhaiter la Saint-Valentin. Je pouvais jouer les petites amies chiantes parfois. Ça, c’était mon second passe-temps favori. Quoi qu’il en soit, Stan’ savait à quoi s’attendre avec moi et savait déceler le vrai du faux. C’était l’essentiel. « Arrêtes de dire des bêtises oui » Je ris suite à ses propos. Moi ? le questionnai-je innocemment. Tu sais très bien que je suis la voix de la raison, faut pas être jaloux comme ça, plaisantai-je ensuite en tirant légèrement la langue. Dire des bêtises n’était absolument pas mon genre. Du moins, c’est ce que j’essayais de faire croire – sans succès je crois bien. Ce qui était sûr en tout cas, c’était que moi, j’avais froid. Et ça, je le devais à mon très cher petit ami. Aussi, je le menaçais d’aller m’emmitoufler dans des vêtements bien chauds pour toute la soirée et de ne pas en sortir avant le lendemain matin. De mon point de vue, c’était un bon compromis. Toutefois, ce n’était visiblement pas l’avis de Stanislas puisqu’aussitôt, il ne manqua pas de me parler du bon petit bain chaud qui nous attendait. « Attends, il y a un bon bain tout chaud qui. En plus, il a été préparé avec amour, tu ne me laisserais tout de même pas le prendre seul... » Mon attention se porta naturellement sur le bain en question qui me faisait de l’œil, en effet. Cependant, je n’étais pas décidée à céder, préférant l’embêter encore un peu. Je vais me gêner, tiens ! répliquai-je tandis qu’un sourire en coin se dessinait sur mes lèvres. J’essayai tant bien que mal de ne pas craquer face au regard de merlan frit qu’il m’adressait. Pff, t’as vraiment aucune pitié pour me faire ces yeux-là, me plaignis-je en faisant la mou. Je n’étais pourtant pas décidée à craquer puisque j’avais prévu de le tuer à la fin de la soirée ; c’était un simple retour des choses. La famille Tsiolkovski était vraiment une famille de traîtres (a). Forcément, lorsque je mis Stanislas au courant de mes intentions de meurtre, il tenta de me dissuader et de se disculper comme il le pouvait. « Mais tu sais qu'une fois que tu auras passé la soirée avec moi, avec ce qui t'attends, tu n'auras aucunement envie de me tuer » Je te trouve bien sûr de toi, soulignai-je dans un premier temps. Fais attention, les gens comme ça finissent dans mon congélateur en général, terminai-je avant de rire.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Lun 11 Mar - 23:32

Loin de ressembler à un cambrioleur, si je m'étais introduit chez ma petite amie aujourd'hui, ce n'était non pas pour lui dérober quoi que ce soit, mais plutôt pour lui préparer une petite soirée en amoureux au thème de la saint-valentin, comme nous étion le 14 février, jour des amoureux. Toutefois, c'est ce que ma petite amie croyait au début, avant de me découvrir dans sa salle de bain, me faisant la remarque comme quoi il n'y avait rien à voler ici. Cette remarque me fit légèrement rire, et me poussais à la taquiner, quand cette dernière m'avoua que je n'avais pas besoin de trésor car elle était là. Une tendre remarque sortie d'entre mes lèvres, lui avouant qu'elle valait bien plus que tous les trésors du monde, c'est comme ça que je la voyais moi. « Chuut, tu dis n'importe quoi » je posais dans un premier temps mon index pour la faire taire. Puisque je lui disais qu'elle avait toutes les raisons de le croire, c'est que c'était vrai, elle finit alors par accepter mon compliment. « Je préfère » répondis-je, en souriant. Je commençais alors à lui expliquer que tout avait été planifié avant le jour-j, et que si j'avais homis de lui souhaiter une joyeuse saint-valentin, c'était justement pour qu'elle pense que je l'ai oublié. Il n'empêche qu'elle avait été bête de penser que moi, Stanislas Tsiolkovski, ait pu l'oublier. C'était tout bonnement impossible. Toutefois, je pouvais être fier de moi, car la surprise était plutôt réussie, mais ma petite amie ne put s'empêcher de me dire qu'elle avait manqué de me plaquer, comme si elle en était capable. Je n'en croyais pas un mot. C'est pourquoi, je vins l'embrasser pour la faire taire, il lui arrivait parfois de trop parler, pour finalement dire des bêtises. Il était donc parfois nécessaire de la faire taire, et la meilleure façon de le faire était de l'embrasser, j'étais sûr que là, elle ne dirait rien le temps du baiser (a). « Toi la voix de la raison ? Laisses moi rire » Je ris alors un instant, rire forcé évidemment, dans le but de la taquiner. « Je suis tellement jaloux, si tu savais ! » m'exclamais-je avant de rire de plus belle. S'il y avait une chose dont j'étais sûr c'est qu'il m'était impossible de m'ennuyer quand je me trouvais avec ma petite amie, nous étions toujours là à nous taquier. Je crois que c'était ce que nous sachions faire le mieux (a). Cependant, c'était plutôt drôle à voir. Tandis que la jeune fille avait eu froid lorsqu'elle fouillait son sac de fond en comble afin de trouver ses clés, qu'elle n'allait surement pas trouver car elles étaient en ma possession, cette dernière semblait s'excitée en peu lorsqu'elle me dit que puisque c'était comme ça, elle allait de ce pas enfiler un vieux survet', avec tout ce qui s'en suit. En gros, elle comptait s'habiller des pieds à la tête. Je fis alors une petite moue, tout en la regardant, et lui dit qu'elle avait un bon bain tout chaud qui l'attendait patiemment. Cependant, elle ne semblait pas en démordre, et semblait toujours vouloir aller enfiler des vêtements nettement moins sexy. Je me devais alors de me montrer convaincant. Tous les moyens étaient bons pour l'attendrir. Je fis alors une petite bouille attendrissante, et tentais de lui faire les yeux du chat botté, afin qu'elle ne craque. Au début, cela ne semblait pas marcher, puis au final, elle me dit que j'étais sans pitié, un sourire arborait alors mon visage. « Ca veut dire que ça marche ? » lui demandais-je tout en reprenant ma petite mine attendrissante (a).
Après ça, Evannah m'apprit ses intentions qui n'étaient surement pas dans mon avantage. Si j'en croyais ses dires, puisque ma soeur et moi étions dans le coup, elle m'expliquait qu'elle n'aurait plus qu'à tuer les Tsiolkovksi. Je grimaçais alors, et tentais au mieux de sauver ma peau, en lui expliquant qu'une fois qu'elle aurait passé la soirée avec moi, elle n'aurait plus aucunes raisons de me tuer. « Dis toi que sa en valait la peine, une belle soirée t'attend » tentais-je de nouveau de la dissuader de nous tuer (a). « Les gens peut être, mais moi, tu n'en serai pas capable » lâchais-je amusé. Je savais que tout comme me plaquer, elle ne serait pas capable de me tuer, je lui manquerais trop par la suite (a). Je jetais ensuite un oeil vers le bain, et regardais ensuite ma petite amie. « Alors, tu acceptes de prendre ce bain avec moi ? » demandais-je d'une voix enfantine. Je n'avais pas fais tout ça pour rien, et puis cela nous ferait le plus grand bien. De plus, il me faisait trop de l'oeil pour que j'attende encore longtemps (a). L'eau était bouillante, sa promettait d'être agréable. De plus, aux côtés de ma petite amie, ce bain ne pouvait être que parfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Mar 12 Mar - 0:55

would you be my valentin,
La soirée commençait bien puisque à peine avais-je mis les pieds dans la sale de bain que déjà mon petit ami me complimentait. Il fallait dire que l’on ne me disait pas tous les jours que je valais tous les trésors du monde. De la part de Stanislas, cela me touchais davantage, évidemment. Aussi, il ne me fallut pas plus de quelques secondes pour accepter ce compliment, et ce avec plaisir d’ailleurs. « Je préfère » Un sourire en coin se dessinait sur mon visage. Mais c’est que monsieur fait son autoritaire, même le jour de la Saint Valentin, fis-je mine de me plaindre en faisant un légère mou. Ceci étant, ce n’était pas pour autant que j’allais me priver des petits compliments de mon petit-ami. Après tout, c’était bien le jour adéquat pour en profiter. Cependant, je ne me privai pas non plus pour jouer les petites chieuses. Non non, je ne chômais pas, même un jour comme celui-ci. J’aimais bien l’embêter de temps en temps, et après tout, il me le rendait bien quand il voulait. C’était notre façon de s’aimer. Et pour continuer dans cette lancée, Stanislas vint contredire mes propos. « Toi la voix de la raison ? Laisses moi rire […] Je suis tellement jaloux, si tu savais ! » Je le frappait légèrement afin de lui signifier mon -faux- mécontentement. T’arrêtes de me contredire et de te moquer de moi ? Je te signale que t’as pas le droit aujourd’hui ! Si tu continues, je change de petit-ami et je vais passer la Saint-Valentin avec lui ! m’exclamai-je en concluant mes propos d’un baiser du bout des lèvres – oui parce qu’après tout, je n’en avais pas du tout l’intention de toute façon. Par contre, j’étais bien décidée à passer cette soirée recouverte de la tête aux pieds, tout d’abord parce que j’avais eu sacrément froid en cherchant mes clés, et ensuite pour me venger, parce qu’après tout, c’était de sa faute. Afin de me dissuader, Stanislas tenta de plaider sa cause en faisant intervenir le bon bain chaud qu’il avait fait couler pour nous. C’était déjà presque suffisant pour que je craque. Pourtant, mon petit ami surenchérit et mis toutes les chances de son côté en m’adressant une petite bouille trop craquante pour moi. « Ca veut dire que ça marche ? » Je n’avais aucune envie de céder, mais cette fois, c’était vraiment trop dur pour moi. De toute façon, je devais bien avouer qu’il m’aurait eu à l’usure. ça veut dire que ça marche, confirmai-je, reprenant ses propos. Mais ne crois pas que ça va me faire oublier ma mission : te tuer à la fin de la soirée ! répliquai-je aussitôt. Si je te tue avec une attaque de bisous… ça te va ? le questionnai-je avant de lui adresser un petit sourire enfantin. J’allai déposer la rose que Stan m’avait offert précédemment sur le plan de travail de la salle de bain, et revint vers mon petit ami, enroulant mes bras autour de sa taille. Si la soirée est bien, tu ne dormiras pas sur le canapé, plaisantai-je. Je n’avais aucun doute sur le fait que cette soirée serait une soirée réussie. Un simple moment avait Stanislas me suffisait de toute façon. « Alors, tu acceptes de prendre ce bain avec moi ? » Evidemment que j’accepte. J’exige même qu’on y aille tout de suite. Me force pas à te déshabiller ! Je ris avant de me détacher de mon petit ami. Je me dévêtis ensuite et filai dans le bain chaud que mon petit ami m’avais préparé, sourire aux lèvres.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Mer 13 Mar - 15:28

Pour débuter la soirée, j'avais complimenté ma petite amie, quant au fait qu'elle était bien plus importante, et qu'elle valait bien plus que tous les trésors du monde. A mes yeux, Evannah était mon seul et unique trésor. Ma plus belle merveille. Seulement, elle ne pouvait s'empêcher de me contredire, visiblement, pour elle, je me trompais. Mais moi, je savais ce que j'affirmais. C'est pourquoi, je lui montrais mon mécontentement, en posant le bout de mon index sur ses lèvres, dans le but de la faire taire. Hors de questions d'écouter une minute de plus ce genre de bêtises. « Et c'est que mademoiselle essaie de me contredire même le jour de la Saint-Valentin, quand je lui dis quelque chose de mignon, et de sincère » J'émis un léger rire, tandis que sa moue me faisait littéralement craquer, ainsi, je vins déposer mes lèvres contre les siennes, lui offrant un tendre baiser. A croire que même en ce jour des amoureux, nous ne changions pas, nous continuions de se taquiner, ainsi que de se contredire. C'était un domaine dans lequel nous excellions avec brio. Je crois qu'il n'y avait pas un jour qui passait sans que nous nous lancions une petite remarque. Nous aimions ça, nous chercher, c'est de cette façon que notre relation a débuter. Et encore aujourd'hui, nous ne cessions de progresser dans ce domaine. Une chose était sûr, c'est que l'on ne pouvait jamais s'ennuyer. Nous avions toujours quelque chose à redire. Sa remarque suivi du baiser qu'elle me donnait rompait toute crédibilité. Je plaquais ma main derrière sa nuque, et la regardais d'un air amusé. « Est-ce que tu te crois une seule seconde crédible? non parce que tes propos sont en total désaccord avec tes actes » C'est alors que je souriais, fier de ma réponse. Cependant, mon sourire perdit tout son éclat quand cette dernière m'avouait vouloir aller se changer, et s'emmitoufler dans des vêtements un peu plus chaud, et ainsi délaisser le bain que j'avais préparé avec amour. Je me devais alors de la convaincre de se réchauffer non pas avec des fringues, mais dans ce bain chaud. Pour se faire, j'usais des mes talents de comédien, et optais pour la bouille du chat botté. Cela semblait fonctionner, étant donné qu'Evannah me dit que je n'avais pas le droit de faire ça. J'en déduisais donc que cela marchait, et c'est en reprenant mes mots que je compris que cela fonctionnait vraiment. Sourire aux lèvres, je mettais celui-ci de côté pour laisser place à une vilaine grimace lorsqu'elle me rappelait qu'elle n'avait pas oublié de me tuer, mais celui-ci ré-apparu rapidement, quand elle me demandait si une attaque de bisous m'allait. Ah ça oui, il n'y avait pas mieux comme attaque que ça. Mourir sous d'innombrable bisous de sa petite amie, il n'y avait pas meilleure mort. « Si mourir, signifie ici mourir en t'embrassant, alors ton attaque me semble parfaite pour mettre fin à mes jours » répondis-je alors, avant de légèrement rire. En même temps, je serai bien difficile de refuser une telle attaque ou plutôt une telle proposition, quand on savait que j'étais un grand fan des bisous de ma petite amie. Je trouvais qu'elle embrassait parfaitement bien (a). Evannah s'éloignait ensuite de moi, déposant sa rose sur le bord du lavabo, là où résidait tous ses produits de beautés : démaquillant, coton, boite à maquillage, et j'en passe. Elle ne tardait pas à revenir auprès de moi, enroulant ses bras autour de ma taille, quant à moi, je glissais les miens autour de son cou, venant déposer un doux baiser sur son front, avant de la regarder, un sourire perchait sur mes lèvres. « Je n'ai plus qu'à croiser les doigts pour qu'elle te plaise » dis-je alors, en riant légèrement, même si connaissant Evannah, j'étais persuadé que cela lui plairais, pour ma part, même si j'avais fais quelque chose de simple, la soirée n'aurait pu qu'être parfaite, étant donné que je la passais aux côtés de la fille que j'aimais de tout mon coeur. Je revins toutefois à la charge, demandant à ma petite amie, si elle avait changé d'avis et si elle souhaitait prendre ce bain avec moi. Si nous ne tardions trop, la température de l'eau chuterait, et prendre un bain tiède, ne me tentais pas trop. Heureusement que je l'avais fais couler bien chaud, voir bouillant, de façon à ce qu'il ne refroidisse que très légèrement le temps que nous parlions un peu. « Oh oui, déshabilles moi, mon coeur » plaisantais-je alors. Nous nous détachions alors l'un de l'autre, afin d'ôter nos vêtements respectifs, pour ensuite nous glisser dans ce bain chaud, au couleur de l'amour. J'attrapais, une fois bien confortablement installé dans le bain, la bouteille de champagne, ouvrant cette dernière. J'en versais dans une petite coupe que je tendis à ma petite amie, pour ensuite m'en versais dans une seconde coupe. « Je te souhaite encore une joyeux saint valentin » Je portais mon verre vers le sien, cognant légèrement ce dernier afin de trinquer à notre petite soirée en amoureux. Je buvais ensuite une gorgée de ce dernier. « Il te plaît ? » lui demandais-je, à propos du champagne, pour ma part, je le trouvais bon, espérant qu'il convienne à ma petite amie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Mer 13 Mar - 22:51

would you be my valentin,
Même le jour de la Saint Valentin, je voulais avoir le dernier mot. Après tout, je n’allais pas m’arrêter dans ma lancée. En plus, Stan’ faisait de même alors je n’avais aucune raison de m’en priver. De toute façon, chassez le naturel, il revient au galop. « Et c'est que mademoiselle essaie de me contredire même le jour de la Saint-Valentin, quand je lui dis quelque chose de mignon, et de sincère » C’est possible oui, mais moi, j’ai le droit, me contentai-je de répondre tout en lui adressant un sourire satisfait. Oui, j’établissais mes propres règles parfois lorsque ça avait le don de m’arranger. Quand cela me permettait d’avoir le dernier mot, c’était franchement un avantage. Cependant, lorsque je l’embrassai à nouveau, Stan en profita pour relancer les hostilités. « Est-ce que tu te crois une seule seconde crédible? non parce que tes propos sont en total désaccord avec tes actes » Immobile, je me contentais de le regarder pendant quelques secondes, une mine boudeuse sur le visage. Premièrement… j’ai pas remarqué moi, lâchai-je en faisant mine de rien avant de poursuivre mon discours. Deuxièmement, je fais ce que je veux. Si j’ai envie d’embrasser mon petit ami, je le fais. C’est pas pour autant que ça veut dire que j’ai pas envie de te plaquer, ou de te tuer… ou les deux, tiens ! Et troisièmement… franchement, on s’en fout ! J’accompagnais mes propos de grands gestes qui devaient parfaitement démontrer mon envie d’avoir raison à tout prix. C’était beaucoup plus drôle quand c’était Stan qui avait tort – ou plutôt, quand je lui donnais tort moi-même. Aussi, puisque je l’avais menacé quelques minutes auparavant de le tuer, je n’allais pas revenir en arrière. Néanmoins, grâce à ma bonté d’âme hors du commun, je me décidai à alléger sa peine. Une attaque de bisou, je trouvais ça plutôt bien. « Si mourir, signifie ici mourir en t'embrassant, alors ton attaque me semble parfaite pour mettre fin à mes jours » Je souris alors, fière de moi. Ah, je savais bien que ma proposition ferait mouche ! J’ai toujours des idées remarquables, fis-je mine de me venter avant de rire. D’ailleurs, j’étais tellement gentille ce soir -il fallait croire que j’étais de bonne composition- que j’effleurai même l’idée de cesser toute activité meurtrière à son égard si la soirée me plaisait assez. Encore une fois, cette histoire m’arrangeait plutôt puisque j’étais persuadée que cette soirée allait être parfaite. Je n’aurais donc pas à tuer mon petit ami par la suite, et c‘était bien mieux ainsi. « Je n'ai plus qu'à croiser les doigts pour qu'elle te plaise » Je fis une légère grimace, griace qui signifia à Stan’ que je n’étais pas réellement sûre du résultat. Rah, je sais pas trop… Je peux être très difficile parfois, tu sais que je suis un juge très sévère, répondis-je simplement sans en penser un mot. Mais bien sûr que ça va me plaire. De toute façon, si je suis avec toi, tout me plaît, le rassurai-je, concluant mes propos d’un léger sourire. D’ailleurs, le bain qu’il avait fait couler pour l’occasion me faisait de l’œil, et je ne pus résister plus longtemps. Une fois que nous eûmes ôté nos vêtements, nous pénétrions tous deux dans l’eau dont la température était parfaite. Par ailleurs, cela faisait du bien de prendre un bon bain chaud après avoir passé de longues minutes dehors. Et lorsque c‘était en compagnie de Stan en plus, c’était encore mieux. Il me servit ensuite du champagne dans une coupe avec laquelle je trinquais contre la sienne. Merci beaucoup. Bonne Saint Valentin à toi aussi, répondis-je simplement, sourire aux lèvres avant de porter ma coupe de champagne jusqu’à ces dernières. « Il te plaît ? » J’arquai les sourcils. Qui ? Mon petit ami ? Ouais ça va, il me plait plutôt bien, plaisantai-je avant de rire. Et son champagne est délicieux, terminai-je simplement, reprenant une gorgée.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Jeu 14 Mar - 13:02

« Je ne vois pas pourquoi tu aurais le droit, et pas moi ! » m'empressais-je de répondre du tac au tac. Encore une fois, j'étais tout sauf d'accord avec elle, et je ne m'en cachais pas pour le lui montrer. Je crois que c'était officiel, la contredire était quelque chose que j'aimais vraiment beaucoup, et tout comme elle, j'étais du genre a toujours vouloir avoir le dernier mot, alors autant vous dire qu'on entrait souvent dans des petits conflits de savoir qui aura le dernier mot sur qui (a). Une fois de plus, ma petite amie me menaçait non pas seulement de me plaquer, mais d'également changer de petit ami, et fêter la saint-valentin avec ce dernier, toutefois, elle accompagnait ses propos d'un baiser. Comment vous dire qu'à ce moment là... Mademoiselle perdait toute crédibilité (a). Je ne manquais d'ailleurs pas de lui faire la remarque, sur le ton de la plaisanterie. Cette dernière se mit alors à faire de grandes gestes, tout en s'emportant, légèrement dirions nous (a). Quant à moi, je restais plantait là, à la regardais faire, très honnêtement, je n'avais qu'une seule envie à cet instant même, c'était de rire, mais... Pour ne pas énerver d'avantage ma petite amie, je m'abstenais, c'était le mieux à faire pour ma survie. Déjà qu'elle avait des envies de meurtre à mon égard, je n'allais donc pas la chercher d'avantage sous peine qu'elle ne me tue vraiment, sait-on jamais (a). « Et sinon tu peux éventuellement respirer hein » lançais-je de façon amuser, car elle venait de parler non-stop, pas une seconde de répit, elle devait sans doute avoir besoin de respirer. J'attrapais ensuite doucement ses poignets entre mes mains. « Et puis cesses dont tes gestes brusques, tu vas finir par me crever un oeil » ajoutais-je, tout en rigolant légèrement. Me tuer... J'allais vraiment finir par croire qu'elle voulait ma mort avec ses menaces, toutefois, grâce à sa bonté d'âme. Elle me proposait une attaque de bisous, autant vous dire que c'était plutôt une belle mort à mes yeux (a). C'est donc sans broncher que j'acceptais volontier qu'elle m'attaque à coup de bisous, elle ne manquait pas quant à elle, de venter sa proposition que je jugeais très intéressante. « Sa y est, voilà qu'elle va prendre la grosse tête » lâchais-je d'un ton blasé, tout en levant les yeux au ciel, histoire de la taquiner un peu, et de la faire redescendre sur terre, parce qu'à ce rythme là, elle s'envolait là (a). Ma survie quant à elle, ne tenait qu'à un fil, si je ne voulais pas que ma petite amie mette fin à mes jours, il fallait que la soirée lui plaise. J'étais plutôt sûr de moi, toutefois, j'aimais bien entrer dans son petit jeu, faire celui qui y croyait dur comme fer. Sa grimace me laissait perplexe. Elle commençait par se dire être un juge très sévère avant de se reprendre en disant que du moment qu'elle était avec moi, la soirée ne pouvait être que réussi. Dès lors, un sourire arborait mon visage. « Bon m'en voilà rassuré alors » concluais-je en lui adressant un sourire. N'ayant pas perdu le nord, j'en revenais à ce fameux bain, dans lequel j'avais drôlement envie de me glisser. Non pas tout seul, mais aux côtés d'Evannah. Cette dernière ne perdait pas de temps à ôter ses vêtements afin de se glisser dans le bain chaud que je lui avais soigneusement préparé, je me déshabillais à mon tour, pour rejoindre ma petite amie dans le bain. Notre soirée débutait enfin, et pour se faire, j'attrapais la bouteille de champagne et nous servait une coupe à chacun, tout en trinquant, je souhaitais de nouveau une joyeuse saint-valentin à ma petite amie, qui en fit de même. Un sourire se glissait sur mes lèvres, puis je portais ma coupe de champagne sur mes lèvres, buvant un coup. Instinctivement, je lui demandais comment elle trouvait le champagne. D'un air plaisantin, elle parlait de moi en disant que je lui plaisais, je riais légèrement, puis elle ajoutait qu'elle aimait le champagne. « J'aime quand tu me dis ce genre de choses » commençais-je par dire, en souriant. « Ca me rassure, j'ai longuement hésité dans le rayon, je ne savais pas quelle bouteille choisir mais celle-ci m'inspirais » m'expliquais-je alors, j'avais réellement dû passer un bon quart d'heure dans le rayon à choisir la bouteille. « Et toi, tu t'es trouvée quelque chose toute à l'heure ? » lui demandais-je curieusement, sachant pertinemment qu'elle avait été faire les boutiques avec ma soeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Jeu 14 Mar - 22:44

would you be my valentin,
Avec moi, les choses étaient relativement simples : j’avais toujours raison et à fortiori, les autres avaient toujours tort. A vrai dire, c’était une règle très pratique et qui avait le mériter de fonctionner plutôt bien, surtout pour ma conscience. Toutefois, les autres en questions ne sont pas toujours d’accord avec cette idée, et ce fut en effet le cas avec Stanislas. « Je ne vois pas pourquoi tu aurais le droit, et pas moi ! » J’ouvris de grands yeux comme si je ne pouvais pas comprendre qu’il me pose cette question. Pourquoi ? Parce que je suis une fille et qu’en plus, ça ne se fait pas de contredire une fille le jour de la Saint-Valentin. Des excuses bidons de ce genre, j’en avais à revendre, et je pouvais lui en servir sur un plateau d’argent dès qu’il le voulait. Leçon numéro une, toujours avoir réponse à tout. C’était la clé. Bien décidée à plaider ma cause, je déballai donc un discours, un vrai de vrai comme on n’en fait plus, histoire de mettre toutes les chances de mon côté. « Et sinon tu peux éventuellement respirer hein » Je hochai légèrement la tête sur le côté tandis qu’une grimace s’emparait de mes lèvres malgré moi. Toi… tu vas vraiment terminer la soirée tout seule, l’avertis-je le plus sérieux du monde, troquant ma grimace pour une mine boudeuse. Contre toute attente, lorsque Stan stoppa ensuite mes gestes en retenant mes poignets, je ne me défendis pas mais restais immobile, au contraire. Laisses-moi, tu vois pas que je boude ? le questionnai-je rhétoriquement en m’efforçant de regarder ailleurs. Encore une fois, la situation n’était pas à son avantage s’il voulait réellement éviter que je ne le tue, ce qui était pourtant bel et bien dans mes projets. Moi qui avait auparavant suggéré d’utiliser des bisous pour seule arme, j’allais peut-être réviser ma méthode tout compte fait. Tu sais quoi ? Tu ne mérites même pas de bisous. Grève des bisous, voilà ! m’exclamai-je, tournant de nouveau le regard afin de ne pas rire ou encore craquer. Bon d’accord, c’était une décision plutôt bête étant donné la date à laquelle nous étions, mais tout était bon pour avoir le dernier mot. En plus de ça, dès que j’ouvrais la bouche, Stanislas était là pour répliquer. « Sa y est, voilà qu'elle va prendre la grosse tête » L’air agacée, je ne répondis rien, toujours d’humeur boudeuse.
Heureusement pour lui, je n’étais pas d’humeur à me venger de son attitude. C’était tout de même la Saint Valentin. Au pire, je le lui ferai payer plus tard, il n’y avait pas d’urgences . Aussi, je ne me fis pas prier pour enfin goûter au bain qu’avait préparé Stanislas. La chaleur de l’eau était parfaite et c’était agréable. Du champagne vint accompagner ce petit moment et, alors que mon petit ami m’avouait avoir passé de longues minutes dans le rayon pour enfin sélectionner cette bouteille, je ne pus que l’apprécier davantage. En tous les cas, je ne m’y connaissais pas vraiment bien en termes de champagne. Je n’étais pas de ce milieu et à vrai dire, j’étais facilement satisfaite. Toutefois, je ne doutais pas du fait que Stan’ avait probablement dû le choisir avec attention et goût. Pour toute réponse, je lui adressai un simple sourire. Par la suite, il s’intéressa également à mes achats à moi qui avaient été plutôt nombreux et beaucoup plus rapides et spontanés, sûrement. Mon portefeuille a souffert, oui, avouai-je en arborant une légère grimace. Je pense que je ne vais pas pouvoir y retourner avant… des années ! terminai-je avant de rire.



cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Dim 17 Mar - 17:59

Sous prétexte que nous étions le jour de la Saint Valentin, à en écouter ma petite amie, je n'avais pas à la contredire. Evidemment elle avait le droit, mais pas moi. Tout était prétexte pour avoir raison, j'avais bien vu dans son jeu, sauf que je n'étais pas du genre à me laisser faire, et tout comme elle, j'aimais avoir le dernier mot. « Je suis tout, sauf d'accord avec ta théorie là, qui finalement ne marche que pour toi ! » déclarais-je en rigolant légèrement. Si elle croyait qu'elle allait s'en tirer comme ça avec une excuse bidon, elle pouvait se mettre le doigt dans l'oeil, je n'étais pas prêt à lâcher le morceau, tout comme elle visiblement. La taquiner était devenue quelque chose que j'adorais faire, sachant qu'elle mordait toujours à l'hameçon, tout comme moi dans le cas contraire. Nous n'aimions en aucun cas laisser le dernier mot à l'autre, quitte à dire n'importe quoi pour plaider sa cause, chose que ma petite amie était entrain de faire, s'aidant de grands gestes afin d'appuyer ses mots. J'avais à deux reprises reculé légèrement la tête, sentant le moment où je me prendrais un mauvais coup sans qu'elle n'ait fait exprès. Quand elle eut enfin terminé sa tirade, durant laquelle je m'étais retenu de rire, je lui fis la remarque qu'elle pouvait tout de même respirer. Et une nouvelle menace, une. Je crois que ça n'allait pas à mon avantage tout ça (a). Je grimaçais alors face à cette menace, et m'emparais de ses poignets pour la calmer. C'est alors qu'elle me rétorquait d'une mine boudeuse de la laisser car elle boudait. Face à cette bouille, je ne pus me retenir de sourire. Elle était trop mignonne. « Oh mon bébé qui boude, viens par là que ton chéri se fasse pardonner » Je ne lui laissais pas le choix, et l'embrasser une nouvelle fois pour me faire pardonner de la taquiner autant, elle devait parfois me trouver insupportable, une chance pour moi qu'elle ne m'ait pas encore quitté pour ça (a). Une nouvelle fois, j'aurais du me retenir de parler. Je crois que je vais finir par suivre ce fameux dicton qui dit que parfois il faudrait penser à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. J'agissais si spontanément, que ma petite amie, avait désormais décidé qu'elle me priverait de bisous. Une chose qui ne me plaisais pas du tout. J'ôtais volontairement ce sourire de mes lèvres pour le troquer contre une petite mine tristounette. Elle avait tout, sauf le droit de me priver de bisous, encore moins le soir de la fête des amoureux. J'espérais que cette bouille l'attendrisse et qu'elle revienne sur sa position.
Nous nous retrouvions à présent tout deux dans ce somptueux petit bain chaud et aux couleurs de l'amour. Les bougies allumées autour du bain, donnait une ambiance calme, agréable, mais surtout détendu. C'était comme si en entrant dans ce bain, nous étions devenus plus calme. Cela faisait énormément de bien, et je me sentais bien à l'intérieur de ce dernier, aux côtés de ma petite amie. Une petite coupe de champagne frais accompagné notre petit moment en amoureux dans ce bain chaud. Intéressé et curieux, je demandais à ma petite amie si elle s'était trouvée quelque chose lorsqu'elle avait été faire les boutiques toute à l'heure. C'était plutôt une question rhétorique car je savais comment elle était quand elle allait faire les boutiques, elle trouvait toujours quelque chose à acheter, c'est pourquoi la question la plus appropriée aurait été : qu'est-ce que tu t'es achetée toute à l'heure ? Je riais légèrement lorsqu'elle m'apprenait l'état de son porte-feuille. « Au pire, tu pourras toujours essayer de faire les yeux doux à ton petit ami pour qu'il te laisse sa carte bleue » plaisantais-je dans un premier temps. « Tu me montreras ce que tu t'es achetée toute à l'heure » ajoutais-je, le sourire aux lèvres. J'avais beau être un homme, j'aimais savoir ce que ma petite amie avait pu s'acheter, et ce que j'aimais encore plus, c'est quand elle essayait ses vêtements pour me montrer comme cela lui allait, un petit défilé privé (a).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Dim 17 Mar - 21:10

would you be my valentin,
Dans à peu près 100% des cas, laisser les autres avoir le dernier mot était tout bonnement inconcevable pour moi. Il fallait avouer que c’était tout sauf drôle. Alors si je pouvais avoir le dernier mot et en plus embêter mon interlocuteur, c’était tout bénef. Deux en un, un peu comme Sun Lavage – à cela près que je n’avais pas réellement le dernier mot puisque mes excuses étaient bidons, mais ça, ce n’était qu’un détail. Toutefois, ce détail, mon petit ami l’avait bien vu. Il fallait dire que c’était tellement facile aussi. Mais bref. Moi, j’aimais bien ça. « Je suis tout, sauf d'accord avec ta théorie là, qui finalement ne marche que pour toi ! » Ouais… mais moi je le suis, donc c’est l’essentiel, me défendis en lui adressant la mine typique des petites filles de dix ans lorsqu’elles sont satisfaites de leurs bêtises. Il fallait dire que dans ma tête, je ne devais pas avoir beaucoup plus que dix ans alors forcément, ça collait. Par la suite, les grands gestes avec lesquels j’avais accompagné mes propos furent la cause d’une énième remarque de la part de Stanislas, mais cette fois, c’était la fois de trop. Bébé Evannah en action, je m’étais mise à bouder, lui ordonnant de me lâcher. « Oh mon bébé qui boude, viens par là que ton chéri se fasse pardonner » C’est ça, trop facile ! me plaignis sans céder. Toutefois, je ne repoussai pas mon petit ami lorsque celui-ci vint m’embrasser pour se faire pardonner. Oui, je boudais, mais il ne fallait pas exagérer tout de même. Un bisou était toujours le bienvenue. Quoi que… si j’arrivais à tenir ma parole, ce serait notre tout dernier baiser parce que la grève avait commencé. Stanislas était décidemment bien trop chiant ce soir, et je n’étais pas décidée à me laisser faire, même le jour de la Saint-Valentin. Avec moi, il n’y avait aucune exception, puisqu’il n’y en avait pas pour lui non plus. Néanmoins, tenir une telle parole face à la bouille qu’avait une nouvelle fois arboré mon petit ami c’était… dur. Oui dur, c’était le mot. Aussi, pour la première fois de ma vie, je me décidai à céder. Ok, pas de grève pour cette fois… mais fais-gaffe ! le menaçai-je tout de même sans trop de sérieux. Un partout, balle au centre.
Une fois que nos petites querelles de gamins amoureux eurent enfin cessées, nous nous étions coulé dans le bon bain chaud qui nous faisait de l’œil depuis de longues minutes désormais. Le tout accompagné de mon petit ami ainsi que d’une coupe de champagne : c’était vraiment très agréable. Une jolie soirée de Saint Valentin en perspective. D’ailleurs, j’avais moi-même déjà fêté la journée à ma manière en dévalisant les boutiques avec ma meilleure amie. Je fis d’ailleurs part de cette escapade à mon petit ami, et lui confiai d’ailleurs que mon perte-feuille avait énormément souffert de cette après-midi. « Au pire, tu pourras toujours essayer de faire les yeux doux à ton petit ami pour qu'il te laisse sa carte bleue » Je fis mine d’être intéressée par cette idée, sourire en coin. Hm, en effet, c’est pas bête du tout ça. C’est une perspective intéressante, et surtout, une expérience à tenter sous peu, confirmai-je en acquiesçant. Après tout, je ne perdais rien à essayer ? Si toutefois ça ne marchait pas, je pouvais toujours m’en remettre à m’hypnose ou encore à la sorcellerie ; tous les moyens sont bons. « Tu me montreras ce que tu t'es achetée toute à l'heure » La voix de Stanislas me fit rapidement sortir de mes pensées, et tant mieux d’ailleurs, car je commençais à partir un peu trop loin. Désolée mais j’ai pas acheté de lingerie, plaisantai-je. Mais oui, je te montrerai, terminai-je en souriant simplement. Et toi alors ? Ta journée ? Je ne t’ai même pas croisé aujourd’hui à la fac, t’as cru que j’allais pouvoir supporter ça ? le questionnai-je par la suite avant de rire à mes propres propos.



cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Mer 20 Mar - 20:30

Si ma petite amie pensait que j'allais la laisser s'en sortir aussi facilement, elle pouvait se mettre le doigt dans l'oeil. Elle aimait certes avoir le dernier mot, mais j'étais le même, et la laisser avoir le dernier mot était pour moi obtenir une défaite, sauf que j'aimais bien trop la taquiner pour la laisser avoir le dernier mot, sachant qu'elle serait bien trop fière, et qu'elle serait la première à me rappeler sa victoire. Je ne me retenais donc pas de rétorquer que je n'étais en aucun cas d'accord avec sa théorie, pour seule réponse, elle me dit qu'elle l'était. « Réplique typique d'un nana qui est à court d'argument » m'empressais-je de lui faire remarquer. Un large sourire illuminait mon visage, satisfait de ma réponse. J'étais sûr qu'elle ne manquerait pas de soupirer ou autre, exaspérer par mon besoin de faire toutes sortes de remarque qui irait à l'encontre de ce qu'elle disait. Alors que mademoiselle s'était exprimée en faisant de grands gestes, je l'avais stoppé dans son élan, cette dernière s'était mise à bouder, je devais être visiblement trop chiant, puisqu'elle me menaçait même que je riquais de finir la soirée tout seul. Afin qu'elle n'évite de bouder plus longtemps, j'employais une voix un peu plus enfantine, et lui disait de venir me voir son chéri afin de l'embrasser pour me faire paronner de la taquiner autant. Sans même qu'elle n'ait le temps de répondre, je l'avais embrasser tendrement, mais celle-ci jugeais ma tactique trop facile. Elle ne m'avait pourtant pas repousser, car si elle boudait vraiment, vous pouviez être sûr qu'elle m'aurait repoussé bien comme il faut, mais bon, en ce jour, elle ne pouvait pas vraiment me bouder, et puis passer la saint valentin chacun de notre côté à se bouder mutuellement c'était vraiment la loose. De plus, même si elle disait bouder, je savais pertinemment qu'elle plaisantait. Me priver de bisous, c'était comme privé une fille de son maquillage, un guitariste de sa guitare, ou encore un adolescent de son téléphone portable, ce n'était pas possible, c'est pourquoi je fis une tête à la fois triste et attendrissante, espérant que cela marche. Je ne voulais pas passer la soirée sans un baiser de ma petite amie. Finalement, elle revint sur sa décision, mais me conseillait tout de même de faire attention. Immédiatement, je me mis à sourire tel un gamin. « Je serai sage durant le restant de la soirée » lâchais-je alors tout en mimant une auréole avec mes mains, juste au dessus de ma tête, pour jouer l'ange.
Désormais dans le bain, coupe de champagne en main, aux côtés de ma petite amie, je pouvais enfin dire que notre soirée en amoureux débutait. Nous avions laissé notre petit côté taquin, de côté afin de passer un moment des plus agréables qui soit dans ce bain chaud, et coloré. A propos de sa petite balade dans les magasins avant de rentrer chez elle, ma petite amie m'expliquait que son porte-feuille en avait prit un coup, et que désormais elle était bloquée pendant un bon moment avant de pouvoir aller de nouveau faire les boutiques. De mon côté, je lui donnais une tactique, celle de faire les yeux doux à son petit ami -moi- afin qu'il ne lui prête sa carte bleue, je savais combien faire les boutiques était pour les filles quelque chose d'à la fois important mais surtout vital. Elle jugeait mon idée pas bête du tout, ajoutant que c'était une tentative à essayer sous peu. Je compris rapidement que ma carte bleue allait elle aussi en prendre coup incésement sous peu. « Je suis sûr que ton petit ami ne pourra pas te dire non s'il aime te faire plaisir » répondis-je alors le plus sérieusement possible, me retenant de rire. Parler de moi à la troisième personne me faisait bizarre, et me donnait plus envie de rire qu'autre chose. Curieux de savoir ce qu'elle avait bien pu s'acheter, je lui fis la remarque qu'il faudrait qu'elle me le montre plus tard. Sa réponse à propos de la lingerie me fit rigoler. Elle avait toujours le mot pour rire. Je souriais en guise de réponse quand elle me dit qu'elle me montrerait ses achats, et en vint à me demander comment s'était passée ma journée. Une fois de plus, je riais légèrement quant à ses propos. « Excuses moi, ça va tu as quand même réussi à tenir ? Ce n'était pas trop dur ? » lui demandais-je dans un premier temps, jouant les paniqués, comme si c'était quelque chose de grave, riant par la suite. « Mon prof n'était pas là cet après-midi, celui que j'ai pendant quatre heures, alors j'en ai profité pour aller faire mes achats, et rentrer chez toi, pour te préparer cette petite soirée » souriais-je.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Lun 8 Avr - 18:03

would you be my valentin,
« Réplique typique d'un nana qui est à court d'argument » Il est vrai que pour le coup, je n’avais aucun argument en reserve alors forcément, je polémiquais en vain. J’en étais consciente, mais à la simple vision du sourire satisfait qu’arbora alors Stan’, je ne pouvais m’empêcher de penser que je ne pouvais pas le laisser gagner comme ça. Si encore il avait la victoire modeste, peut-être que j’aurais cédé. Mais là, c’était tout bonnement impensable pour moi. Alors là, pas du tout. Tu vois, c’est plutôt le genre de remarque typique que ferait une fille qui a confiance en la solidité de ses arguments, tu saisis ? objectai-je, tentant de garder mon sérieux face à ma propre remarque qui sonnait particulièrement faux. Toutefois, je ne m’en sortais pas si mal au bout du compte. Enfin je crois. De toute façon, si cela ne marchait pas, il me restait toujours mon plan B, infaillible celui-là : la bouderie. En règle générale, je m’en sortais plutôt pas mal dans ce domaine. D’ailleurs, je n’avais pas hésité à employer cette tactique déjà une fois depuis le début de la soirée, puisque c’était ma seule arme plus ou moins efficace. Finalement, Stan’ et moi avions capitulé chacun de notre côté je pense puisqu’il me demanda de l’embrasser et que de mon côté, je ne me fis évidemment pas prier. En même temps, la petite moue enfantine qu’il m’avait adressée était beaucoup trop craquante, à tel point que je n’avais pas pu refuser. Néanmoins, en bonne fille orgueilleuse que j’étais, je tentais d’avoir tout de même le dernier mot en lui conseillant de faire attention s’il ne voulait pas terminer la soirée tout seul. Evidemment, c’était des paroles en l’air encore une fois, et je n’avais aucune intention de laisser mon petit ami en plan, et encore moins ce soir après tout ce qu’il avait fait. « Je serai sage durant le restant de la soirée » Je préfère ça lâchai simplement en souriant. Enfin… n’en fait pas trop quand même, ne pus-je m’empêcher d’ajouter, sourire en coin, alors que Stan’ dessinait une auréole au-dessus de sa tête. D’une part, ce ne serait pas drôle s’il agissait véritablement comme un ange, et d’autre part, il était tout sauf ça de toute façon. Quoique pour le coup, cette soirée débutait de manière assez angélique. Bain moussant en compagnie de mon petit ami, champagne à la main… c’était le genre de chose qui faisait toujours plaisir. En tout cas moi, j’étais ravie. En plus de ça, j’avais passé ma fin d’après-midi à faire du shopping alors que demande le peuple ? C’était définitivement une bonne journée. Ceci étant, mon portefeuille en avait pris un coup et n’était pas près de s’en remettre. Lorsque je racontai ça à Stan’, ce dernier me suggéra de piquer la carte de crédit de mon petit ami la prochaine fois, et j’avoue que l’idée me plaisait plutôt bien. « Je suis sûr que ton petit ami ne pourra pas te dire non s'il aime te faire plaisir » A ces mots, je ne pus m’empêcher de penser à un truc tordu, et repris donc la parole aussitôt. Aaah… et donc tu penses que si je lui demande de se déguiser en lapin et de danser un french cancan sur les tables de la cafet’ de la fac dans le seul but de me faire plaisir, il le ferait ? le questionnai-je alors, ponctuant ma phrase d’un éclat de rire. En tout cas, il m’avait fait plaisir avec cette soirée surprise et je ne pouvais que lui en être reconnaissante. Par ailleurs, ça rattrapait le fait que je ne l’avais pas vu plus tôt dans la journée. « Excuses moi, ça va tu as quand même réussi à tenir ? Ce n'était pas trop dur ? » Sceptique, je le regardais se moquer de moi. C’est ça, rigoles ! lâchai-je vexée. Si c’est comme ça que tu le prends, j’irais dire ça à mon petit ami numéro 2. Lui au moins saura apprécier cette remarque à sa juste valeur, finis-je par ironiser avant de regarder ailleurs, l’air de rien. « Mon prof n'était pas là cet après-midi, celui que j'ai pendant quatre heures, alors j'en ai profité pour aller faire mes achats, et rentrer chez toi, pour te préparer cette petite soirée » Qui me parle ? lançai-je, jetant des regards à droite à gauche histoire de l’embêter un peu.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
feat : nina perfect agdal.
Pseudo : anaëlle.
Souriez, dites cheese : et bah ma tête, elle est très chouette.
Âge : vingt ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur grâce au pouvoir incomparable de colgate et du fil dentaire. testé et approuvé par kellin jane holloway.
Statut : officiellement, je suis en couple avec esteban, du moins, tout le monde le crois (on est des trop bons acteurs keskia, j'exige mon oscar moi, oh !) mais en vrai de vrai, je suis free, becoz j'ai tout compris. ou pas. parce qu'au final ça m'arrange pas vraiment.
Etudes : théâtre.
Jukebox : mcfly, that's the truth + paramore, ain't it fun + lady gaga, gypsy.
Points chance : 11
These little things : i don't really feel the same about us in my bones.

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   Jeu 2 Mai - 12:12

scène close.


cause next to you I'm losing my mind

i don't know why he's with me, i only brought him trouble since the day he met me. if i was him, i would have walked away. cause when you're in too deep you wake up when it's too late, you've fallen in love in the worst way. if he's looking for heaven, it sure as hell ain't me. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: would you be my valentine ? - Evannah.   

Revenir en haut Aller en bas
 

would you be my valentine ? - Evannah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Valentine Day
» happy valentine
» Marie Valentine [UC]
» Peindre du bois lasuré
» 06. Slushy for his Valentine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROCK ME ::  :: Archives :: Saison 01 :: Rps-